in

Covid-19 a exacerbé le problème du fémicide en Algérie

Covid-19 a exacerbé le problème du fémicide en Algérie

Le 2021-03-19 15:34:07, Covid-19 a exacerbé le problème du fémicide en Algérie


Dalia Ghanem

Par Dalia Ghanem

Chercheur résident au Carnegie Middle East Center de Beyrouth, où son travail examine la violence politique et extrémiste, la radicalisation, l’islamisme et le djihadisme avec un accent sur l’Algérie.

Le 26 janvier, une journaliste algérienne de la chaîne publique TV4 Tamazight, Tinhinane Laceb, a été assassinée par son mari.

Deux jours plus tôt, le 24 janvier, Warda Hafedh, âgée de 45 ans, mère de cinq enfants, a été frappée trois fois à la tête avec un marteau et poignardée cinq fois au cœur par son conjoint, devant ses six ans. -old fille, menant à sa mort.

Ceux-ci sont juste deux victimes parmi tant d’autres. En octobre dernier, l’histoire de Chaïma, une jeune fille de 19 ans qui a été enlevée, violée, battue et brûlée vive dans la petite ville de Thénia, a fait la une des journaux. La vidéo poignante de la mère de Chaïma appelant le président Abdelmajid Tebboune à ordonner la peine de mort contre l’assassin de sa fille a donné lieu à un débat sur l’utilisation des médias sociaux.

La peine de mort est toujours d’actualité en Algérie mais est suspendue depuis 1993 à la suite d’un moratoire. Selon les médias locaux, le président Tebboune a appelé à l’application d’une «peine maximale sans possibilité de réparation ou de grâce. »

En raison de cette augmentation du fémicide, le hashtag #WeLostOneOfUs a commencé à avoir des tendances sur Twitter. À Alger, Béjaïa, Constantine et Oran, des centaines de femmes ont défié les restrictions de verrouillage pandémique pour protester et exprimer leur colère face à l’augmentation des fémicides dans le pays et à l’inertie de l’État.

Des statistiques récentes de la police, rapportées par les médias algériens, indiquent que plus de 7000 cas de violence à l’égard des femmes ont été enregistrés en 2018.

Selon la seule ressource disponible, «feminicides-dz», un site internet créé par deux militantes féministes traquant le phénomène et visant à faire connaître les visages et les histoires des victimes, 75 femmes de tous horizons et de tous âges (jusqu’à 80 ans) sont décédées aux mains de leurs partenaires intimes, pères, frères, beaux-frères, fils ou étrangers en 2019, et 54 autres en 2020.

Les gouvernements successifs ont échoué sur deux fronts:

  • En adoptant une loi globale pour renforcer la protection des femmes et prévenir la violence domestique;
  • En fournissant aux survivants et à leurs enfants des services de soutien adéquats.

Les lois et leurs défauts

Une loi en 2015 a été mise en place pour criminaliser le harcèlement sexuel et la violence domestique. Cependant, le la loi ne s’applique qu’aux conjoints et ex-conjoints vivant dans la même résidence ou dans des résidences séparées mais ne s’applique pas aux parents, aux couples non mariés ou aux autres membres du ménage.

Selon l’article 264, il y a une peine de un à cinq ans de prison et une amende pour les actes de violence qui entraînent la maladie ou une incapacité de travail de plus de 15 jours. Pourtant, un certificat médical est requis pour le prouver, entraver l’accès des survivants à la justice et, par extension, aux poursuites contre leurs auteurs.

La loi n’interdit pas la médiation et la réconciliation; en outre, un auteur peut même bénéficier d’une réduction de peine ou éviter complètement une peine s’il est gracié par son conjoint. Il y a souvent des pression sociale et familiale sur la victime pardonner à son agresseur, ce qui pourrait la dissuader de rechercher des recours judiciaires à l’avenir.

Le code pénal reconnaît également les «crimes passionnels» et l’article 279 dispose qu’une personne qui tue ou blesse son conjoint bénéficie de circonstances atténuantes si son conjoint a été pris en flagrant délit d’adultère.

Un autre obstacle les femmes rencontrent en plus de la pression sociale est un mauvais traitement de la part de la police, qui est souvent dédaigneuse, qui les décourage de porter plainte et manque de diligence et de suivi lors de la conduite d’une enquête (s’il y en a une).

