in

Attitudes des forces politiques algériennes face aux élections législatives – Rakha Ahmed Hassan

رخا أحمد حسن

Actuexpress Le 2021-06-22 20:27:55, Attitudes des forces politiques algériennes face aux élections législatives – Rakha Ahmed Hassan

Publié dans : Mardi 22 juin 2021 – 20:25 | Dernière mise à jour : mardi 22 juin 2021 – 20h25

Les élections législatives algériennes se sont tenues à leur date prévue le 12 juin 2021, dans un climat politique tendu, des différends entre les différents courants politiques et partisans, le mouvement populaire et le pouvoir au pouvoir, et un état de disparité des positions au sein de certains courants avec l’Islam. les tendances. Ces interactions ont commencé depuis que la décision de fixer la date des élections a été rendue entre ceux qui y ont vu un droit constitutionnel et un devoir d’achever le processus de transition démocratique, et d’achever la légitimité après les élections présidentielles de novembre 2019 et le référendum sur les amendements constitutionnels en 2020, et ceux qui ont vu qu’il n’apporterait pas le changement requis.
Depuis l’ouverture de la porte des candidatures pour les élections législatives, il a été constaté que le mouvement islamique représenté dans le National Building Movement, le Peace Society Movement et le Justice and Development Front ont fait preuve d’un enthousiasme remarquable pour participer aux élections, car ils l’ont considéré comme une opportunité d’obtenir une majorité relative qui leur donnerait un rôle et une place de choix dans la formation du prochain gouvernement, notamment au vu du boycott des élections par les partis de gauche et laïcs dans le cadre du boycott traditionnel par les tribus domaines dans lesquels ces parties opèrent.
Le président de la Peace Society a salué la nouvelle loi électorale et le fait qu’elle offre un niveau minimum d’équité, qui n’était pas disponible pour les élections précédentes, et que les amendements à la loi introduits par le président Abdel Majid Tebboune en mars 2021 bloquent la voie à l’argent corrompu qui était auparavant utilisé pour acheter des votes. Les islamistes ont exprimé leur forte objection au grand nombre de candidats indépendants, dont la plupart appartiennent à des organisations de la société civile, et ont vu qu’ils sont soutenus par l’autorité en raison de la faible influence et du rôle des partis traditionnels qui ont été monopolisés pendant des années pour gagner les élections, et ainsi ils font notamment référence au Front de libération nationale, qui a été au premier plan depuis l’indépendance de l’Algérie jusqu’à la destitution du président Abdelaziz Bouteflika en 2019. Les islamistes estiment que la majorité, sinon la totalité, des candidats indépendants l’a fait. n’avaient pas de programme à présenter à l’électorat, mais comptaient plutôt sur la publicité pour leurs activités personnelles et professionnelles.
Il convient de noter que le chef de l’Autorité électorale nationale indépendante a déclaré que l’autorité s’était engagée à verser une somme d’argent aux candidats de moins de 40 ans pour les aider à financer leurs campagnes électorales, et a salué la campagne de la société civile qui a souligné l’importance des élections législatives et d’une participation effective à celles-ci, et a exprimé sa satisfaction. La plupart des candidats ont évité les altercations et les échanges pendant la campagne électorale, ce qui indique que le discours politique a connu une évolution positive, et a souligné que le vote électoral est une confiance, et le l’électeur doit donner son vote à ceux qui le méritent car c’est un gage de démocratie et de calme dans le pays. Mais il n’y a pas eu de grands rassemblements pendant les campagnes électorales en raison de la réticence des électeurs d’une part et des mesures de précaution pour faire face à la pandémie de Corona d’autre part. Il a été constaté que certains candidats ne s’étaient pas engagés à prendre en compte des sujets susceptibles d’en provoquer d’autres et de les considérer comme insultants. le texte de la constitution considérant la langue berbère comme langue nationale à l’époque du président Bouteflika. Ses déclarations ont provoqué la colère d’une large partie de la population des gouvernorats tribaux berbérophones, et ils ont demandé au ministère public de porter plainte contre Ben Qurainah , accusé de diffusion de discours de haine et de discrimination sur la base de la langue et de l’affiliation à un certain parti. Ben Qurainah avait eu beaucoup de mal à accepter des candidats dans les États tribaux pour rejoindre sa liste électorale, et il ne s’intéressait pas à eux car la grande majorité d’entre eux a décidé de boycotter les élections parce qu’ils voyaient que cela ne changerait pas les conditions qui prévalaient.
