in

Clôture des scrutins lors des élections en Algérie dénoncées par les manifestants comme « impostures » | Élections Nouvelles

Clôture des scrutins lors des élections en Algérie dénoncées par les manifestants comme « impostures » |  Élections Nouvelles

Le 2019-12-12 09:00:00, Clôture des scrutins lors des élections en Algérie dénoncées par les manifestants comme « impostures » | Élections Nouvelles

Alger, Algérie – Les scrutins ont été fermés en Algérie où une élection présidentielle controversée, boycottée par des dizaines de milliers de manifestants dans tout le pays et rejetée comme une « imposture », a eu lieu.

La police anti-émeute a été déployée tôt jeudi pour bloquer l’accès à la place Maurice Audin et à l’emblématique Grand bureau de poste du centre d’Alger, épicentre des manifestations de plusieurs mois exigeant le départ de la vieille garde et une refonte du système politique.

Le taux de participation s’élevait à 33% à 17h00 heure locale (16h00 GMT), deux heures seulement avant la fermeture des bureaux de vote, selon l’autorité algérienne indépendante de surveillance des élections. Plus de 24 millions de personnes ont le droit de voter.

Suite:

Dans un Alger tendu, les manifestants ont scandé des slogans tels que « Il n’y a pas de vote aujourd’hui », Indépendance » et « Pas de vote avec la mafia » alors qu’ils repoussaient les tentatives des forces de sécurité de disperser la foule.

Des Algériens ont envahi les rues de la capitale pour dénoncer l’élection présidentielle [Ramzi Boudina/Reuters]

Qualifiant le vote de « mascarade », Majid Belghout, un architecte de 54 ans, a qualifié l’élection de « tentative de la vieille garde de se régénérer ».

« Une élection libre ne peut avoir lieu en Algérie qu’après un processus démocratique. Nous ne sommes qu’au début de ce processus », a déclaré Belghout, réitérant la demande des manifestants de réformes radicales avant qu’un vote significatif n’ait lieu.

« Nous ne sommes qu’au début de ce processus », a-t-il ajouté. « Ce n’est pas le moment de voter, mais c’est le moment de passer à un débat national démocratique et indépendant. C’est le seul moyen de parvenir à un consensus sur l’avenir de l’Algérie.

En Kabylie, une région montagneuse du nord avec une longue histoire d’opposition au gouvernement, les manifestations sont devenues violentes lorsque certains manifestants sont entrés dans un bureau de vote à Tizi Ouzou, situé à 125 km (78 miles) à l’est d’Alger, jetant des bulletins de vote en l’air, selon les autorités locales. médias. Des troubles ont également éclaté à Bouira, située à environ 100 km (62 miles) à l’est d’Alger, où des manifestants ont incendié le siège de l’autorité algérienne indépendante de surveillance des élections.

#Alger centre noir de monde ce 12/12/2019 #Algérie #Algérie #Politique #Hirak pic.twitter.com/395ocvCBj4

— INTERLIGNES (@inter_lignes) 12 décembre 2019

Les résultats préliminaires sont attendus à partir de 23h00 GMT, cependant, les résultats finaux ne seront probablement pas disponibles avant au moins vendredi.

Cinq candidats sont en lice pour remplacer l’ancien président Abdelaziz Bouteflika, qui a démissionné en avril face à des mois de manifestations, pour un mandat de cinq ans : les anciens Premiers ministres Ali Benflis et Abdelamajid Tebboune ; l’ancien ministre du Tourisme Abdelakader Bengrina ; l’ancien ministre de la Culture Azzedine Mihoubi ; et chef du parti el-Moutstakbal Abdelaziz Belaid.

« Les Algériens d’aujourd’hui sont conscients qu’ils ont besoin de la légitimité populaire massive », a déclaré Mihoubi aux journalistes après avoir voté.

« C’est pourquoi nous remarquons depuis ce matin des milliers d’Algériens qui se rendent dans les bureaux de vote, et c’est la vraie réponse à ceux qui doutaient que ce jour ne réalisera pas ce que les gens espéraient. »

Mais à Alger, de nombreux bureaux de vote étaient en grande partie déserts. Selon un observateur de vote, un employé municipal d’une quarantaine d’années, les urnes étaient loin d’être pleines d’enveloppes. « Le taux de participation est apparemment similaire à celui de l’élection présidentielle de 2014 », a-t-il déclaré, faisant référence au vote d’il y a cinq ans qui avait enregistré un taux de participation de 51,7%.

