in

Journée nationale du livre.. Pourquoi l’Algérie l’a-t-elle qualifiée de crime culturel ?

Journée nationale du livre.. Pourquoi l'Algérie l'a-t-elle qualifiée de crime culturel ?

Actuexpress.net Le 2021-06-09 05:16:35, Journée nationale du livre.. Pourquoi l’Algérie l’a-t-elle qualifiée de crime culturel ?

Il y a cinquante-neuf ans, le matin du 7 juin 1962, l’Algérie se réveillait au son de trois fortes explosions planifiées par l’organisation secrète de l’armée française, à la suite desquelles des incendies et des flammes se sont allumés dans la bibliothèque de l’Université d’Alger, et réussit à dévorer près de 400 000 livres, manuscrits et documents précieux.

Certaines nouvelles ont rapporté que le colonialisme visait à détruire le stock culturel et le cadre de connaissances de l’État algérien pendant son indépendance après des années de lutte et de révolution contre lui, car un grand nombre de plans importants ont été transférés dans des conteneurs sécurisés par le colonisateur jusqu’à ce qu’ils atteignent La France est alors arrivée à l’étape de l’incendie et de la destruction, ce qui a été qualifié de « crime culturel odieux ».

L’Algérie a pu récupérer près de 80 000 livres et manuscrits en les transférant au lycée Okba Bin Nafea de la capitale avant de retourner à la bibliothèque universitaire, où elle a été restaurée et ouverte après une période de six ans, lors de sa réouverture le 12 avril, 1968.

Début avril, la ministre algérienne de la Culture et des Arts, Dr Malika Bendouda, a décidé d’attribuer le 7 juin de chaque année comme journée nationale du livre et des bibliothèques, date qui coïncide avec l’anniversaire de l’incendie de la bibliothèque universitaire. , et ce à l’occasion de la réouverture de la Bibliothèque nationale d’Algérie, l’ancien siège de la rue Franz Fanon. Battilli dans la capitale devant des chercheurs, où le ministre a souligné que cette bibliothèque reste dans la mémoire des générations un espace distingué pour connaissances, en particulier pour les étudiants universitaires et la recherche scientifique.

Ainsi, l’Algérie célèbre la première Journée nationale du livre sous le slogan « Vers des horizons lumineux », et elle a duré deux jours, en présence d’un groupe de chercheurs et d’intervenants dans le domaine des écrivains et romanciers, et comportait un programme riche et riche.

Les 7 et 8 juin, le ministère a présenté quatre sessions de recherche, l’ouverture comprenait un discours du Dr Malika bin Douda, suivi d’une conférence sur l’incendie de la bibliothèque universitaire. livre », et réunissait un certain nombre de chercheurs pour discuter : la politique culturelle du livre, les axes de soutien à travers le comité de reproduction écrite, la protection des droits liés au livre. La deuxième session de recherche était intitulée « Le livre est une économie ». des chercheurs ont parlé lors de la troisième session sur « Livres et sécurité culturelle » et la quatrième sur « Le mécanisme de mise à niveau des livres et de la lecture ».

Lors de la séance d’ouverture des activités de la Journée du livre, Malika Ben Douda a déclaré : Cette journée a sa particularité, et nous assistons à une décision du Président de la République, que le 7 juin sera une journée nationale du livre et de la bibliothèque que l’Algérie fait revivre chaque année et consacre à travers elle le statut du savoir et de la culture dans l’espace public.

Bin Douda a ajouté que notre secteur ministériel s’est concentré sur le livre au cours de la période récente, et nous avons cherché à le réorganiser dans l’ordre des priorités. Peut-être qu’initier et accélérer les procédures de mise en œuvre des textes d’application de la loi sur le livre est un pas important vers la maîtrise du monde du livre, et la consolidation du négoce professionnel dans ses domaines.

Le ministre a souligné que le monde de l’édition doit atteindre des normes de marché avancées pour les livres, que ce soit par la vente classique directe ou la vente électronique via des plateformes et la livraison.

Elle a conclu en disant que la régulation du marché commence par des lois et passe par l’inscription du livre dans un système économique stimulant et ne se termine pas par l’activation de la lecture et l’implication de la société civile et de la presse culturelle dans le processus de promotion. C’est un tout intégré qui a besoin des efforts de tous.

Il convient de noter qu’en 1994, l’UNESCO a publié une déclaration sur l’importance des bibliothèques publiques, déclarant que la bibliothèque publique, en tant que porte d’accès locale au savoir, est une condition préalable à l’acquisition de la science tout au long de la vie, à l’indépendance dans la prise de décision et au développement culturel pour individus et groupes.

L’UNESCO croit en la bibliothèque publique en tant que force vivante pour l’éducation, la culture et l’information et un facteur essentiel pour promouvoir la paix et le bien-être spirituel à travers l’esprit des êtres humains, hommes et femmes.

What do you think?

14 points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0
Space in Africa

Expérience croissante de la fusée Blida en Algérie dans les concours de fusées et les activités de sensibilisation spatiale

Tunisie.. Une décision de mettre fin au travail des juges aux postes politiques

Tunisie.. Une décision de mettre fin au travail des juges aux postes politiques