•••
La conviction des partis islamiques qu’ils sont entrés dans les élections en position de force est due à la désintégration apparente de leurs opposants dans une large mesure, en particulier le Front de libération nationale et le Rassemblement démocratique, qui étaient les piliers du pouvoir à l’époque de Le président Abdelaziz Bouteflika, et alors ils subissent les conséquences de la plupart des inconvénients de ce système, notamment face au mouvement populaire et autres partis d’opposition, et la tendance islamique a surfé sur la vague du mouvement populaire qui a démarré depuis le 22 février 2019 et conduit à la destitution du président Abdelaziz Bouteflika et aux évolutions qui s’ensuivirent. La présence des islamistes dans le mouvement était perceptible, surtout après la prière du vendredi, alors qu’elle était à son plus haut niveau. Puis le courant islamique a commencé à prendre ses distances avec le courant populaire Les deux partis les plus importants dans ce courant sont le Mouvement de la Société pour la paix dirigé par Abdel Razek Makri et le Parti de la justice et de la construction dirigé par Abdullah Jaballah.
Quant au mouvement populaire, malgré son rôle primordial dans la fin du régime de Bouteflika et les changements qui s’en sont suivis, il n’a pas produit de dirigeants efficaces qui le représentent et parlent en son nom, même si certains pensent que cela évite aux autorités d’arrêter ces dirigeants, le cas échéant, en afin de faire pression sur lui. Le mouvement populaire a récemment perdu une grande partie de l’élan dont il avait bénéficié depuis sa création, et une scission s’est produite dans le mouvement entre ceux qui voient boycotter les élections et ceux qui voient y participer, et que certains d’entre eux peuvent voter pour les listes de partis islamiques. Le mouvement populaire et des groupes de militants politiques et partis d’opposition avaient appelé le président Tebboune à libérer environ 200 détenus appartenant au mouvement populaire, et à lever les restrictions sur les médias et les manifestations pacifiques avant la tenue des élections afin de servir d’apaisement de la atmosphère générale et éliminer une grande partie des tensions entre plusieurs sectes politiques, mais les visions de ces mesures sont nécessaires afin de maintenir la sécurité et la stabilité et de fournir un environnement calme pour les élections législatives. Le mouvement a accusé le gouvernement de travailler pour briser l’épine du mouvement populaire et d’augmenter les arrestations et les poursuites contre les opposants politiques et les militants du mouvement, et a considéré le gouvernement comme un simple front civil pour les institutions militaires. Le gouvernement a répondu qu’il avait répondu aux principales revendications du mouvement d’origine en un temps record, et qu’il n’y avait plus de légitimité pour les militants du mouvement, les accusant d’être au service de partis étrangers hostiles à l’Algérie.
Il est à noter qu’outre les indépendants soutenus par l’Autorité électorale nationale indépendante, notamment les jeunes et les fidèles au Président Tebboune qui n’appartient à aucun parti politique, plusieurs petits partis soutenant le Président Tebboune ont participé aux élections, et parmi ces partis, le Nouveau Le Parti Génération, dirigé par le vétérinaire Djilali Sofiane, et le Front Futur dirigé par Abdelaziz Belaid, ancien leader du Front de Libération, et candidat à la présidentielle aux dernières élections de 2019, le Front Nouvelle Algérie, et la Voix du Peuple , qui sont tous de petits partis qui peuvent avoir peu d’effet sauf dans la dispersion des voix entre les 1483 listes de candidats, dont 646 listes partisanes, et 838 listes indépendantes, ce qui est la première fois que le nombre de listes indépendantes dépasse les listes de des soirées.
