in

Après 33 ans.. L’Algérie coupe à nouveau ses relations avec le Maroc – Mouammar Amin

معتمر أمين

Rédaction Le 2021-08-27 20:00:33, Après 33 ans.. L’Algérie coupe à nouveau ses relations avec le Maroc – Mouammar Amin

Publié dans : vendredi 27 août 2021 – 19:55 | Dernière mise à jour : vendredi 27 août 2021 – 19:55

L’Algérie a pris la décision décisive de rompre ses relations avec l’Etat marocain, à la suite de différends de longue date entre les deux parties depuis 1963, qui ont été aggravés par de graves accusations au cours des dernières semaines. L’Algérie accuse le Maroc de mener des actes hostiles, notamment d’espionner des responsables algériens.Le ministre algérien des Affaires étrangères a accusé le Maroc d’avoir utilisé le programme israélien Pegasus, avec lequel le Maroc a nié tout lien. Notamment en accusant le Maroc de soutenir des groupes séparatistes dans la région de Kabylie en Algérie, dirigés par les deux organisations « Al-Mak et Rashad », que l’Algérie considère comme des groupes terroristes, et les accuse d’être impliqués dans le déclenchement de la récente vague d’incendies qui a touché l’Algérie le plus. Y compris ce qui a été déclaré lors de la dernière conférence de presse entre le ministre des Affaires étrangères israélien, Yair Lapid, lors de sa visite au Maroc à la mi-août, en présence du ministre marocain des Affaires étrangères, dans laquelle il « a exprimé l’inquiétude de son pays face au rapprochement entre l’Iran et l’Algérie, et le refus de l’Algérie d’accepter Israël comme membre de l’Union africaine. Foreman ». Ce qui a nécessité une réponse marocaine lors de la conférence, mais cela n’a pas eu lieu. Pour ces raisons et d’autres problèmes de longue date, l’Algérie a décidé de rompre les relations 33 ans après son retour, avec la médiation saoudienne, et le discours du roi marocain n’a pas suffi à limiter l’effondrement des relations et à revenir à la rupture de 1976. Mais il est peu probable que les choses redeviennent telles qu’elles étaient dans la guerre du sable entre les deux pays.
La détérioration des relations de cette manière a nécessité des déclarations du Secrétaire général de la Ligue des États arabes, dans lesquelles il a appelé les deux parties à faire preuve de retenue et à ne pas escalader. Mais il semble que l’Algérie soit sur le point de prendre une décision qui va encore compliquer la situation, concernant le gazoduc transportant du gaz naturel à travers le Maroc vers l’Europe – Espagne et Portugal. Il s’agit de la ligne dite du « gazoduc Maroc-Europe ». Cette ligne part du champ de Hassi R’Mel en Algérie et parcourt 515 km en territoire algérien, puis 525 km en territoire marocain, puis 45 km à travers le détroit de Gibraltar au fond de la Méditerranée, puis atteint une distance de 269 km dans la partie andalouse de l’Espagne, et coupes au Portugal Une distance de 269 km, atteignant son arrêt final. Au cours des trois dernières années, le Maroc a exprimé à plusieurs reprises sa volonté de renouveler le contrat avec l’Algérie, afin que le gazoduc qui traverse son territoire continue à fonctionner et à en bénéficier. Le bénéfice du Maroc s’élevait à environ 170 millions de dollars en 2018, 113 millions de dollars en 2019 et 56 millions de dollars en 2020. Il s’agit de redevances pour le transit du transporteur de gaz naturel à travers le territoire marocain. Le Maroc obtient ces fonds sous forme de gaz naturel d’un volume pouvant atteindre 600 millions de mètres cubes par an, ce qui fournit au Maroc l’énergie nécessaire au fonctionnement de 90 % de ses centrales électriques. Et si l’Algérie, via Sonatrach, l’opérateur de la ligne côté algérien, prend la décision de ne pas renouveler le contrat, qui se termine le 31 octobre de cette année, cela poussera le Maroc à passer à un importateur de gaz liquéfié du plus proche sources, comme le Nigeria, l’Egypte, le Qatar ou Israël, dont la valeur est trois fois supérieure au gaz à l’état naturel.
•••
