in

Ancien ministre algérien: l’islamisme militant était et continuera d’être une menace et une menace pour le monde arabe et islamique

Ancien ministre algérien: l'islamisme militant était et continuera d'être une menace et une menace pour le monde arabe et islamique

Actuexpress Le 2021-04-07 06:00:00, Ancien ministre algérien: l’islamisme militant était et continuera d’être une menace et une menace pour le monde arabe et islamique

Hier, mardi, l’ancien ministre algérien, Noureddine Boukrouh, a évoqué à « Spoutnik » les raisons historiques, scientifiques et anthropologiques de la compatibilité du problème de l’islam et de l’islamisme avec les valeurs républicaines universelles, notamment en France. Selon lui, «les musulmans de France font face à une grande épreuve».

Le ministre Boukrouh a évoqué la polémique sur la loi «tendance séparatiste» en France, où le président français Emmanuel Macron a décidé d’annuler l’accord entre la France et l’Algérie concernant l’envoi d’imams pour diriger les prières dans les mosquées en France.

Macron a demandé, lors d’une réunion avec des responsables de la religion islamique en France, en janvier dernier, de présenter la formation d’un conseil national des imams, qui serait chargé d’émettre ou de retirer des fonds aux religieux musulmans du pays.

Dans ce contexte, lors d’un entretien avec le ministre Boukrouh, l’idée du débat sur «si l’islamisme militant constitue une menace pour la France et les pays arabes et islamiques dont il est issu?» A été évoquée.

En réponse à la réponse du ministre Boukrouh à une question sur la décision prise par le président français Macron envers les imams et sur la compatibilité de l’islam avec les valeurs républicaines universelles, il a déclaré: «L’islamisme militant a été et sera une menace permanente, fondamentale et systématique. au monde arabe et islamique dans son ensemble tant qu’il n’est pas séparé. Sur l’Islam à travers un processus de réformes qui a affecté les connaissances anciennes, que ce soit au Caire, à Médine ou à Kandahar. « 

Boukrouh a noté que « l’Algérie a été le premier pays dans lequel l’islam politique a remporté les élections ».

Il a ajouté: «L’éducation religieuse dispensée dans les écoles algériennes et résumée dans les hadiths du Prophète à des fins éducatives, ainsi que les sermons religieux présentés dans les mosquées et à la télévision, proviennent de ce savoir religieux qui n’a pas été renouvelé depuis mille ans. et est inapproprié aux conditions de vie du monde moderne. « 

Le ministre Boukrouh a souligné: « Nous devons nous rappeler que l’Algérie a été le premier pays dans lequel l’islam politique a remporté des élections démocratiques et avait l’intention de l’utiliser pour mettre fin à la démocratie et à l’état de vérité, et pour les remplacer en peu de temps et la richesse. du pot avec un État islamique mythique. « 

« Cela a coûté au pays plus de 200.000 morts et destructions estimées à des dizaines de milliards de dollars », a déclaré Boukrouh, ajoutant qu ‘ »après 20 ans, des révolutions contre la tyrannie et la démocratie ont éclaté en Tunisie, en Egypte, en Libye, en Syrie, au Maroc, et Yémen. »

Il a poursuivi: «Lorsque les élections ont eu lieu, où qu’elles se soient déroulées, les islamistes les ont gagnées. La Tunisie est aujourd’hui interdite administrativement (institutionnellement) et l’Égypte est revenue à la tyrannie militaire, et la Libye ne sait plus vers quel baiser se tourner, et le conflit entre sunnites et chiites a détruit à la fois le Yémen et la Syrie. Seul le Maroc a échappé à la destruction. « 

Dans le même contexte, Boukrouh estime que l’islam politique n’a pas décollé le 5 octobre 1988, puisqu’il s’agissait de la première révolution populaire en Algérie, le mouvement du 22 février 2019 et les révolutions arabes ont été actives pour confisquer la révolution.

« Si cela se reproduit, ce sera la faute du peuple algérien, qui succombera une fois de plus au chant des sirènes de l’antiquité au lieu d’écouter la voix de la raison », a ajouté Boukrouh, avertissant ses compatriotes.

« Alors il méritera d’être asservi, car la servitude est encore permise dans l’Islam, et nous ne l’oublions pas », selon lui.

Qu’en est-il de la situation en France?

Noureddine Boukrouh explique, la polémique en France, à propos de «l’islamisme est devenu une affaire mondiale et un problème de sécurité internationale car les musulmans se sont répandus en grand nombre dans presque tous les pays du monde, même si l’islamisme ne les représente que dans un certain pourcentage, et a continué :

« Le fait demeure que l’islamisme ne se développe que là où il y a des musulmans, et qu’il constitue une menace, comme Daech l’a récemment démontré au monde. »

Boukrouh a noté que «la France est l’un des pays européens qui accueille un grand nombre de musulmans d’origine africaine, pour la plupart, mais que leurs« dos »sont devenus une source de problèmes récurrents entre eux et le reste des Français.

What do you think?

16 points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0
Le quartier général de la police d'Ehime Mbano est attaqué un jour après la sortie de la prison d'Owerri

Le quartier général de la police d’Ehime Mbano est attaqué un jour après la sortie de la prison d’Owerri

«Je n'accepterai pas les tribunaux de règlement.» Le président tunisien a-t-il décidé du sort de la Cour constitutionnelle?

«Je n’accepterai pas les tribunaux de règlement.» Le président tunisien a-t-il décidé du sort de la Cour constitutionnelle?