in

La crise «molle» conduira-t-elle à une nouvelle «guerre du sable» entre le Maroc et l’Algérie? – Nouvelles Erm

La crise «molle» conduira-t-elle à une nouvelle «guerre du sable» entre le Maroc et l'Algérie?  - Nouvelles Erm

Actuexpress Le 2021-03-21 00:11:00, La crise «molle» conduira-t-elle à une nouvelle «guerre du sable» entre le Maroc et l’Algérie? – Nouvelles Erm

Date de publication: 20 mars 2021 23h11 GMT

Date de mise à jour: 21 mars 2021 6:00 GMT

Samedi, la région d’Arja, dans la région de Figuig (est) à la frontière maroco-algérienne, a été témoin de manifestations massives pour la troisième journée consécutive, en raison de l’expulsion par les autorités algériennes des agriculteurs marocains de cette région.

Les autorités algériennes avaient donné aux agriculteurs qui investissaient dans ces terres un délai convenu pour quitter les lieux, et tous les passages frontaliers ont été fermés à minuit mercredi dernier, comme cela avait été annoncé.

À la lumière du silence du gouvernement marocain, les médias algériens ont confirmé que cette étape découle d’un accord de démarcation de la frontière entre Rabat et l’Algérie, signé en 1972, selon lequel l’Algérie a le droit de regagner ses terres à tout moment.

La région de Figuig est dominée par les tensions et les protestations des habitants et des organisations de la société civile, qui appellent les autorités marocaines à intervenir.

2021-03-1-92

Mahdi Zizi, membre du bureau régional du syndicat «Confédération démocratique des travailleurs» de l’Est, a exprimé ses regrets pour la décision algérienne, qu’il a qualifiée de «Sabiani», soulignant que les habitants de la région, en particulier à Figuig, payer la taxe du conflit maroco-algérien.

Zizi a ajouté dans une déclaration à « Erm News », que les habitants de la région ont perdu leurs terres et leurs maisons du jour au lendemain en raison d’une décision politique sans contexte, soulignant que l’objectif de l’Algérie est d’exporter sa crise interne vers les voisins afin de «contourner» les revendications du mouvement populaire, et répondre aux victoires diplomatiques remportées par le Maroc dans le dossier du Sahara, comme il le disait.

Commentant le silence du gouvernement marocain concernant ces développements frontaliers, le responsable du syndicat a déclaré: «Je ne comprends pas la raison du silence du Maroc et ses antécédents», puis a demandé: «Qui indemnisera ces personnes pour la perte de leurs terres et de leurs maisons. ? Maroc ou Algérie? Quelles sont les alternatives économiques?

2021-03-2-75

De son côté, le «Club des avocats au Maroc» a annoncé l’ouverture de canaux de communication avec les agriculteurs de la région «Al-Arja» à Fekk, afin de collecter l’ensemble des données et documents, et d’étudier les moyens juridiques disponibles pour réclamer une indemnisation pour expropriation de terrain.

Le Club des Avocats a ajouté dans un communiqué, «l’article 827 du Code civil algérien stipule que quiconque possède un droit réel meuble, immobilier ou meuble, qu’il soit lui-même ou un bien immobilier, sans être son propriétaire ou le sien, aura cette propriété si sa possession se poursuit pendant une période de 15 ans sans interruption ».

Mohamed (45 ans), agriculteur de la région, a déclaré que les autorités algériennes nous ont privés de nos terres et de nos maisons après que nous les ayons héritées de nos ancêtres.

Il a ajouté dans une interview à « Erm News »: « Aujourd’hui, nous avons perdu notre seule source de revenus, et nous ne savons pas ce que nous allons faire, et nos demandes seront-elles satisfaites? »
Il existe un chevauchement important entre les villes marocaines et algériennes d’un certain nombre de points frontaliers entre les deux pays.

2021-03-8-15

La région frontalière entre l’Algérie et le Maroc connaît des tensions depuis près de 50 ans.Une guerre a éclaté entre les deux pays en 1963, en raison d’un différend sur cette région, et a été connue sous le nom de «guerre des sables».

De son côté, l’expert marocain en études militaires et affaires stratégiques, Abd al-Rahman al-Mekkawi, a déclaré que ces terres qui ont suscité la polémique il y a quelques jours sont «marocaines en vertu de l’histoire», pourtant l’accord de démarcation des frontières entre Rabat et l’Algérie, qui a été signée en 1972, est interprétée par l’Algérie selon ses intérêts, il en va de même pour le Maroc.

Al-Mekkawi a ajouté dans une déclaration à « Erm News », que le Maroc ne veut pas donner à l’Algérie l’occasion de faire de la région un point focal de la protestation, ou permettre au voisin oriental de contourner les revendications du mouvement, et que C’est pourquoi Rabat a décidé de garder le silence et le calme et de ne pas s’engager dans une confrontation ouverte pour éviter une répétition du scénario de 1963 (Guerre des Sables). Selon lui.

2021-03-7-15

L’expert militaire estime que les services de renseignement algériens ont préparé à l’avance cette opération, en publiant des «faux» rapports sur les chaînes pro-gouvernementales, affirmant que la zone «Al-Arja» était exploitée par les Marocains pour la contrebande de haschich, d’armes et de contrebande, qui sont «basées sur des mensonges» et que l’Algérie avait l’habitude de mettre en œuvre.

Le porte-parole a souligné que le Maroc respecte le droit international malgré le fait que les terres sont historiquement marocaines, et que ceux qui y vivent depuis des décennies sont des Marocains, soulignant que la région est actuellement témoin d’une alerte sécuritaire et militaire.

What do you think?

25 points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0
Congo: Guy Brice Parfait Kolelas hospitalisé pour COVID-19 |  Actualités sur la pandémie de coronavirus

Congo: Guy Brice Parfait Kolelas hospitalisé pour COVID-19 | Actualités sur la pandémie de coronavirus

Le Parlement tunisien renouvelle son appel à un dialogue inclusif entre les partis politiques