in

En Algérie… une chanson que personne ne demande

En Algérie... une chanson que personne ne demande

Actuexpress.net Le 2021-09-03 22:56:08, En Algérie… une chanson que personne ne demande

il y a 14 heures

En Algérie... une chanson que personne ne demande

taille de police

Encore les radios locales en Algérie, suppliant les auditeurs de leur suggérer les chansons qu’ils demandent, ont tendance à utiliser cette astuce pour attirer les gens vers des programmes qui n’ont rien à voir avec le chant. La faiblesse du diffuseur, elles attirent les gens en diffusant les chansons qu’ils veulent. à entendre, et si l’on voit ce que demandent les auditeurs, ils insistent le plus souvent sur des chansons orientales ou occidentales, ou des chansons algériennes de raï, musique traditionnelle ou populaire. Jamais auparavant un auditeur n’avait demandé de diffuser une chanson patriotique, ce type de chansons qui n’a plus d’audience, et personne ne se soucie d’y revenir, pourtant les radios et la télévision avec elle, prennent l’initiative de présenter ces chants patriotiques enthousiastes, ne réalisant pas que leur temps est révolu, et que personne ne se soucie vraiment de écoute-les.

Se souvenir du passé

Chaque fois que les services de radio et de télévision veulent rappeler le passé, de vieilles chansons sur la révolution et ses exploits sont extraites des archives. Cela porte une trace dans nos oreilles, alors quand comprendrons-nous que l’heure de la chanson nationale est plus de? Le récupérer n’est qu’un remplissage, et la musique c’est autre chose ? Ce qui unit les Algériens, ce n’est pas de leur rappeler, à chaque fois, un passé qu’ils n’ont pas vécu, mais seulement d’en entendre parler, mais d’inventer un avenir qui les unit.
La guerre de libération (1954-1962) est le plus grand événement de l’histoire contemporaine de l’Algérie, son histoire est partout, dans les manuels scolaires, au cinéma et aussi dans les prêches du vendredi, dans des chansons qui ne se lassent pas de se réincarner et de se répéter. , chansons inspirées de mots d’un dictionnaire, mémorisés par la plupart Les Algériens utilisent des phrases telles que : les montagnes, la révolution, Auras, Djurdjura, Ben M’hidi, Bouhired, et d’autres, en raison de leur circulation fréquente, ils sont conservés par les langues et les cœurs, et y insister n’éveille plus la curiosité ou la passion de personne. Avec ces chansons, j’évoquais le passé, au lieu de participer avec elles à la création d’un présent ou à la réflexion sur un avenir commun, nous vivons désormais dans la nostalgie et non dans la législation pour les jours à venir, nous saluons les martyrs et les morts au lieu de vivre une vie juste et élevons le droit des vivants à une vie décente.

Quel est donc le but de diffuser ce genre de chanson, à chaque fois, même s’il n’y a pas de consensus ? La seule raison est une volonté officielle de rallier les gens autour du récit national, de leur rappeler le passé pour qu’ils puissent résister aux épreuves du présent, et ne pas exagérer leurs ambitions pour l’avenir.

L’Algérien résiste à une vie de denk, obstinément contre Corona, et la rareté des matériaux de base, alimentaires ou médicaux, tandis que d’autres, au lieu de sympathiser avec sa condition, et de lui tendre la main, insistent pour lui rappeler la résistance de le premier, dans les montagnes contre le colonialisme, l’Algérien est contraint de penser à des solutions aux misères de la vie en restaurant le passé en y adhérant, sans le contester, et en proposant des alternatives pour un avenir meilleur. Il vit comme un escargot têtu dans la coquille du passé, qui l’empêche de regarder le présent. Ces chants patriotiques, qui remplissent la radio et la télévision, à l’occasion et à l’occasion, chantent la résistance collective au milieu du siècle dernier, parlent de l’unité des individus, alors que l’Algérien vit aujourd’hui sa résistance seul, chaque citoyen séparément cherche salut pour lui-même, donc ces chansons et ces chants ne signifient rien pour lui. , car il nage dans une réalité complètement différente de la réalité sur laquelle ces chansons ont été écrites.
On ne peut pas classer ces chansons comme un phénomène musical, mais plutôt comme un phénomène social, dont le but est de gagner les masses, pas de valoriser l’art, le plus souvent par des chanteurs masculins, avec leurs voix issues de la classe baryton, qui monte de plusieurs fois pour tenter d’atteindre une classe d’opéra, mais ils restent sélectionné dans le registre de la stimulation des enzymes de l’orgueil exagéré, et non des enzymes de la contemplation, de la pensée et de la critique.
Il semble que les chanteurs d’hymnes nationaux ne soient pas non plus convaincus de ce qu’ils font. Nous n’avons jamais rencontré l’un d’entre eux qui a sorti un album entier dans ce genre, ou au moins publié une chanson dans tous ses albums. Interprétant d’autres styles, les gens écoutez, ces chanteurs savent que la chanson patriotique ne leur apporte pas de profit ou de renommée, ils s’en contentent plutôt du minimum, afin de se promouvoir dans les médias gouvernementaux, rien de plus, se rendant compte qu’il n’y a pas de public pour eux de la nouvelle génération. Il écoute des chants patriotiques, des personnes de plus de cinquante ans, ou quelques petits-enfants d’anciens moudjahidin. Ils sont plus teintés de tristesse ou de révérence que de joie ou de motivation à danser.

Gagner la sympathie du peuple

Quel est donc le but de diffuser ce genre de chanson, à chaque fois, même s’il n’y a pas de consensus ? La seule raison est une volonté officielle de rallier les gens autour du récit national, de leur rappeler le passé pour qu’ils puissent résister aux épreuves du présent, et ne pas exagérer leurs ambitions pour l’avenir. Une volonté officielle de leur rappeler que le régime les a conduits à l’indépendance, et c’est quelque chose qui peut être suivi et non désobéi.Ce pompage continu de chants patriotiques n’a d’autre but que de gagner la sympathie populaire et de justifier les crises que traverse le citoyen. , tous les jours. « Terre » et « sang » sont parmi les mots qui sont répétés dans les hymnes nationaux, bien que l’Algérien ne veuille vivre en paix, loin du sang. Les Algériens sont liés les uns aux autres, d’autant plus que la plupart de ces chansons ont été écrites après l’indépendance, pas pendant l’occupation, ce qui signifie que leurs chanteurs sont à la même distance de la guerre de libération que l’auditeur, et donc leur but est uniquement de promouvoir le chanteur lui-même, pas d’impliquer les auditeurs dans son travail.

romancier algérien

What do you think?

26 Points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Loading…

0
RUPTURE : des bergers tuent un militant des droits humains, le frère cadet de Sowore à Edo

RUPTURE : des bergers tuent un militant des droits humains, le frère cadet de Sowore à Edo

دراسة تكشف تفاصيل ما يدور في تونس.. وتهديدات النهضة الإخوانية ضد الدولة

La Banque européenne d’investissement fournit 250 mille euros pour soutenir la Tunisie dans la lutte contre Corona