in

Faible participation alors que les Algériens votent aux élections législatives | Élections Nouvelles

Faible participation alors que les Algériens votent aux élections législatives |  Élections Nouvelles

Le 2021-06-13 09:00:00, Faible participation alors que les Algériens votent aux élections législatives | Élections Nouvelles

L’Algérie a voté samedi lors d’une élection parlementaire marquée par une faible participation au milieu d’appels au boycott et d’une répression contre la dissidence.

Les partis pro-gouvernementaux avaient exhorté les Algériens à se présenter en grand nombre pour le « vote crucial » dans l’espoir de rétablir la stabilité après deux ans de troubles depuis que le leader de longue date Abdelaziz Bouteflika a été contraint de démissionner.

Le vote de samedi a également fait suite à une élection présidentielle en 2019 et à un référendum sur une constitution amendée l’année dernière, mais de nombreux Algériens pensent toujours que le véritable pouvoir est exercé par l’armée et les forces de sécurité.

Le mouvement d’opposition Hirak a appelé au boycott après l’arrestation jeudi de sept de ses dirigeants.

Les bureaux de vote ont clôturé à 19h00 GMT et les résultats sont attendus dimanche. Le taux de participation n’a été que de 30,2%, le plus bas depuis au moins 20 ans pour les élections législatives, a déclaré le chef de la commission électorale Mohamed Chorfi.

En comparaison, le taux de participation était de 35,7% pour le dernier vote législatif en 2017.

Environ 24 millions d’Algériens ont le droit de voter pour élire 407 membres de l’Assemblée populaire nationale pour un mandat de cinq ans.

Le président Abdelmadjid Tebboune a déclaré que les décisions étaient prises à la majorité des votants, quel que soit le taux de participation.

« Pour moi, ce n’est pas le pourcentage de participation qui est important, c’est de savoir si les législateurs que le peuple élit ont une légitimité suffisante », a-t-il déclaré après avoir voté dans la capitale, Alger. « Cette élection est une nouvelle étape pour construire une nouvelle Algérie.

L’instituteur Ali Djemai, 33 ans, a commencé à faire la queue tôt pour voter dans la ville. « Nous espérons que le prochain parlement sera une force de pression pour le changement que la majorité veut », a-t-il déclaré.

Mais dans la région de Kabylie, souvent un foyer d’opposition politique, la police anti-émeute a gardé les bureaux de vote où les militants ont cherché à brûler les urnes et certains centres de vote ont fermé tôt.

« Les élections ne donneront pas de légitimité au régime, et la répression et les arrestations n’arrêteront pas la révolution pacifique du peuple », a déclaré Samir Belarbi, une figure éminente du Hirak.

Le mouvement Hirak a été le fer de lance des manifestations antigouvernementales appelant à des changements fondamentaux dans le système politique du pays, qui a été dirigé par Bouteflika pendant 20 ans.

Sept personnalités du mouvement de protestation, dont Karim Tabbou, figure de proue de l’opposition, ont été arrêtées jeudi tandis que vendredi la police s’est massivement déployée dans la capitale, bloquant toute tentative du mouvement Hirak d’organiser des manifestations antigouvernementales.

Les élections anticipées sont censées illustrer la « nouvelle Algérie » de Tebboune, en mettant l’accent sur les jeunes candidats et ceux qui ne font pas partie de l’élite politique.

Le chef de la Ligue algérienne de défense des droits de l’Homme, Saïd Salhi, a dénoncé la répression qui a précédé le vote.

« L’atmosphère répressive et les restrictions imposées aux droits de l’homme et aux libertés signifient que ces élections n’ont aucune valeur démocratique », a déclaré Salhi.

Farida Hamidi, une militante du Hirak à Paris, a déclaré que l’élection signifiait peu pour les jeunes Algériens rêvant de changement.

« Nous rejetons tout : le président, le parlement, la constitution, tout ce qui est fait par cette junte militaire qui dirige l’Algérie depuis 1962 – nous voulons autre chose », a-t-elle déclaré.

