in

« Black Spring » … le jour où la région de Kabylie a défié l’autorité algérienne il y a 20 ans – Erm News

"Black Spring" ... le jour où la région de Kabylie a défié l'autorité algérienne il y a 20 ans - Erm News

Actuexpress Le 2021-04-18 13:50:00, « Black Spring » … le jour où la région de Kabylie a défié l’autorité algérienne il y a 20 ans – Erm News

Publié: 18 avril 2021 11:50 GMT

Date de mise à jour: 18 avril 2021 14:10 GMT

Il y a vingt ans, les manifestations sanglantes du «Printemps noir» ont éclaté dans la région de Kabylie en Algérie après la mort d’un lycéen au siège de la gendarmerie nationale, suivies d’émeutes réprimées par le régime par la force. Une révolution au nom de la défense de l’identité amazighe dans une région pionnière des manifestations de rue.

Le 18 avril 2001, Masinissa Garmah, 18 ans, a été grièvement blessée par des balles d’un fusil d’assaut Kalachnikov au quartier général de la gendarmerie de Lubni Douala, une ville de montagne près de Tizi Ouzou, à l’est d’Alger.

La gendarmerie a arrêté le lycéen après une bagarre régulière entre jeunes et gendarmes. Deux jours plus tard, il est décédé dans un hôpital de la capitale, où il a été transféré dans un état critique.

L’incident s’est produit alors que les habitants de la région de Kabylie se préparaient à célébrer le vingt et unième anniversaire du «printemps amazigh» le 20 avril 1980 – manifestations en faveur de la reconnaissance de la culture amazighe – et ils se sont levés après les funérailles de la un jeune homme.

2021-04-198616-381192939

Les habitants des villes et villages sont descendus dans les rues pour exiger la fermeture de tous les quartiers généraux de la gendarmerie nationale de la région, et les manifestations se sont transformées en affrontements avec les forces de sécurité qui ont tiré à balles réelles. Cela a entraîné la mort de 126 personnes et la blessure de plus de cinq mille autres.

‘Réaction en colère’

Selon Saadi, l’un des symboles de la lutte pour l’identité culturelle amazighe, «personne n’aurait pu imaginer qu’un gendarme pouvait tuer de sang-froid un jeune homme dans sa caserne». Il a souligné que «la réaction de la population était en colère».

L’ancien chef du Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD), Saadi (laïque), a déclaré à l’AFP que le «Printemps noir» de 2001 était «un acte de naissance pour une nouvelle forme de protestation (en Algérie) qui a conduit à l’occupation. de la rue. »

Depuis, les rassemblements sont devenus un signe de mécontentement populaire lorsqu’il s’agit de transmettre des messages aux autorités. Par conséquent, les tensions sociales – comme le problème de l’eau potable et de l’accès au logement – conduisent souvent à des manifestations qui se transforment parfois en émeutes.

france-politique-histoire-algerie

En 2011, année du «printemps arabe» au Maghreb et au Moyen-Orient, l’Algérie a enregistré plus de dix mille mouvements de protestation, comme l’a mentionné Saïd Saadi, notant que «presque toutes les revendications ne passent pas du tout par les voies légales».

Les manifestations se sont poursuivies jusqu’à l’éclatement du mouvement populaire le 22 février 2019, qui a destitué le président Abdelaziz Bouteflika du pouvoir. Mais il continue malgré l ‘interdiction des rassemblements et des marches à exiger un changement radical du «système» en place depuis l’ indépendance en 1962.

«Crime d’État»

Il y a vingt ans, Said Saadi était à la tête du Rassemblement pour la culture et la démocratie, le copartite de la coalition gouvernementale. Il a interrogé le président Bouteflika, élu en 1999, sur sa promesse de ramener la paix dans un pays ravagé par une guerre civile sanglante entre les forces de sécurité et les islamistes.

Il lui a dit: «Nous ne pouvons pas continuer à participer à un gouvernement qui tire sur ses propres enfants!»

2021-04-algérie_19-1

Au printemps 2002, le «Al-Aroush» (le rassemblement des tribus de la région), une organisation héritée des ancêtres qui dirigeaient le mouvement de protestation, a pu répondre à la demande de départ de la majorité de la Brigades de gendarmerie de la région de Kabylie.

La langue amazighe a également été reconnue comme «langue nationale» par une décision de Bouteflika, même s’il s’oppose à toute idée qui parle de pluralisme.

2021-04-44-45

Quant à Said Saadi, qui a récemment publié la deuxième partie de ses mémoires, la décision de Bouteflika «d’adopter le tamazight comme langue nationale (est venue) s’exonérer de sa responsabilité pour les crimes d’État commis dans la région de Kabylie».

Le tamazight est alors devenu la deuxième langue officielle du pays, avec l’arabe, à l’occasion de l’amendement de la constitution en 2016.

Quant aux autres progrès dans la lutte pour la reconnaissance de la culture amazighe, ils ont eu lieu en décembre 2017, lorsque Bouteflika a publié un décret reconnaissant le Nouvel An amazigh «Yannayar» (correspondant au 12 janvier), fête nationale officielle en Algérie «pour consolider les unité. ».

Certes, la reconnaissance de la langue tamazight comme langue officielle n’a rien changé dans la réalité, à l’exception des signes gouvernementaux qui y étaient écrits, car son enseignement restait facultatif, ce qui lui faisait occuper un niveau secondaire dans les programmes d’études.

Mais dans la vie d’une nation en voie de construction, comme l’Algérie, il est nécessaire d’avoir des «références symboliques», comme l’a souligné Saïd Saadi. Il a ajouté: « Il est très important de voir le Front de libération nationale, le seul ancien parti qui a terni la question de l’identité (amazighe) pendant des décennies, et est obligé de le reconnaître. »

What do you think?

26 points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0
Produire des fleurs comestibles, un produit de niche mais demandé (AFP - FETHI BELAID)

En Tunisie, des fleurs comestibles s’invitent dans la gastronomie

Le Satellite de Communications d'Algérie célèbre le troisième anniversaire d'ALCOMSAT1

Le Satellite de Communications d’Algérie célèbre le troisième anniversaire d’ALCOMSAT1