in

Algériens français sur l’identité, la discrimination, les manifestations à « la maison » | L’Europe 

Algériens français sur l'identité, la discrimination, les manifestations à « la maison » |  L'Europe 

Le 2019-05-26 09:00:00, Algériens français sur l’identité, la discrimination, les manifestations à « la maison » | L’Europe 

Paris, France – Une longue et sanglante histoire lie l’Algérie et la France.

Colonie française pendant 132 ans jusqu’en 1962, l’Algérie était connue comme « le pays des martyrs » dans le monde arabe, car le mouvement de résistance a coûté la vie à environ un million d’Algériens.

En vertu des lois laïques, l’État français ne peut pas collecter de données sur l’ethnicité et la race, mais on estime que les Franco-Algériens constituent la plus grande minorité, principalement centrée à Paris, Marseille et Lyon.

La migration a commencé au tournant du 20e siècle, décrite par le regretté sociologue Abdelmalek Sayad comme la « première étape ».

Les Algériens de l’époque étaient considérés comme des sujets français, et non comme des citoyens, et leur travail dans le secteur industriel fournissait un soutien économique vital aux communautés rurales appauvries d’Algérie.

La deuxième étape, selon Sayad, a eu lieu après la Seconde Guerre mondiale où des hommes algériens – et d’autres des colonies françaises – ont été recrutés pour reconstruire l’industrie endommagée du pays, occupant des emplois subalternes et vivant dans des bidonvilles à la périphérie des villes.

Des dizaines de milliers ont immigré, soutenus par des réformes limitées en 1947 en vertu du Statut de l’Algérie, qui accordait aux hommes algériens la pleine citoyenneté française et établissait un passage sans restriction entre l’Algérie et la France.

La troisième étape s’est articulée autour de la politique de regroupement familial après l’indépendance de l’Algérie, évolution qui a permis l’installation des épouses et des enfants des travailleurs algériens en France.

La diaspora a suivi de près les principaux développements politiques en Algérie.

« Les générations plus âgées et plus jeunes se sont mobilisées contre la violence utilisée pour écraser les manifestations pro-démocratie à Alger en 1988 », a écrit Jim House, maître de conférences en histoire française et francophone à l’Université de Leeds. « Et pendant les années 1990, les Algériens en France ont soutenu les exilés par la guerre quasi-civile en Algérie entre l’État et les groupes islamistes radicaux.

Le mois dernier, des milliers de Franco-Algériens ont manifesté chaque semaine place de la République en solidarité avec les manifestations algériennes appelant à la destitution d’Abdelaziz Bouteflika.

Alors que le président malade a depuis démissionné, les manifestants continuent de réclamer la suppression du système politique installé par Bouteflika.

À Paris, des drapeaux algériens ont été brandis avec fierté et des chansons et des slogans ont été scandés dans le dialecte arabe distinct de l’Algérie.

Les rassemblements en France ont souligné leur identité.

Que ressentent les français algéro-français ?

Al Jazeera s’est entretenu avec des personnes de trois générations vivant actuellement à Paris sur l’identité, la discrimination et ce que cela signifie d’être français.

« S’il y a un match de football entre l’Algérie et la France, je soutiendrai totalement l’Algérie »

Sabrina Kalem, 14 ans, étudiante

« L’Algérie est la priorité, mais la France est toujours dans ma tête », déclare Sabrina Kalem [Omar Havana/Al Jazeera]

« Je me considère comme un Algérien à 100 %, car c’est une énorme partie de qui je suis. Dans ma tête j’ai l’impression d’être plus algérien avec une nationalité française. Par exemple, s’il y a un match de football entre l’Algérie et la France, je soutiendrai totalement l’Algérie, sans même y penser à deux fois. Peut-être pour l’ambiance plus joyeuse.

« Mes parents me parlent en arabe depuis que je suis bébé. Je vais en Algérie au moins une fois par an pendant les vacances d’été.

« Peut-être parce que je vis dans une communauté très diversifiée, mais j’ai toujours été perçu comme français. Et Dieu merci. Je n’ai jamais eu de remarques à ce sujet. Mais quand je pars en vacances par exemple, dans le sud de la France, ma famille a des regards étranges de la part des locaux, surtout parce que ma sœur aînée porte un hijab. Nous avons vraiment l’impression qu’ils nous jugent.

