in

Football Féminin – News – La pionnière Belala guide la prochaine génération algérienne

Football Féminin - News - La pionnière Belala guide la prochaine génération algérienne

Le 2020-09-22 09:00:00, Football Féminin – News – La pionnière Belala guide la prochaine génération algérienne

  • Nadia Belala a participé au premier tournoi de football féminin en Algérie
  • A également représenté l’équipe nationale féminine lors de son premier match officiel en 1998
  • Elle rappelle le lancement du football féminin en Algérie et esquisse les ambitions futures

L’idée de développer et d’organiser le football féminin en Algérie a été proposée en 1997, alors que c’était une période d’instabilité pour le pays. Les fans de football de l’époque ont appelé les responsables sportifs des plus grandes provinces d’Algérie à rassembler autant de joueuses que possible pour participer à un tournoi amical à Annaba. Des filles originaires d’Annaba, d’Alger, de Béjaïa, de Constantine et d’Oran se sont dûment présentées.

Parmi les joueuses qui ont participé à cet événement, considéré comme le point de départ du football féminin organisé en Algérie, se trouvait Nadia Belala, qui fait désormais partie de l’équipe d’entraîneurs de l’équipe nationale féminine U-20. Après l’avoir vue jouer avec des amis dans la rue, les responsables du football ont décidé de l’inviter à rejoindre l’équipe de Bejaia.

En conversation avec FIFA.com, Belala a raconté la genèse du football féminin en Algérie. «Quand j’avais 16 ans, un des amis de mon père a appris qu’une fille du quartier était particulièrement douée. Il a décidé de venir me regarder en action pour lui-même.

« Il a été impressionné par mes compétences et m’a dit qu’il était sur le point de constituer la première équipe de football féminin à Bejaia. Il avait déjà trouvé des joueurs et m’a dit qu’il y avait un tournoi local organisé à Annaba et que Bejaia y participerait. Mon frère m’a encouragé à accepter l’offre, je n’aurais jamais imaginé qu’un jour je ferais l’histoire du football féminin algérien et représenterais la première équipe féminine à Bejaia.

« Je ne me suis entraîné qu’une seule fois avec l’équipe avant de me rendre à Annaba pour le tournoi. Je ne savais vraiment pas à quoi m’attendre. Cependant, la compétition a été un tel succès que beaucoup d’autres ont ensuite été organisées », a-t-elle ajouté.

L'Algérienne Nadia Belala lorsqu'elle était joueuse

France-Algérie, le lancement officiel

En l’occurrence, l’équipe nationale féminine algérienne a fait ses débuts officiels contre la France. Face à l’une des équipes les plus fortes du monde, l’équipe nord-africaine est tombée dans une défaite 14-0.

Interrogé sur cette rencontre, Belala a déclaré: « L’équipe de France était pleine de stars, alors que nous manquions d’expérience. Nous avions l’habitude de regarder des joueurs français comme Marinette Pichon à la télévision. Notre entraîneur nous a dit avant le match que nous n’avions rien à perdre et Nous devons faire de notre mieux. Nous avons fait tout ce que nous pouvions, et je me souviens que les joueurs français nous ont encouragés parce que c’était nos débuts. Les fans nous ont également applaudis après le match. C’était une expérience merveilleuse.

Belala a connu de nombreux moments forts au cours de sa carrière de joueur. Elle a participé à la première édition de chaque tournoi féminin en Algérie. «L’année suivante (en 1998), j’ai eu l’honneur de participer à la première Coupe d’Algérie, dans laquelle nous sommes arrivés deuxième.

« J’ai également participé à un match célèbre entre l’USMA et la JS Kabylie au Stade du 5 Juillet devant 80 000 spectateurs. C’était une super ambiance et nous étions très concentrés. Je me souviens que j’ai joué en tant que défenseur central, la position dans laquelle j’ai continué jusqu’à ma retraite. J’ai aussi joué pour l’ASE Alger Centre, avec qui j’ai remporté de nombreux titres », a-t-elle déclaré.

L'entraîneur algérien Nadia Belala

La famille, le secret du succès

Comme pour toute joueuse en Algérie, la famille joue un grand rôle. Poursuivre une carrière dans le football féminin n’allait jamais être facile pour Nadia, et encore moins en période d’instabilité. De plus, peu de filles jouaient au football à l’époque et Nadia devait pratiquer son sport préféré avec les garçons.

«Quand j’étais petite, je jouais au football dans mon quartier toute la journée. Comme j’étais la meilleure, mes amis frappaient à notre porte chaque fois qu’il y avait un match contre une autre équipe locale. Ils demandaient la permission à mon père de laissez-moi jouer pour que nous puissions gagner, et mes parents m’ont toujours laissé partir. J’étais la seule fille à jouer au football dans le quartier où j’ai grandi, et cela a continué à être le cas de 12 à 16 ans », se souvient-elle .

«Mon père était très strict et toujours inquiet pour la sécurité de ses enfants, en particulier nous les filles, mais ma mère et mon frère aîné m’ont soutenu et m’ont laissé jouer au football parce que j’étais très talentueux. La seule condition était de ne pas négliger mes études. J’ai très bien réussi à l’école parce que j’avais peur qu’ils ne me permettent pas de jouer. Je viens d’une famille sportive.

«Mon frère était gardien de but. Mon frère aîné, qui croyait en ma capacité à concilier mes études avec ma passion pour le football, a convaincu mon père de me laisser jouer. Je dois mon succès à mon père, à mon frère aîné et à toute ma famille,  » elle a ajouté.

L'entraîneur algérien Nadia Belala

Coaching, un rêve devenu réalité

Ayant réalisé tous ses rêves sur le terrain, les ambitions de Belala se sont tournées vers le coaching, quelque chose qu’elle rêvait depuis longtemps de poursuivre. Interrogée sur cette partie de sa carrière, elle a déclaré: «En 2007, j’ai décidé de raccrocher mes bottes et de devenir entraîneur parce que ma passion pour elle était plus forte.

En raison du manque d’opportunités, j’ai construit une équipe à partir de zéro à Amizour en 2008 et j’ai travaillé sans arrêt jusqu’en 2012. Après le décès de mon père, je suis devenu déprimé et j’ai décidé de me retirer du football. Cependant, je suis revenu au jeu en 2015 et j’ai relevé le défi avec Amizour, que j’ai guidé jusqu’à la première division.

Après son succès en club, la Fédération algérienne de football a demandé à Belala de co-entraîner l’équipe féminine U-20. Belala a encore de grandes ambitions à réaliser dans un métier auquel elle a consacré sa vie et dans lequel elle recherche toujours le succès.

What do you think?

23 points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0
«فيفا» قبل قرعة كأس العرب: رقم مميز لمنتخب مصر وسلسلة رائعة للجزائر

Sport à domicile | « FIFA » avant le tirage au sort de la Coupe Arabe: un numéro distingué pour l’équipe égyptienne et une belle série pour l’Algérie

Une délégation ministérielle tunisienne à Washington pour discuter du financement d'un programme de réforme avec le FMI

Une délégation ministérielle tunisienne à Washington pour discuter du financement d’un programme de réforme avec le FMI