in

La police algérienne enquête sur les allégations d’abus sexuels d’un manifestant adolescent | Nouvelles du Moyen-Orient

La police algérienne enquête sur les allégations d'abus sexuels d'un manifestant adolescent |  Nouvelles du Moyen-Orient

Le 2021-04-04 23:06:44, La police algérienne enquête sur les allégations d’abus sexuels d’un manifestant adolescent | Nouvelles du Moyen-Orient

Le jeune homme de 15 ans a été arrêté à Alger lors d’une manifestation dans le cadre du mouvement pro-démocratie Hirak.

La police algérienne a déclaré dimanche qu’elle avait ouvert une enquête après que des vidéos sur les réseaux sociaux affirmant que des agents avaient agressé sexuellement un adolescent arrêté lors de manifestations antigouvernementales avaient déclenché la fureur.

Le jeune homme de 15 ans a été arrêté samedi à Alger, la capitale du pays d’Afrique du Nord, où un mouvement de protestation pro-démocratie de longue date connu sous le nom de Hirak organise régulièrement des manifestations réclamant un changement politique.

«Après la diffusion d’une vidéo sur les réseaux sociaux dans laquelle les auteurs affirment qu’un mineur a été maltraité dans un commissariat d’Alger, les forces de l’ordre… ont informé le parquet, qui a immédiatement ordonné une enquête», indique un communiqué de police.

Une vidéo aurait montré le garçon en train de sangloter alors qu’il quittait le poste de police, tandis que dans une autre, le garçon aurait dit avoir été «maltraité» par la police et allégué qu’ils «avaient tenté de le violer».

Amnesty International a appelé à une enquête «indépendante» sur ces allégations.

Le mois dernier, la Ligue algérienne de défense des droits de l’homme (LADDH) a renouvelé son appel à l’ouverture d’une enquête après que des allégations d’activistes du Hirak aient été torturées en détention.

Lors du procès en février de l’activiste du Hirak Walid Nekkiche, l’étudiant de 25 ans a déclaré avoir été «agressé sexuellement, physiquement et verbalement» par des membres des services de sécurité pendant sa garde à vue.

Le procureur de la République a par la suite annoncé une enquête.

Les manifestations marquent une reprise du mouvement de protestation de rue appelant au départ de l’ancien établissement politique et à l’armée de quitter la politique, qui a suspendu ses marches hebdomadaires il y a un an en raison de la pandémie de COVID-19.

Le mouvement s’est mobilisé pour la première fois en février 2019 et a contraint en quelques semaines le président de l’époque Abdelaziz Bouteflika à abandonner sa candidature pour un cinquième mandat et à démissionner.

Les manifestations se sont poursuivies chaque semaine jusqu’à ce que la pandémie mondiale de coronavirus atteigne l’Algérie il y a un an.

What do you think?

14 points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0
L'équipe de France écrase la Tunisie au TQO et se rapproche de Tokyo

L’équipe de France écrase la Tunisie au TQO et se rapproche de Tokyo

La présidence fronce les sourcils face au message de Pâques de Kukah |  The Guardian Nigeria Nouvelles

La présidence fronce les sourcils face au message de Pâques de Kukah | The Guardian Nigeria Nouvelles