« Je me sens français parce que c’est le pays où je suis né, où j’ai grandi, où je vais à l’école. Cela m’a certainement beaucoup apporté, et je le reconnais. La France signifie quelque chose pour moi, certainement. L’Algérie est la priorité, mais la France est toujours dans ma tête.

« Être algérien en France, c’est représenter un pays différent dans un pays… Quand je représente l’Algérie, je représente quelque chose qui est dans mon ADN, dans mon sang. Quand je représente la France, je représente le pays où je suis né, où je vis actuellement.

« Je suis toujours ce qui se passe en Algérie. le [Algerian] les manifestations à Paris étaient quelque chose que j’ai suivi attentivement plus que les manifestations des gilets jaunes, car cela signifiait quelque chose pour moi. Cela m’a affecté.

« Il y aura toujours cette question insupportable : mais d’où viens-tu vraiment ?

M’hamed Bouhjar, 35 ans, employé de banque

M’hamed Bouhjar il se sent algérien mais reconnaît ‘ce que la France lui a donné [Omar Havana/Al Jazeera]

« Je suis né à Oran, en Algérie. Je suis venu en France pour vivre avec ma tante quand j’avais quatre ans après le décès de ma mère.

« J’ai toujours ressenti une certaine hostilité à l’égard des minorités ici en France, mais cela a augmenté depuis les attentats de 2015.

« Je me vois comme algérien, totalement algérien. Je suis né là-bas. Dans nos communautés, l’Algérie est sacrée. C’est dans notre coeur. C’est comme une mère pour nous. Je n’ai pas de crise d’identité. J’ai l’impression d’être profondément algérien mais je reconnais totalement ce que la France m’a donné.

« La France mérite ma fidélité car elle m’a beaucoup apporté. Cela m’a donné une chance. je trouverais [it] bizarre de travailler en France, et de renvoyer tout mon salaire en Algérie. Imaginez toutes les grandes fortunes françaises comme Gérard Depardieu, qui gagnent des millions et ne paient même pas d’impôts ici. Ils ne sont pas loyaux envers leur propre pays, pourtant nous, les « étrangers », sommes loyaux. Nous avons plus de valeurs et de principes que ces gens là, quand c’est notre francité qui est à chaque fois niée.

« Mes amis sont issus de divers horizons culturels. Je dirais que même si vous réussissez à vous adapter à cette société et que vous sentez que vous faites partie de cette nation, il y a toujours quelqu’un pour vous rappeler que vous ne l’êtes pas.

« Vous pouvez leur montrer votre carte d’identité, leur prouver que vous êtes français, mais il y aura toujours cette question insupportable : Mais d’où venez-vous vraiment ? Ils vous jugeront en fonction de votre apparence, de la façon dont votre nom sonne.

« En France, si vous êtes issu d’une minorité, ils vous pousseront vers le sport quoi qu’il arrive. Écoutez, même le ministre des sports est toujours issu d’une minorité. Vous ne verrez jamais un ministre de l’Intérieur d’origine arabe.

«Regardez Zinedine Zidane. En 1998, il devient champion du monde. Il a marqué deux fois lors de la finale. Il devient la plus grande fierté de France. Tout le monde s’est mis à dire, les minorités s’intègrent dans la nation : La France, noir, blanc, beur. En 2006, il bouscule un joueur italien en finale et il devient l’Arabe de la banlieue.

Même si vous avez l’impression de faire partie de cette nation, il y a toujours quelqu’un pour vous rappeler que vous n’êtes pas

M’hamed Bouhjar

« Je crois que l’avenir de l’Europe est entre les mains des politiciens et des médias qu’ils contrôlent. Nous ne décidons pas. Je peux me battre au quotidien pour donner la meilleure image de moi-même, mais si ce n’est pas diffusé à la télévision ou sur une autre plateforme, ça ne marchera pas.

« Les politiciens sont ceux qui peuvent vraiment décider s’ils veulent nous chasser ou nous inclure. Nous avons besoin d’une représentation publique adéquate parce que c’est la seule façon de changer la perception réelle. Cela rendrait l’avenir plus radieux pour nous.