Un électeur de la capitale a décrit l’élection comme la « seule solution » pour sortir de l’impasse politique du pays. « La refonte de la direction viendra de l’élection, pas de la manifestation », a déclaré Mourad, un cuisinier de 31 ans.

« L’élite s’est enrichie aux dépens des gens »

Mais les critiques disent que les cinq candidats font « partie de l’establishment au pouvoir » et devraient être purgés en raison de leurs liens avec l’ancien gouvernement impopulaire.

Les opposants au vote disent qu’aucune élection ne peut être libre ou équitable tant que la vieille garde reste au pouvoir et que l’armée continue de s’impliquer dans la vie politique.

Le lieutenant-général Ahmed Gaid Salah, qui est devenu le leader de facto du pays après le départ de Bouteflika, a affirmé que l’élection était la seule à sortir de l’impasse politique du pays, insistant sur le fait que le haut commandement de l’armée ne soutiendrait aucun candidat dans la course.

Malgré les liens des candidats avec Bouteflika, Mohamed, un serveur de 25 ans, a voté par crainte que le pays ne sombre dans le « chaos ». « Le choix des candidats est pauvre mais c’est le seul choix que nous ayons. La situation est extrêmement précaire. Nous ne pouvons plus nous permettre de rester dans cette tourmente politique. Nous avons besoin de stabilité politique.

Mais Louiza, une étudiante en littérature française de 20 ans qui manifestait à Alger, a déclaré qu’elle boycottait le vote.

« Nous avons toutes les raisons de descendre dans la rue aujourd’hui au lieu d’aller dans un bureau de vote : augmentation du chômage, corruption généralisée, personnes privées de leurs droits civils et politiques », a-t-elle déclaré à Al Jazeera, drapée dans le drapeau du pays.

« L’élite dirigeante s’est enrichie aux dépens des gens et ils veulent continuer à piller les richesses du pays. Vous ne pouvez pas l’accepter si vous aspirez à avoir un bel avenir dans ce pays », a-t-elle dit, tout en criant « simlyia » (pacifique) vers la police.

14h20
اصلة المظاهرات ارع ديدوش مراد وسط العاصمة الجزائر
Poursuite des manifestations à la rue Didouche Mourad au centre d’Alger #الجزائر#Alger#Algérie pic.twitter.com/wYTG01nYw7

— Khaled Drareni (@khaleddrareni) 12 décembre 2019

Dans la foule, beaucoup ont déclaré que le gouvernement a fait la sourde oreille aux demandes des manifestants.

« Les autorités ne nous considèrent pas comme des citoyens. Il n’y a aucune considération pour le peuple algérien, il est méprisant », a déclaré Rachida, une fonctionnaire de 53 ans, qui a rejoint le sit-in dans le centre d’Alger avec sa sœur et sa nièce.

« Ils ont des matraques, nous avons des idées. Malgré leur violence, nous resterons pacifiques, c’est la principale force de ce mouvement.

Les membres du mouvement sans chef ont également critiqué les commentaires des responsables contre les militants anti-vote.

La semaine dernière, le ministre de l’Intérieur Salah Eddine Dahmoune a qualifié les manifestants qui ont farouchement rejeté le vote de « traîtres » et de « mercenaires ».

« Nous ne sommes pas des conspirateurs, ni manipulés par des groupes étrangers », a déclaré à Al Jazeera Saïd, un ingénieur de 60 ans, qui tenait une pancarte indiquant « non à une élection forcée ».

« Nous sommes descendus dans la rue pour honorer l’héritage des millions de martyrs qui ont donné leur vie pour voir une Algérie indépendante et démocratique », a-t-il déclaré. « L’administration a trahi cet héritage depuis bien trop longtemps. Suffisant! Assez du régime militaire de longue date.



What do you think?

26 Points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Loading…

0
Algérie, Maroc, RDC, Tunisie… Ces pays qui compteront 4 représentants en 2021/22

Algérie, Maroc, RDC, Tunisie… Ces pays qui compteront 4 représentants en 2021/22

WhatsApp Image 2021-06-22 at 12.57.48 PM

Ne nous blâmez pas pour la fuite du toit de l’Assemblée nationale, dit Lawan aux Nigérians