in

La privatisation du pétrole et des investissements en Algérie

Rédaction Le 2021-08-21 06:40:08, La privatisation du pétrole et des investissements en Algérie


Nos lecteurs sont des utilisateurs d’Instagram
Vous pouvez désormais suivre gratuitement les dernières actualités via notre compte Instagram
Cliquez ici pour vous abonner

Dans le cadre des réformes économiques tant attendues, le président algérien Abdelmadjid Tebboune a ordonné l’adoption de la « privatisation » en vendant des participations dans des entreprises publiques et des banques. La décision du président algérien intervient alors que la croissance économique s’est contractée de 4,6% l’année dernière, en raison de la baisse de la demande de pétrole et de gaz, qui représentent 60% du budget de l’Algérie et 94% de ses recettes d’exportation. Outre les répercussions de la situation sanitaire dues au « Covid-19 », les rapports internationaux tablaient sur une série d’indicateurs négatifs auxquels l’Algérie est confrontée cette année, dont les plus importants sont : un déficit de la balance commerciale estimé à environ 11 milliards de dollars, et une augmentation du ratio de la dette publique au PIB de 53 % à 63 % .

Mais le plus important reste que les réserves de la banque centrale sont passées de 195 milliards de dollars en 2013 à 53 milliards de dollars en 2019, puis à environ 44 milliards de dollars en juillet dernier. Si l’équilibre financier de l’État algérien exige un prix du pétrole de 160 $ ​​le baril (selon les estimations du Fonds monétaire international), ce qui est impossible pour les marchés mondiaux à voir à court terme, comment l’Algérie fera-t-elle face aux défis de sa crise financière avec la prix actuel de moins de 70 $ le baril, et avec des exportations en baisse en même temps ? L’Algérie s’appuyait sur les revenus pétroliers nationalisés en 1971. Cependant, 16 ans après cette date, une nouvelle loi a été promulguée qui ouvre le sous-sol aux entreprises étrangères, mais les différends avec la Sonatrach ont rapidement entraîné le retrait progressif des entreprises.

La production est tombée à moins d’un million de barils par jour. Avec l’augmentation de la consommation intérieure et l’augmentation des capacités de raffinage, le volume des exportations a diminué. Pour faire face à ces évolutions négatives, l’Algérie envisage actuellement d’augmenter la production en développant des gisements dans le cadre d’un programme d’investissement sur cinq ans, dont le coût est estimé à environ 40 milliards de dollars. Mais les entreprises étrangères sauveront-elles l’industrie pétrolière en Algérie ? Le Premier ministre Abdelaziz Djerad espère que ces entreprises trouveront les financements et les nouvelles technologies dont l’Algérie a urgemment besoin pour relancer la production de pétrole et de gaz.

En ce qui concerne les incitations, il faut se référer à la loi de finances publiques, qui comprenait plusieurs réformes visant à encourager le secteur privé et à construire une économie forte et diversifiée. Y compris fournir des exonérations fiscales, exempter les investisseurs étrangers de l’obligation de s’associer avec une partie locale, encourager les entreprises qui exportent des biens et services et fournir des devises.

What do you think?

26 Points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Loading…

0
Olusegun-Obasanjo1

Obasanjo entraîne le PDP sur le choix du candidat à la présidentielle de 2023

Ligue des champions : les Algériens Bensebaini et Mahrez s'affrontent

Ligue des champions : les Algériens Bensebaini et Mahrez s’affrontent