in

Algérie et Maroc : Le différend entre les deux pays va-t-il dégénérer après des déclarations sur la région de Kabylie ? – Journaux arabes

Algérie et Maroc : Le différend entre les deux pays va-t-il dégénérer après des déclarations sur la région de Kabylie ?  - Journaux arabes

Actuexpress.net Le 2021-07-19 15:12:19, Algérie et Maroc : Le différend entre les deux pays va-t-il dégénérer après des déclarations sur la région de Kabylie ? – Journaux arabes

  • Section de suivi des médias
  • BBC

Il ya 1 heure

Mohammed VI, roi du Maroc

Image publiée, Getty Images

commenter la photo,

Les écrivains algériens estiment que la monarchie marocaine « essaie d’exporter ses problèmes à l’étranger, et de cacher son front intérieur brûlant et enflammé ».

Les journaux arabes ont évoqué les récentes frictions entre l’Algérie et le Maroc sur fond de l’appel du représentant permanent du Maroc auprès des Nations unies pour « le droit à l’autodétermination » des habitants de la région de Kabylie en Algérie, qui a répondu en rappelant son ambassadeur à Rabat.

Des écrivains algériens ont décrit ce que le délégué marocain a fait comme une « chute aux conséquences incalculables » et que le Maroc essaie « d’exporter ses problèmes à l’étranger » et que l’autodétermination ne s’applique qu’à la campagne marocaine.

Les écrivains marocains ont estimé que ce que le délégué marocain a dit n’était pas un « lapsus », mais plutôt une « cloche pour déclarer la guerre » à l’Algérie, utilisant les mêmes outils que cette dernière utilisait lorsqu’elle parlait de « l’autodétermination du Sahara » et « le peuple sahraoui ».

Le Représentant permanent du Royaume du Maroc auprès des Nations Unies, Omar Hilal, avait soumis un document au Mouvement des non-alignés l’invitant à aborder ce qu’il a qualifié de « décolonisation de la Kabylie » en Algérie et « l’autodétermination du peuple kabyle », qualifiant la région de Kabylie de « soumise au colonialisme algérien ».

Les déclarations de Hilal interviennent après que l’Algérie et le Front Polisario (qui cherche à obtenir l’indépendance du Sahara occidental vis-à-vis du Maroc) ont commencé à délimiter la frontière entre eux, selon ce qui a été rapporté dans le magazine mensuel du ministère algérien de la Défense.

Le journal en ligne basé à Londres, Rai Al-Youm, a décrit les relations entre les deux pays comme « entrant dans la pire période depuis 30 ans », et a exprimé sa crainte que la crise n’entraîne une « vraie rupture » entre les deux voisins.

Image publiée, Getty Images

commenter la photo,

Le Représentant permanent du Maroc auprès des Nations Unies, Omar Hilale, a soumis un document au Mouvement des non-alignés l’invitant à aborder ce qu’il a décrit comme « la décolonisation de la région de Kabylie » en Algérie.

« Réconciliation impossible »

Dans le journal Al-Quds Al-Arabi basé à Londres, Nasser Jabi qualifie les déclarations de l’ambassadeur marocain de « chute… sans conséquences prévisibles ».

Il estime que ce comportement « pourrait faire sauter ce qui reste des liens fraternels entre les peuples algérien et marocain, dans cette conjoncture régionale mouvementée où le sud algérien est destiné à devenir un foyer de tension et un terrain de percées ».

Abdelhamid Othmani, dans le journal algérien « Al-Shorouk », qualifie ce qui est contenu dans le document d' »incitation à la haine contre l’Algérie ».

L’écrivain ajoute : « Le régime marocain, par son ouverture dans sa tentative vaine de saper l’unité de l’Algérie, a laissé tomber tous ces arguments faibles que les braves gens ont utilisés au nom de la fraternité nationale et islamique, espérant surmonter les tensions qu’ils n’ont pas compris leur profondeur stratégique et leurs motivations inconscientes. »

Il ajoute : « Les appels des utopistes et des romantiques à une impossible réconciliation avec un régime fonctionnel qui, depuis les années 1960, a volontairement choisi d’être l’ennemi de l’Algérie, avec ses alliances avec l’impérialisme occidental, l’ancien colonialisme et le sionisme mondial, ne sont plus utile. »

Abdelmalek Belgarbi dit, dans « Al-Shaab » algérien : « La monarchie absolue essaie d’exporter ses problèmes à l’étranger, essayant de cacher son front intérieur brûlant et enflammé, étant donné la marginalisation, l’exclusion, les privations, le harcèlement, les arrestations et les violations que les Marocains sont soumis, surtout dans les campagnes privées des conditions les plus basses et des bases de la vie. « .