« Mais si nous continuons à être présentés à la télévision nationale comme des terroristes, cela ne mènerait à rien de constructif. »

« Nous ne devrions pas effacer qui nous sommes pour rentrer dans un certain moule »

Messaoud D, 59 ans, infirmier en établissement psychiatrique

La culture, par le biais de la littérature française, a influencé la première impression de la France de Messaoud Djemai [Omar Havana/Al Jazeera]

« Je suis arrivé à Paris il y a 35 ans, j’avais 24 ans. J’avais une bourse pour étudier la biologie mais au bout d’un an j’ai abandonné et j’ai décidé de rester.

« En avril, j’ai visité l’Algérie après une absence de 10 ans pour un mariage. Voir les manifestations de masse dans les rues m’a donné envie de faire partie du mouvement mûr et politique. C’est vraiment super que les choses évoluent là-bas.

« Quand je suis en Algérie, j’ai l’impression d’être d’un autre pays, et vice versa quand je suis ici en France. C’est vraiment difficile quand on quitte une culture d’y revenir, parce qu’on a l’impression de ne plus s’intégrer.

« Ma première approche de la France a été par la culture. La littérature française a été une grande partie de mon enfance en Algérie. Mon idée de la société française n’avait rien à voir avec la guerre. J’aimais la culture, et c’était tout ce qui comptait.

« Il a fallu quelques années pour obtenir la nationalité française. Pour moi, ce n’était qu’un bout de papier, purement administratif. Cela a facilité beaucoup de choses dans ma vie, comme voyager… mais je n’ai pas de sentiment nationaliste. Je déteste tout type de nationalisme. Nous n’avons pas choisi de naître dans un pays ou un autre, c’est juste de la chance. Pourquoi défendre un pays plutôt qu’un autre ?

« Qu’est-ce qu’être français ? C’est une excellente question. Je suis plutôt humaniste, je suis les valeurs humanistes, pas les valeurs dictées par un pays, donc ça n’a pas vraiment de sens pour moi.

« J’ai des amis qui demandent la nationalité française, et ils ont reçu des questionnaires comme ‘nommer des chanteurs français célèbres’ et ‘peux-tu chanter l’hymne français’… Est-ce que pouvoir répondre à ces questions signifie que tu es français ? Je ne sais pas.

L’assimilation a un autre sens en France. Cela signifie s’intégrer en niant tout de votre culture étrangère.

Messaoud Djemaï

« Au cours des deux dernières décennies, j’ai vu la jeune génération franco-algérienne s’accrocher plus fortement à son identité algérienne. Cela est dû à plusieurs raisons, comme la manière dont la France a traité les immigrés dans un premier temps, ce que nous avons appelé les « problèmes de banlieue ».

« Cette jeune génération en a eu marre et a décidé de revenir à ce qui leur était le plus familier, qui était leur culture première. Pour moi, c’est un pas en arrière. On ne peut pas réduire cela à un manque d’intégration. C’est la conséquence d’années et d’années de traitement négatif par les autorités des immigrés en France.

« L’assimilation a un autre sens en France. Cela signifie s’intégrer en niant tout de votre culture étrangère. Nous avions l’habitude d’utiliser le mot « assimilation » à l’époque coloniale. C’est pourquoi c’est un peu problématique. L’assimilation efface toute différence. A chaque fois que vous assimilez un produit à un autre, le premier disparaît totalement. Nous ne devrions pas effacer qui nous sommes pour entrer dans un certain moule.

«Intégration et assimilation ont un double sens ici en France. En 2005, quand nous avons signalé les problèmes des banlieues, le public a dit que c’était « de leur » faute parce qu’ils n’étaient pas intégrés dans la nation. Cela n’a aucun sens. Comment ne pas s’intégrer lorsqu’ils sont nés en France ? Ils sont 100% français.

« Paris est divisé. Il y a des quartiers de Paris où je n’ai jamais mis les pieds, comme le 8e ou le 16e par exemple, où il n’y a pas de diversité là-bas. Je ne me sens pas à l’aise là-bas.

« Mon quartier préféré est celui-ci, le 20e arrondissement autour de la place de la Réunion. C’est un vrai melting pot. Je me sens bien parce que la France est représentée ici.

What do you think?

14 points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0
Une photo du

En Tunisie, un cimetière-jardin pour les migrants, « damnés de la mer »

TB Joshua: Inquiet alors qu'Adeboye, Oyedepo, Kumuyi, d'autres grands pasteurs nigérians snobent la mort du prophète

TB Joshua: Inquiet alors qu’Adeboye, Oyedepo, Kumuyi, d’autres grands pasteurs nigérians snobent la mort du prophète