in

En Algérie, une nouvelle constitution des manifestants n’a pas réclamé | Actualités politiques

En Algérie, une nouvelle constitution des manifestants n'a pas réclamé |  Actualités politiques

Le 2020-10-14 09:00:00, En Algérie, une nouvelle constitution des manifestants n’a pas réclamé | Actualités politiques

Un référendum sur une nouvelle constitution salué par les autorités comme marquant le début d’une nouvelle ère en Algérie ravive les tensions, les chefs de l’opposition et les militants dénonçant le vote comme un stratagème visant à renforcer davantage l’emprise de l’élite dirigeante sur le pouvoir.

Le président Abdelmadjid Tebboune a, depuis son élection en décembre, présenté l’initiative phare, qui doit être mise aux voix le 1er novembre, comme la meilleure garantie contre un glissement vers l’autoritarisme, affirmant que la charte conduirait à un parlement fort capable de contrebalancer le chef de pouvoirs jusqu’ici incontrôlés de l’État.

Les analystes affirment que le texte révisé vise sans aucun doute à apaiser les citoyens en colère, dont la participation à un mouvement pro-démocratie qui dure depuis un an n’a pris fin que par la pandémie de coronavirus.

Les manifestations – qui ont commencé en février 2019 en réponse à une candidature à la réélection du prédécesseur de Tebboune, Abdelaziz Bouteflika, malgré son état de santé défaillant – se sont rapidement transformées en demandes de changement systémique.

Alors que Tebboune, ancien Premier ministre et ancien allié de Bouteflika, n’a pas tardé à chanter les louanges de la démonstration sans précédent du pouvoir populaire, les critiques en sont venues à douter de l’engagement de 74 ans en faveur de la réforme démocratique.

La condamnation en août de Khaled Drareni, l’un des journalistes les plus connus du pays – à deux ans de prison pour des accusations «d’incitation à des rassemblements non armés» et de «atteinte à l’intégrité territoriale de la nation» – a peut-être mis en évidence l’appréhension des autorités pour la liberté d’expression.

Mais c’est dans les régions de l’intérieur, où les critiques du gouvernement sont moins exposés, que la répression de la dissidence est le plus passionnément menée – et ressentie avec intensité. Ce fut le cas de Yacine Mebarki, un activiste de la ville de Khenchela, condamné à 10 ans de prison pour avoir «offensé l’islam».

«Est-ce différent?

Nacer Djabi, professeur de sociologie à l’Université d’Alger, a déclaré que plusieurs questions rendaient la nouvelle constitution problématique, à commencer par l’insistance du gouvernement pour qu’un comité d’experts rédige le texte.

«Ce n’est pas ce que les gens réclamaient lorsqu’ils sont sortis pour protester», a déclaré Djabi à Al Jazeera. «En quoi est-ce différent du style de gouvernance de Bouteflika?»

«Des experts peuvent être appelés à fournir des éclaircissements sur certains aspects techniques de la charte après qu’elle a été discutée par la population en général… Mais ils ne peuvent pas remplacer un peuple entier.»

Bouteflika avait tout au long de ses 20 ans au pouvoir révisé la constitution à deux reprises, d’abord en 2008 pour se permettre de briguer un troisième mandat et à nouveau en 2016 pour réimposer la limite à deux mandats présidentiels.

Bien que les chefs d’État soient encore limités à deux mandats consécutifs ou distincts en vertu de la nouvelle constitution, c’est la prétention de la charte de faire respecter le principe de la séparation des pouvoirs qui suscite le plus de critiques.

S’il est approuvé, Tebboune continuerait à bénéficier des mêmes prérogatives que ses prédécesseurs, le président étant toujours en mesure de nommer et de révoquer un Premier ministre en exercice.

Mustapha Bouchachi, éminent avocat et ancien membre du parlement, a déclaré que le chef de l’Etat pourrait en outre opposer son veto aux lois par l’une des deux méthodes.

Dans un premier temps, Tebboune peut exiger une deuxième lecture de la loi, ce qui nécessiterait alors une majorité des deux tiers au parlement pour que la motion soit approuvée.

Tebboune pourrait également voter contre une loi une fois qu’elle aura été transmise au Sénat – où une majorité des trois quarts pour approuver un projet de loi n’est pas possible sans le feu vert d’un troisième nommé par Tebboune.

«En ce qui concerne la justice, il [Tebboune], en tant que président du Conseil supérieur de la magistrature, nommerait et révoquerait également les juges », a déclaré Bouchachi à Al Jazeera.

«Le président est donc directement impliqué dans les branches exécutive, législative et judiciaire du gouvernement. De plus, Tebboune serait également en charge de tous les organes de régulation, y compris ceux chargés de l’audit des dépenses publiques. Cette constitution donne au président les pouvoirs d’un empereur.

En ce qui concerne des droits tels que la liberté d’expression, Bouchachi a déclaré que si ces droits sont inscrits dans la nouvelle charte, les statuts votés à huis clos, y compris l’autorisation de manifester, rendent leur pratique quasiment impossible.

Parlement de timbres en caoutchouc

Djabi a déclaré que les autorités avaient dès le début montré leur dédain pour le mouvement de protestation en refusant systématiquement de recevoir les demandes d’une conférence de dialogue national ou d’une assemblée constituante qui, selon un calendrier prédéterminé, soumettrait un projet au débat public.

Le fait que les législateurs appartenant à ce que de nombreux Algériens considèrent comme un parlement sans faille qui a jadis prêté allégeance à Bouteflika n’a fait qu’exacerber les tensions.

La crédibilité de la chambre a été durement touchée lorsqu’un parlementaire lors d’un procès pour corruption a affirmé que des sièges à l’assemblée avaient été vendus pour environ 460 000 euros (540 800 dollars).

Cela s’ajoute aux craintes que le moment choisi pour l’effort n’entraîne pas un véritable débat.

Pourtant, tout en convenant que la nouvelle constitution ne répond pas aux demandes de la plupart des partis d’opposition, Lahouari Addi, politologue à Sciences Po Lyon, a déclaré que la libéralisation politique était en cours en Algérie.

Il a déclaré que les autorités étaient réticentes à ouvrir l’espace politique de manière brusque et définitive, car elles craignaient d’être tenues pour responsables de leurs actions pendant la guerre civile dans le pays, qui opposait les forces gouvernementales aux combattants islamistes qui ont pris les armes après un coup d’État qui les a privés de une victoire électorale quasi certaine aux élections législatives de 1991.

«Le pouvoir est toujours entre les mains des militaires et lorsque vous vous adressez à eux, ils disent que nous n’avons rien à voir avec la gestion du pays», a déclaré Addi. «Pourtant, personne n’est autorisé à s’impliquer dans la politique sans son approbation.»

«Ils ont été étonnés par la protestation; ils n’ont jamais imaginé que les gens se lèveraient de cette manière. Ils sont convaincus de la nécessité du changement, mais ils veulent que cela se fasse progressivement sur 10 ou 15 ans, ce qui leur permettrait alors de se retirer »et d’échapper aux poursuites.

What do you think?

26 points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0
L'Algérie se tourne vers l'Europe pour surmonter la crise financière - Erm News

L’Algérie se tourne vers l’Europe pour surmonter la crise financière – Erm News

Je ne me suis pas trompé sur l'équipe nationale tunisienne, et c'est mon message à Munther Al-Kabir

Je ne me suis pas trompé sur l’équipe nationale tunisienne, et c’est mon message à Munther Al-Kabir