in

Investir dans la pétrochimie … la carte de l’Algérie pour «attraper» les entreprises géantes

مهندس جزائري بحقل نفطي جنوب البلاد - أرشيفية

Rédaction Le 2021-04-02 00:58:33, Investir dans la pétrochimie … la carte de l’Algérie pour «attraper» les entreprises géantes

L’Algérie a révélé qu’elle entamerait des négociations avec les sociétés énergétiques internationales pour attirer «d’énormes investissements» dans le secteur pétrochimique.

Lors d’une séance devant les représentants de l’Assemblée nationale (la première chambre du parlement), Mohamed Arkab, le ministre algérien de l’Énergie et des Mines, a annoncé que son pays s’était engagé dans des négociations avec des sociétés énergétiques étrangères pour initier des «mégaprojets» dans la pétrochimie, sans fournir plus de détails sur les noms des entreprises ou les étapes des négociations avec elles.

Arkab a identifié des domaines d’investissement, dont le craquage du naphta et le gaz de pétrole liquéfié, avec une capacité de production d’un million de tonnes par an.

Ainsi qu’un projet de réalisation de deux unités avec les capacités de la société gouvernementale «Sonatrach», dédiée à la production de matériaux pétrochimiques nécessaires à l’industrie locale.

Il a mentionné que la première unité représente une unité de production de 200 000 tonnes par an de « méthyl tert-butyl éther » dans la zone industrielle d’Arzew à l’ouest du pays, ainsi qu’un composé pour la production de 100 000 tonnes par an. d’alkylbenzane linéaire dans la zone industrielle de Skikda (est).

Il a souligné la disposition des zones industrielles avec leurs différentes structures à assurer « le démarrage rapide de projets liés à l’industrie pétrochimique ».

Mohamed Arkab, ministre algérien de l'Énergie et des Mines - Archives

Le ministre algérien de l’Énergie a souligné l’importance que son gouvernement attache au secteur pétrochimique et aux capacités qu’il fournit, et a rappelé à cet égard l’unité de la région «Arzew» dans le gouvernorat d’Oran, qui a une capacité de production de 1,3 million de tonnes par an. d ‘ »ammoniac » et 2,3 millions de tonnes par an d’ « urée » en partenariat avec le complexe omanais de Suhail Bahwan.

Ainsi que la deuxième usine « Surfart » dans la même région, en partenariat entre le complexe pétrolier algérien, « Sonatrach » et la société néerlandaise « Aussie E », qui produit 1,5 million de tonnes par an d ‘ »ammoniac » et 1,1 million de tonnes par an de « urée ».

Il a souligné que la production algérienne d ‘ »urée » a enregistré une augmentation remarquable grâce aux industriels, et atteint 3448500 tonnes par an, annonçant dans le contexte une décision du gouvernement d’arrêter les exportations de cette substance après avoir atteint l’autosuffisance locale qui couvre les besoins de la marché local, avec « la possibilité de l’exporter », comme il l’a dit.

Région pétrolière d'Arzew dans l'ouest de l'Algérie - Archives

Défis énergétiques

Le secteur de l’énergie en Algérie fait face à plusieurs défis à travers lesquels il a relancé le débat sur l’avenir de l’économie de ce pays arabe, qui dépend principalement du pétrole et de ses revenus à près de 97% de son indépendance il y a 60 ans.

L’un des défis les plus importants est que l’économie algérienne reste un «otage» de la fluctuation des prix du pétrole sur les marchés mondiaux, alors que l’Algérie a enregistré une baisse de ses revenus pétroliers en 2020 d’environ 30%, tandis que les pertes du pétrole Sonatrach société s’élevait à 10 milliards de dollars, selon les chiffres officiels.

Le deuxième défi réside dans la baisse des réserves énergétiques de l’Algérie, dans un contexte d’anticipation de «l’épuisement du pétrole» algérien d’ici 2035 «en cas d’augmentation continue de la consommation intérieure», et que l’Algérie deviendra alors un «pays non pétrolier », Selon un rapport de Bloomberg.

Les experts économiques attribuent les raisons de la baisse du stock algérien au rétrécissement des puits traditionnels et à l’arrêt des nouvelles découvertes, notamment après la sortie de plusieurs compagnies pétrolières d’Algérie en raison de l’ancienne loi sur les hydrocarbures, qui les jugeait « injustes ».

Alors que les experts parlaient de la baisse de la part de production de pétrole de l’Algérie dans l’organisation «OPEP» à environ 850 mille barils par jour, mais les autorités algériennes n’ont pas tardé à le nier plus tôt, et ont confirmé qu’elle atteignait environ 1 million et 348 mille barils par jour. journée.

Jeudi, le ministre algérien de l’Énergie et des Mines a révélé que la décision de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) et de ses alliés d’élever progressivement le niveau de leur production pétrolière a permis une légère augmentation de la production algérienne, estimée à 11 mille barils par an. jour en mai et juin suivants, et de 14 000 barils par jour, en juillet prochain.

Investissements de la compagnie pétrolière Sonatrach en Algérie

L’Algérie cherche à faire évoluer la loi sur les hydrocarbures, la troisième du genre en quatre ans, vers la loi sur les hydrocarbures, dans le but d’inciter les compagnies pétrolières étrangères à investir dans le secteur de l’énergie.

Et en janvier dernier, la société publique Sonatrach a signé cette année son plus gros accord avec l’américain «Occidental», l’italien «Eni» et le français «Total» pour exploiter le bassin gazier «Brkin» dans les blocs 404 et 208, selon un déclaration de la société algérienne, sans révéler sa valeur financière.

Le géant pétrolier algérien «Sonatrach» a suivi un énorme budget d’investissement pour les 5 prochaines années, estimé à 40 milliards de dollars, dont 51% en dinar algérien, dans une tentative «d’intégrer le contenu local aux activités de Sonatrach et de le promouvoir», selon aux déclarations du directeur général de la société, Tawfiq Hakkar.

A court terme, Sonatrach s’est fixé des objectifs pour augmenter la production de pétrole et redémarrer les champs dans le sud de l’Algérie, notamment les champs «Qassi Al-Taweel» et «Bir Rikayz».

Alors qu’elle a déterminé son projet d’investissement à moyen terme pour répondre à la demande intérieure croissante en énergie à environ 70 millions de tonnes équivalent pétrole à partir de 2024, et pour maintenir le niveau d’exportations supérieur à 90 millions de tonnes équivalent pétrole par an.

What do you think?

20 points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0

La Belgique doit rendre la dent du dirigeant congolais assassiné, juge le juge | Patrice Lumumba

الرئيسية

La crise politique tunisienne se termine-t-elle par un dialogue national?