Il ajoute que le Maroc « attaque à nouveau l’Algérie, dans la conviction qu’il peut déstabiliser la stabilité interne, et ses maîtres savent que notre pays a pris son indépendance par la force des armes après une grande révolution dont la réverbération a atteint le monde entier, où les Arabes, Berbère, Chawi, Tarqi, Mozabite, et… pour L’indépendance et l’unité d’un peuple qui sait répondre à ceux qui pêchent en eaux troubles. »

Image publiée, Getty Images

commenter la photo,

Un livre considère que les propos du délégué marocain « ne sont pas considérés comme un lapsus ou des mots de passage, mais plutôt comme un son de cloche pour déclarer ‘la guerre’ au régime algérien ».

« Sonner une cloche pour déclarer la guerre »

Noureddine al-Yazid a déclaré, dans le journal électronique marocain « Hespress »: « Il semble que l’énergie et la capacité de l’Etat marocain à être patient et à tolérer le harcèlement du régime algérien, ne soient plus utiles pour s’accrocher à une diplomatie tranquille, et recourir à la logique de retenue et de délinquance au calme. »

L’écrivain considère les propos du délégué marocain comme « pas considérés comme un lapsus ou des mots de passage, mais plutôt comme un son d’alarme pour déclarer ‘la guerre’ au régime algérien, sans acharnement, en utilisant les mêmes outils et moyens de sa guerre contre le Royaume de Mohammed VI, qui est le slogan de ‘l’autodétermination’ et du ‘peuple sahraoui’. » et ‘l’indépendance’.

Abu Ikram al-Maghrabi dit, dans le journal marocain « Al-Ahdath », que la déclaration du délégué marocain « était attendue que les dirigeants algériens ne reçoivent pas le sang froid avec lequel le Maroc a accepté leurs coups de couteau dans le dossier du Sahara pour plus plus de 46 ans », le décrivant comme « mettant fin à des décennies de patience et de calcul ».

Il ajoute : « Les rapports de force régionaux et les liens de parenté, qui ont fait taire le Maroc pendant plusieurs décennies, ont changé.

Il dit : « Les voisins de l’Est ont attaqué le royaume dans le désert oriental et ont lancé les attaques du Polisario du ‘troisième aspect militaire’, et maintenant ils n’ont plus qu’à chercher à défendre la continuité de leur existence devant les tribus, dans le premier aspect militaire. »

Lahcen Lasabi dit dans le journal marocain « Al-Jarida » : « Il n’y a personne au Maroc (État et société) qui aspire ou se réjouit d’une quelconque idée de diviser l’Algérie fraternelle, contrairement au régime algérien, qui a travaillé sur la terrain et avec des milliards de dollars depuis 1974 pour tenter de mettre en œuvre le découpage du territoire national marocain. C’est le projet. Ce qui a échoué et échouera toujours… car la question au Maroc est une question d’existence, pas de frontières.

Il estime que la « sagesse » dans le document du délégué marocain « indique non seulement qu’elle indique les droits des tribus algériennes, mais plutôt qu’elle pose la question au sein d’une référence juridique internationale pour l’autodétermination, qui parmi ses issues, n’est pas forcément la fin de la division, de la fragmentation et de l’indépendance, mais plutôt une forme de gestion que le Maroc présente comme un modèle. forme d’autodétermination dans les lois internationales.

What do you think?

26 Points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Loading…

0
Tunisie-Béja: Prolongation du confinement ciblé

Tunisie-Béja : Prolongation du confinement ciblé

La Tunisie intensifie la campagne de vaccination contre le Covid pendant l'Aïd al-Adha

La Tunisie intensifie la campagne de vaccination contre le Covid pendant l’Aïd al-Adha