La coupure du gaz naturel augmentera les charges financières du Maroc et transformera sa crise économique actuelle en une crise grave qui pèse violemment sur le citoyen marocain. Cela peut appeler à un mouvement populaire qui affecte la stabilité du Royaume du Maroc. Dans le même contexte, l’Espagne et le Portugal ne seront pas concernés par cette décision, car il existe une ligne de convoyage alternative qui relie directement l’Algérie à l’Espagne et au Portugal, qui est le gazoduc « Med-Gas », et sa capacité peut accueillir ce que le Maroc transports en ligne. C’est une leçon importante pour les pays qui concluent des contrats à long terme avec d’énormes investissements tels que ceux nécessaires au gazoduc. La ligne Maroc-Europe a été inaugurée en 1992, et il a fallu quatre ans pour construire la ligne, d’une longueur de 1620 km, et elle est devenue opérationnelle en 1996, pour un coût de 2,3 milliards de dollars à l’époque ! Il est désormais l’otage des relations diplomatiques algéro-marocaines. Nous n’avons pas encore entendu parler de la réaction des compagnies étrangères exploitant la ligne du côté marocain et européen. Il est certain que ces entreprises tenteront de faire pression sur la partie algérienne pour ne pas lui nuire. Mais il n’y a pas d’erreur juridique du côté de l’Algérie, elle ne fera que ressembler à ce qu’a fait la Russie avant, qui ne veut pas renouveler le contrat avec la partie ukrainienne pour transporter du gaz par des gazoducs traversant son territoire. Cette politisation des pipelines, et l’échec de la diplomatie des pipelines qui construit des relations de coopération entre les pays participant aux projets, est un dossier qui nécessite un suivi attentif, pour voir comment les choses vont se passer entre les différentes parties, et où les les dommages arriveront à la fin. Les craintes se confirmeront-elles et le Maroc subira-t-il un coup économique douloureux, ou les médiateurs des bénéfices mutuels parviendront-ils à privilégier les intérêts communs et à ne pas transformer la relation bénéfique en une équation à somme nulle ? Notez que le gazoduc Maroc-Europe a été utilisé comme exemple pour créer un environnement de coopération entre deux pays qui ne sont pas en parfaite harmonie, et entre eux il existe des différences claires sur des questions cruciales telles que la question du Sahara polisario-marocain.
•••
Il n’y a rien de nouveau dans l’action arabe commune : il y a quelques années, quatre pays ont rompu leurs relations avec le Qatar, puis trois d’entre eux sont revenus à nouveau au consensus. Et voilà qu’une crise au Maghreb a détourné l’Algérie de la médiation qu’elle menait dans le dossier du barrage de la Renaissance entre l’Éthiopie, le Soudan et l’Égypte. Il n’y a pas d’initiative panarabe ou de nouveau projet venant du cœur de la région qui stimule l’action commune. Au contraire, les pays de la région ont prévalu sur le principe de l’ancien président Trump de « mon pays d’abord », qui s’est transformé en une quasi-doctrine que les deux pays suivent. Si l’Algérie et le Maroc continuent l’escalade économique néfaste entre eux, alors de tels précédents se transforment en une tendance historique qui cimente la division, et que ce qui nous divise est plus que ce qui nous unit, et que les solutions viennent toujours de l’extérieur. Voyez comment l’Iran sauve maintenant le Liban avec du pétrole ! Le plus notable dans ce dossier est qu’aucune réconciliation n’a lieu en interne entre des pays dont les relations se sont dégradées, mais cela se fait par l’intermédiaire d’un médiateur externe, et parfois par des diktats externes. Dans les deux cas, la décision devient non arabe, voire non locale (nationale), et le développement des relations entre pays arabes devient une équation qui inclut un parti non arabe. Une tribune à Berlin pour la question libyenne, une autre à Genève pour la Syrie, la même à Sotchi, puis une conférence des donateurs pour la reconstruction de Gaza, une conférence pour le Yémen, etc. Le problème avec tout cela est de ne pas avoir d’aide extérieure. Au contraire, le problème est qu’aucun parti arabe n’est capable ou même désireux.

What do you think?

24 Points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0
Channels Television

La politique empêche les agences de sécurité de faire leur travail, déclare l’ancien directeur du DSS – Channels Television

Rev. Joseph Hayab

Les bandits libèrent 32 autres étudiants baptistes, en retiennent 31