Les ordonnances de ne pas faire, pour protéger la victime et améliorer la poursuite de son cas, ne sont pas une possibilité. Il n’y a pas non plus de dispositions en place pour empêcher le ou les auteurs de appeler la victime ou les obligeant à rester à une certaine distance d’elle ou même à quitter une résidence partagée. En conséquence, la victime peut être victime de harcèlement dans le meilleur des cas et de représailles dans le pire.

Enfin, alors qu’une femme peut divorcer de son mari s’il est violent à son égard, le viol conjugal n’est pas reconnu. La loi sur la violence domestique n’en fait pas mention, même si les chiffres sont alarmants. Une enquête nationale publiée en 2005 a rapporté que 10,9% des femmes algériennes interrogées ont déclaré avoir été soumises à des rapports sexuels forcés par leur partenaire intime.

Donnez-moi un abri

Les mécanismes institutionnels tels que le ministère de la Solidarité nationale, de la Famille et de la Condition féminine et le Conseil national de la famille et de la femme sont des exemples qui illustrent l’engagement de l’État à s’acquitter de sa diligence raisonnable vis-à-vis des obligations dans les domaines de l’égalité des sexes et de la non-discrimination.

Sous la coordination du ministère, en 2007 L’Algérie a lancé la Stratégie nationale de lutte contre la violence à l’égard des femmes.

La stratégie appelait à la création d’unités spéciales pour aider les survivants de la violence à trouver des abris à plus long terme – sans couvrir la création effective de ces abris. À l’heure actuelle, il existe deux abris nationaux (Bousmail et Mostaganem) et cinq centres d’hébergement temporaire (Alger, Constantine, Oran, Skikda et Ouargla).

En l’absence de budget explicitement consacré à la lutte contre la violence sexiste, la viabilité et l’accessibilité des abris et des centres d’hébergement pour les femmes victimes de violence restent un défi majeur. Cela semble également être un problème pour la région MENA au sens large, car le nombre total d’abris dans les États arabophones ne dépasse pas 50.

En Algérie, cela se traduit par des services limités et inadéquats tels que l’aide juridique, l’assistance sanitaire, le soutien psychosocial et surtout les refuges. Ces services sont presque tous fournis par des organisations non gouvernementales (ONG), dont la plupart ne reçoivent aucun soutien de l’État.

Le patriarcat et la pandémie

Le fémicide est un problème mondial qui transcende les frontières, cultures, religions, classes et âges. Cependant, dans la «ceinture du patriarcat classique» dont fait partie la région MENA, les taux de violence sexuelle et sexiste continuent d’augmenter, surtout depuis le début de la pandémie de Covid-19.

L’Algérie ne fait pas exception à cet égard. Les données de la DGSN montrent une augmentation des violences physiques (71%) et une recrudescence des fémicides. Au cours des deux premiers mois de 2020, six femmes ont été tuées par leur mari – et 19 autres de mars à octobre.

Le l’État est impliqué dans l’oppression des femmes et leur réduction à des objets de contrôle social masculin. A travers cette construction idéologique, la violence structurelle et directe contre les femmes est justifiée.

Le genre de la sphère privée est ce qui fait de la maison un domaine hors de l’influence de l’État et sous la régulation de l’homme. Ce dernier se voit accorder le contrôle de la défense de la sainteté de la maison et du corps de la femme.

Obtenez votre PDF gratuit: Top 200 des banques 2019

Tant que cette vision patriarcale prévaudra au sein de l’État et de la société algériennes, elle jettera la honte et la stigmatisation sur les femmes victimes de violence. Les Algériennes continueront d’être tuées, et leurs auteurs félicités.


What do you think?

26 points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0
L'Algérie ... arrête un employé pour abus d'influence et divulgation de secrets à un pays étranger - Erm News

L’Algérie … arrête un employé pour abus d’influence et divulgation de secrets à un pays étranger – Erm News

Campagne massive sur les réseaux sociaux en Tunisie appelant à la dissolution du Parlement |

Campagne massive sur les réseaux sociaux en Tunisie appelant à la dissolution du Parlement |