in

J’ai été influencé par Naguib Mahfouz, et le livre a reconnu la qualité du roman, pas les noms

الروائي الجزائري عبد اللطيف ولد عبد الله

Actuexpress.net Le 2021-03-22 20:12:35, J’ai été influencé par Naguib Mahfouz, et le livre a reconnu la qualité du roman, pas les noms

L’écrivain algérien Abdellatif Ould Abdallah a affirmé que le Prix du livre arabe est un réel gain pour lui, et qu’il « ne reconnaît pas les noms, mais plutôt la qualité de l’œuvre ».

Dans une interview à « Al Ain Al Akhbariya », le jeune romancier algérien a qualifié la nomination de son roman « Ain Hammurabi » dans la longue liste du Prix international de fiction arabe comme « un présage de bonté ».

Il a également révélé l’un des secrets qui l’ont amené dans le monde de l’écriture de la plus large de ses portes, et ce n’était rien d’autre qu’une «histoire d’amour ratée» qui a fait de lui l’un des romanciers algériens et arabes les plus célèbres.

Abdel-Latif a été très franc dans ses réponses, car il a également parlé de ses tendances à écrire plus que de sa majeure en architecture, d’une manière qui lui a causé des «problèmes financiers», de sorte qu’il a décrit sa relation avec les deux domaines comme s’il était «marié à deux femmes et elles réclament toutes les deux toute mon énergie et je ne peux pas les satisfaire ensemble de la même manière», mais en même temps il considère que le monde de l’écriture reste son capital, ce qui ne lui donne pas de pouvoir.

Abdel-Latif Ould Abdallah, du livre La nouvelle génération en Algérie, a 33 ans et est originaire de la province de Mascara dans l’ouest de l’Algérie, mais réside dans le gouvernorat de Mostaganem.

Et après avoir publié un certain nombre d’articles et de textes sur des sites Web arabes, Abd al-Latif a soutenu sa carrière avec le roman « Out of Control », qui a remporté le deuxième prix pour « Ali Maashi » en 2018. Il a également publié son roman « Tabarruj » la même année, dont le dernier était « Ain Hammurabi » en 2018. 2020 édité par la maison d’édition « Meem ».

Romancier algérien Abdellatif Ould Abdallah - Archiviste

Votre roman « Ain Hammurabi » est entré pour la première fois dans la longue liste du poker avec vos compatriotes Sarah El Nemes et Amara Lakhos … Comment voyez-vous cette étape de votre carrière?

La chose la plus importante qu’un prix prestigieux puisse ajouter est de vous présenter au public avec la possibilité de traduire votre travail dans une langue étrangère qui lui donne un nouveau souffle et des lecteurs d’une culture complètement différente.

Mon accès à la longue liste est un réel gain pour moi en tant qu’écrivain, car mon nom a commencé à apparaître dans les cercles littéraires, et c’est de bon augure.

Qu’attendez-vous des résultats de la longue liste du Prix international de la fiction arabe à la lumière de la forte concurrence?

Je n’ai pas d’attentes, car je n’ai pas lu les œuvres nominées, car elles ne sont pas disponibles dans mon pays et ne peuvent pas être commandées facilement et peuvent mettre de longues semaines à arriver.

Supposons que j’ai des attentes, elles ne seront pas utiles, car beaucoup de noms qui ne sont apparus à personne sont dans la longue liste, et c’est un réel gain pour le prix car il ne reconnaît pas les noms mais la qualité du travail .

Que pouvez-vous dire du roman « Ain Hammurabi »?

Waheed Hamras revient d’Allemagne après des années d’exil en Algérie et travaille avec l’équipe de fouilles archéologiques pour découvrir une ancienne ville archéologique située dans un village à la frontière avec un pays voisin où se trouvent des mines et des barbelés.

Pendant ce temps, des meurtres et d’autres événements liés au site archéologique ont lieu, qui tous créeront de l’hostilité et des troubles parmi les peuples autochtones, qui sont un échantillon des peuples opprimés du monde.

Couverture du roman Ain Hammurabi

Avant cela, vous avez publié deux romans, « Out of Control » et « Tabarruj » … Et eux?

« Out of Control » a été publié par les publications de « Lebanon’s Shores » et « The Difference Algeria » en 2006, et c’est un roman policier qui se déroule entre les villes de Mascara et Oran (ouest de l’Algérie).

Le deuxième roman est un roman psychologique psychologique, dont la plupart se déroule dans un hôpital gouvernemental, qui a été publié par les deux mêmes maisons en 2018.

Êtes-vous fan d’écriture de romans entre le langage formel et le langage parlé ou familier?

Écrire dans la langue familière me dérange beaucoup, je ne lis pas les romans écrits dans le familier, et j’ai remarqué que les écrivains arabes ont commencé à avoir tendance à mélanger entre familier et classique ou écrire directement dans le familier, ce qui les embourbe dans localisme et facilité.

