in

La tristesse plane sur les palmiers marocains expulsés d’une oasis frontalière par l’Algérie

La tristesse plane sur les palmiers marocains expulsés d'une oasis frontalière par l'Algérie

Actuexpress.net Le 2021-03-21 14:58:19, La tristesse plane sur les palmiers marocains expulsés d’une oasis frontalière par l’Algérie

De nombreuses personnes à Figuig dépendent des dates pour vivre afp_tickers Ce contenu a été publié le 21 mars 2021 – 14 h 58 juillet, 21 mars 2021 14 h 58 (AFP)

Les agriculteurs marocains de l’oasis isolée de Figuig, à la frontière algérienne, subissent le poids de la tension régionale après que l’Algérie les a expulsés des palmeraies où ils travaillent depuis des générations.

Les frontières entre les deux pays rivaux ont été fermées en 1994, mais l’Algérie a permis à certains habitants de la ville frontalière marocaine de Figuig (Figuig) de traverser vers les vergers d’Arja, que les Algériens appellent l’Oasis d’Arouda.

Et ces derniers jours, l’Algérie a révoqué ce droit et déployé des soldats pour mettre en œuvre sa décision.

« Tout le monde ressent l’injustice. … L’agriculture est notre seule ressource, il n’y a pas d’emplois ici, il n’y a pas d’usines », a déclaré Mohamed Jabbari, un chômeur de 36 ans qui s’est joint aux manifestations contre cette décision.

Jeudi, environ quatre mille personnes, soit environ la moitié de la population de Figuig, ont pris part à une manifestation de colère contre la décision algérienne.

De son côté, les autorités locales marocaines ont organisé une réunion avec les agriculteurs «pour discuter des solutions possibles pour atténuer les répercussions de la décision», qu’elles ont qualifiée de «temporaire et circonstancielle».

L’oasis de Figuig est située sur une ancienne route des caravanes au pied des montagnes de l’Atlas et du Sahara.

Le commerce a commencé à décliner après la démarcation de la frontière en 1845, et les différends diplomatiques ultérieurs entre l’Algérie et Rabat ont transformé Figuig en une impasse.

Les tribus amazighes se déplaçaient librement dans la région avant la délimitation des frontières. Aujourd’hui, se déplacer pour rendre visite à des proches près de la frontière nécessite un voyage en avion en Algérie.

L’Algérie a justifié sa dernière initiative en ne respectant pas les règles convenues par les agriculteurs et par l’activité des gangs de trafic de drogue dans la région.

Mais les habitants de Figuig rejettent avec véhémence ces justifications.

«Les expulsions sont une décision politique», déclare Muhammad al-Jilali, qui dirige une association locale.

Tension régionale

L’expulsion coïncide avec l’escalade des tensions entre les deux pays ces derniers mois sur le dossier litigieux du Sahara Occidental.

Le Maroc considère le Sahara occidental comme faisant partie du royaume, une position soutenue par Washington dans les derniers jours de l’administration Donald Trump.

En revanche, l’Algérie soutient le Front Polisario en quête d’indépendance.

À des centaines de kilomètres du Sahara occidental, les habitants de Figuig s’intéressent à des occupations plus animées.

Figuig Mesir est à trois heures des villes les plus proches, Oujda et Rashidiya, et a du mal à attirer les touristes.

Des difficultés sont présentes malgré l’esthétique de l’architecture et des paysages, dont les habitants espèrent qu’ils seront inscrits sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO à l’avenir.

Le mauvais tourisme rend les résidents dépendants des palmiers pour leur subsistance.

Au fil des ans, les agriculteurs ont planté des palmiers dans les zones situées au-delà de la vallée, là où se trouve la frontière, en utilisant les eaux souterraines.

Les zones nouvellement plantées produisent une récolte exceptionnelle de vergers traditionnels entourés de murs de briques, qui sont irrigués par un réseau de canaux traditionnels, selon les agriculteurs.

La zone évacuée cette semaine couvre environ 1 500 hectares et comprend des dattiers Aziza.

– ‘Droits historiques’ –

Le fermier Abdul Malik Boubakri de Figuig dit que sa famille travaille dans les palmeraies depuis trois générations.

« L’Algérie et le Maroc nous ont laissé travailler sans problèmes, et nous ne savons plus quoi faire », a ajouté le joueur de 71 ans.

Il explique qu’il a dû abandonner 30 000 arbres, dont certains ont été plantés par son grand-père.

La valeur du travail que lui et sa famille ont accompli au fil des ans était estimée à cinq cent mille dirhams marocains (plus d’un demi-million de dollars), et ils vendaient des dattes d’une valeur en kilogramme de 150 dirhams.

Comme d’autres expulsés d’Al-Arja, Abd al-Malik affirme avoir des «droits historiques» sur la terre, comme en témoigne un document datant de 1939.

Les agriculteurs de Figuig ont déjà été expulsés des terres situées de l’autre côté de la vallée.

Les dernières expulsions effectuées par les autorités algériennes remontent à 1975, coïncidant avec la « Marche verte », au cours de laquelle des milliers de Marocains ont traversé vers le Sahara occidental pour déclarer le droit du Maroc à la région riche en richesses minières, suite à sa libération du colonialisme espagnol .

Figuig a depuis été témoin d’une vague d’immigration vers la plus grande ville d’Europe, qui a vidé la moitié de sa population, et leurs maisons et leurs vergers sont restés vides.

Le fermier Abdul Majid Boudi, 62 ans, regrette la récente perte. Se référant à l’évacuation qui a eu lieu dans les années 1970 et qui a affecté sa famille, il dit: « J’ai laissé trop de palmiers et je suis devenu trop long pour récolter leurs dattes. »

What do you think?

26 points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0
Candidat hospitalisé avec Covid aux élections en République du Congo

Candidat hospitalisé avec Covid aux élections en République du Congo

L'Algérie établit une feuille de route pour une économie fondée sur la connaissance

L’Algérie établit une feuille de route pour une économie fondée sur la connaissance