Appels au boycott

Le Hirak a appelé au boycott de tous les scrutins nationaux depuis qu’il a mobilisé des centaines de milliers de personnes en 2019 pour forcer le président de longue date Bouteflika à démissionner, après avoir lancé une candidature pour un cinquième mandat.

Le mouvement est revenu dans la rue en février après une interruption de près d’un an en raison de la pandémie de coronavirus, ayant également survécu à une campagne d’arrestations, à une élection présidentielle et à un référendum constitutionnel visant en partie à l’enterrer.

Mais le gouvernement a intensifié sa répression contre le Hirak le mois dernier, bloquant les manifestations et arrêtant des centaines de militants qui ont défié les nouvelles restrictions sur les rassemblements publics.

Le journaliste indépendant Khaled Drareni et le directeur d’une radio pro-réforme, Ihsane El Kadi, figuraient également parmi les sept personnes arrêtées jeudi.

« Ces arrestations marquent une escalade effrayante dans la répression des autorités algériennes contre les droits à la liberté d’expression et d’association », a déclaré Amnesty International dans un communiqué, faisant état de plus de 200 personnes détenues en lien avec le mouvement Hirak.

« Au lieu de rassembler des journalistes et des opposants politiques dans le but d’écraser la dissidence et d’intimider les membres du mouvement de protestation Hirak, les autorités algériennes devraient se concentrer sur le respect de leurs obligations en matière de droits humains.

Vieille garde, malheurs économiques

Le président Tebboune affirme avoir répondu aux principales revendications du Hirak « en un temps record », mais affirme que ceux qui continuent de manifester sont des « contre-révolutionnaires » à la solde de « partis étrangers ».

Le puissant chef d’état-major des forces armées, Saïd Chengriha, a mis en garde contre toute « action visant à perturber » le scrutin.

Le mouvement de protestation affirme que le rôle passé de Tebboune en tant que Premier ministre sous Bouteflika confirme son récit selon lequel la vieille garde, au pouvoir depuis l’indépendance de l’Algérie en 1962 de la France, conserve une emprise ferme sur le pouvoir.

Les partis établis liés au régime de Bouteflika – le Front de libération nationale (FLN) et le Rassemblement national démocratique (RND) – sont considérés comme susceptibles de perdre des sièges, étant discrédités et blâmés pour la crise politique et économique en Algérie.

Les partis islamistes cherchent également à profiter du boycott du Hirak pour augmenter leur représentation – mais avec leur vote partagé entre cinq partis rivaux, ils pourraient avoir du mal à faire de réels gains.

« Avec une telle flopée de candidats, le calcul du pouvoir est simple : élire une assemblée patchwork, sans majorité, qui permettra au président de créer sa propre majorité parlementaire avec laquelle il gouvernera », a déclaré le politologue Rachid Grime.

Yasmine Hasnaoui, membre du conseil d’administration de l’Institut d’études sahariennes Al Andalous, a noté que si de nombreux candidats en lice étaient des indépendants, dont beaucoup de femmes, plusieurs de ces candidats appartenaient au « même système ».

« Vont-ils apporter tout ce que le système actuel demande ? C’est la question », a-t-elle déclaré à Al Jazeera.

L’Algérie est la quatrième économie d’Afrique et est fortement dépendante des revenus pétroliers. Il est aux prises avec un taux de chômage supérieur à 12%, selon la Banque mondiale. Il a également été durement touché par les retombées de la pandémie de coronavirus, qui a fait plus de 3 500 morts dans le pays, selon le ministère de la Santé.

« Les élections en Algérie ont toujours prouvé qu’elles ne sont pas la solution. La solution réside dans la transition démocratique, elle réside aussi dans un dialogue autour d’une table pour sortir de la crise », a déclaré l’activiste Sofiane Haddadji.

What do you think?

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0
أسعار الذهب اليوم الثلاثاء 20 يوليو 2021 في الجزائر

Cours de l’or aujourd’hui, mardi 20 juillet 2021 en Algérie

Des tueurs à la machette se déchaînent dans la guerre cachée du Congo

Des tueurs à la machette se déchaînent dans la guerre cachée du Congo