Couvrir le roman hors de contrôle

Quel est votre public cible pour votre fiction?

Quand j’écris, je pense à un lecteur comme moi, et cela me fait me demander à quel point je suis semblable aux autres lecteurs.

Vous appartenez à la nouvelle génération de romanciers en Algérie. Comment êtes-vous entré dans le monde de l’écriture?

Je ne me souviens plus de la raison qui m’a poussé à écrire pour la première fois, mais je peux revenir dans le passé et revivre quelques souvenirs de l’université où j’avais un mémo dans lequel j’ai commencé à écrire mes pensées, et c’était tout sur le véritable amour que j’ai vécu au lycée et son influence a continué jusqu’à présent.

Mais je n’écris plus sur l’amour et mon langage n’est plus un mélange d’incantations incompréhensibles, j’écris bien et je peux facilement décrire ce que je veux décrire.

Mais ce qui m’a donné la force d’écrire, c’est le courage. Sans courage, je n’aurais pas pu franchir la barrière de la peur et de la honte de révéler ma vérité en tant qu’être humain fragile et faible qui a besoin de l’autre. Admettre l’échec et l’impuissance enlèvent une partie du fardeau de l’âme.

Couverture du roman Tabarruj

Votre spécialité scientifique est « l’architecture », mais vous avez choisi d’écrire … Comment? Pourquoi?

Ce sont tous les deux un travail créatif mais j’ai plus de liberté pour écrire, je travaille comme ingénieur le jour et j’écris la nuit, je vis deux mondes parallèles, et dans cette diversité c’est un plaisir car cela me sort d’une routine ennuyeuse.

Cependant, je suis devenu enclin à écrire plus, parfois au détriment du travail, ce qui m’a causé des ennuis financiers et maintenant j’ai commencé à essayer de les réconcilier, mais en vain.

J’ai l’impression d’être marié à deux femmes et elles sont toutes les deux exigeantes de toute mon énergie et je ne peux pas les satisfaire ensemble de la même manière, donc je me concentre beaucoup sur l’écriture, cela me donne une extase sans pareil, et le travail se limite à seulement quelques transactions qui ne demandent pas beaucoup d’efforts pour être de toutes mes forces la nuit.

Quelle est votre lecture de la scène littéraire et culturelle en Algérie?

Il y a une nouvelle génération de jeunes qui lisent et écrivent dans plusieurs langues en plus de l’arabe, du français et de l’anglais, il y a ceux qui lisent en cinq langues et parfois plus.

Ces personnes ont trouvé leur illusion dans la technologie parce qu’elle leur a donné une liberté créative et des espaces pour exprimer leurs idées que nos gouvernements ne leur avaient pas accordées.

Mais en général, la scène culturelle algérienne a commencé à se relancer ces dernières années. Il y a des activités intellectuelles dans tous les domaines dans tous les pays du pays. Je suis très optimiste et j’espère ne pas me délirer.

Romancier algérien Abdellatif Ould Abdallah - Archiviste

Comment voyez-vous la réalité du roman en Algérie?

Le roman algérien, et je préfère dire « Magharebia », en vertu de notre participation à une zone géographique qui nous unit à une longue histoire de lutte contre les forces extérieures depuis une époque ancienne. Il a une longue histoire, contrairement à ce que certains pensent Ce qui est écrit en langue française a connu un succès au Maghreb comme dans le monde occidental.

Par exemple, Yasmina Khadra est algérienne et écrit en français et en arabe, mais il est célèbre pour être un écrivain français comme beaucoup de nos brillants écrivains, et Yasmina Khadra est l’écrivain arabe le plus lu au monde.

Cette diversité linguistique accroît la richesse intellectuelle et l’ouverture aux autres, mais beaucoup de gens veulent que la littérature maghrébine soit arabe ou étrangère, et c’est une erreur.

Qui êtes-vous influencé par les romanciers algériens, arabes ou internationaux?

J’ai été influencé par de nombreux écrivains brillants, mais parmi ceux dont les textes sont restés dans ma mémoire, il y a Rachid Boujdra, l’auteur du roman « L’escargot têtu », le marocain Tahar Ben Jelloun Maghribi, Abdel Fattah Kelito Maghribi et l’égyptien Naguib Mahfouz, notamment son roman « Le commencement et la fin ».

Votre expérience dans l’écriture de romans a-t-elle tiré sa chance d’un suivi critique?

Malheureusement non .. Mais si le malheur s’est calmé, il s’est calmé, car je ne suis pas seul dans cette situation culturellement tendue, je crois que toute bonne écriture trouvera sa place dans le cœur des lecteurs, et cela m’enrichit de tout.

What do you think?

26 points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0

La République du Congo signe un accord sur la révocation des licences de minerai de fer avec Sangha Mining

Tunisie ... Les personnes âgées n'ont pas participé à leur campagne de vaccination Corona

Tunisie … Les personnes âgées n’ont pas participé à leur campagne de vaccination Corona