Le chef d’état-major de l’armée, le lieutenant-général Aziz Shangriha, a averti, juste avant le jour du scrutin, que tout projet ou action visant à perturber le déroulement du processus électoral serait combattu avec fermeté et force. Cependant, le jour du scrutin, les zones tribales ont connu des violences, des dizaines de bureaux électoraux ont été fermés, des militants ont tenté de brûler des urnes électorales, des bulletins de vote ont été éparpillés sur les routes à certains endroits, et il y a eu des affrontements avec les forces de sécurité et le maintien de l’ordre. . Le nombre de bureaux de vote fermés était de 87, et chaque centre disposait de plusieurs bureaux de vote, sur un total de 704 centres à Tizi Ouzou et sa banlieue. Le taux de participation des électeurs dans les États tribaux était d’environ 1 % du nombre total d’électeurs.
Le président Abdelmadjid Tebboune a annoncé, après avoir voté aux élections, qu’il ne se soucie pas du pourcentage de participation, que les électeurs ont la possibilité de voter par choix, et que la légitimité sera entre les mains des élus par la case électorale. et ils auront le pouvoir de légiférer. Il a noté le taux de participation des femmes et des jeunes au vote, et que ceux qui ont boycotté ont le droit de le faire, mais ils n’ont pas le droit d’imposer leur position aux autres, et que la majorité décisionnelle doit respecter la minorité, qui est une référence implicite aux zones tribales où il les considère comme une minorité, et il est noté qu’ils étaient ou sont toujours en désaccord Et en cas d’encombrement avec le pouvoir.
•••
Le président de l’Autorité électorale nationale indépendante a annoncé que le pourcentage de ceux qui ont participé au vote était d’environ 23% du nombre total de ceux qui avaient le droit de vote, qui sont 24 millions d’électeurs, ce qui signifie que les participants étaient environ un quart , soit 5,6 millions d’électeurs. Le Mouvement de la Société islamique pour la paix avait annoncé que les résultats préliminaires indiquaient qu’il était en tête des listes de candidats, et qu’elle et d’autres listes islamiques auraient le plus grand nombre de sièges, et a mis en garde contre toute manipulation qui pourrait se produire dans ces résultats.
Mais le résultat des élections officielles annoncé par l’Autorité électorale indépendante est venu très différemment de toutes les attentes, puisque le Front de libération nationale est revenu au sommet de la scène politique en obtenant 105 sièges, soit environ 25% du nombre total de 407 sièges, suivi par le Front des indépendants avec 78 sièges, et la Société de la paix (islamique). ) 64 sièges, l’Assemblée démocratique 57 sièges, l’Islamic Building Movement 40 sièges, et le Parti (islamique) de la justice et du développement n’a obtenu que deux sièges, et le le taux de participation aux élections est le plus faible depuis 1997. Compte tenu de l’échec du mouvement islamique à réaliser ce qu’il avait espéré, il est prévu que le nouveau gouvernement soit formé des partis fidèles au président Abdelmadjid Tebboune, à savoir la Libération nationale Front, l’Assemblée démocratique, le Mouvement Bina (40 sièges), et le Front du futur composé d’indépendants, et ce sera un bloc avec une majorité parlementaire composé de 280 sièges, en plus d’autres sièges de soutien.Le président Tebboune dans le nouveau parlement. A moins qu’il n’ait vu l’inclusion de certains éléments islamiques dans le nouveau gouvernement pour apaiser la tendance islamique.
Ces élections législatives sont peut-être une étape sur la voie de la transformation démocratique en Algérie, mais au vu des circonstances qui les ont entourées, elles n’ont pas obtenu pour la majorité ce qu’elle recherchait, qui n’avait d’autre choix que de boycotter les élections, et ce boycott était en faveur des partisans du régime. Parlement, alors que plusieurs groupes politiques et ethniques algériens très importants s’en sont éloignés, ce qui entraînera nécessairement le maintien d’un état de tension à des degrés divers dans la rue politique algérienne pendant un certain temps .

What do you think?

26 Points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Loading…

0
IMG-20210622-WA0009

Sept morts et plusieurs blessés dans l’accident de la route à Ekiti

Les gens profitent de #TwitterBan comme arme de chantage – Keyamo – Channels Television

Les gens profitent de #TwitterBan comme arme de chantage – Keyamo – Channels Television