in

L’Algérie rompt ses relations diplomatiques avec le Maroc « hostile »

Channels Television

Le 2021-08-24 23:28:38, L’Algérie rompt ses relations diplomatiques avec le Maroc « hostile »


Le ministre algérien des Affaires étrangères Ramtane Lamamra tient une conférence de presse dans la capitale Alger, le 24 août 2021. RYAD KRAMDI / AFPLe ministre algérien des Affaires étrangères Ramtane Lamamra tient une conférence de presse dans la capitale Alger, le 24 août 2021. RYAD KRAMDI / AFP

Le ministre algérien des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra, a déclaré mardi que son pays avait rompu ses relations diplomatiques avec le Maroc en raison d' »actions hostiles », après des mois de résurgence des tensions entre les rivaux nord-africains.

Les pays s’accusent depuis longtemps de soutenir les mouvements d’opposition en tant que mandataires, le soutien de l’Algérie aux séparatistes dans la région contestée du Sahara occidental étant une pomme de discorde particulière pour le Maroc.

« L’Algérie a décidé de couper les relations diplomatiques avec le Royaume du Maroc à partir d’aujourd’hui », a annoncé Lamamra lors d’une conférence de presse.

« L’histoire l’a montré… Le Maroc n’a jamais cessé de mener des actions hostiles contre l’Algérie », a-t-il ajouté.

LIRE AUSSI : La Zambie prête serment à son nouveau président

Il n’y a pas eu de réaction immédiate de Rabat à l’annonce.

La décision d’Alger est intervenue à la suite d’un examen des relations bilatérales annoncé la semaine dernière, alléguant que Rabat était complice des incendies de forêt meurtriers qui ont ravagé le nord du pays.

Lamamra a accusé les dirigeants marocains de « responsabilité des crises répétées » et des comportements qui ont « conduit au conflit au lieu de l’intégration » en Afrique du Nord.

A la fin du mois dernier, le roi du Maroc Mohamed VI a déploré les tensions entre les deux pays et a invité le président algérien Abdelmadjid Tebboune « à faire prévaloir la sagesse » et « à travailler à l’unisson pour le développement des relations » entre les deux pays.

‘Provocation’

Mais les incendies de forêt en Algérie, qui ont éclaté le 9 août au milieu d’une canicule torride, ont brûlé des dizaines de milliers d’hectares de forêt et tué au moins 90 personnes, dont plus de 30 soldats, attisant davantage les tensions.

Alors que les critiques disent que les autorités algériennes ne se sont pas préparées aux incendies, Tebboune a déclaré que la plupart des incendies étaient d’origine « criminelle ».

Les autorités algériennes ont mis en cause le mouvement indépendantiste de la région majoritairement berbère de Kabylie s’étendant le long de la côte méditerranéenne à l’est de la capitale.

Alger a accusé Rabat de soutenir les séparatistes.

« La provocation marocaine a atteint son paroxysme lorsqu’un délégué marocain auprès des Nations Unies a demandé l’indépendance du peuple de la région de Kabylie », a déclaré Lamamra mardi.

Le mois dernier, l’Algérie a rappelé son ambassadeur à Rabat pour des consultations après que l’envoyé du Maroc aux Nations Unies, Omar Hilale, a exprimé son soutien à l’autodétermination dans cette région.

A l’époque, le ministère algérien des Affaires étrangères avait déclaré que le Maroc « soutient ainsi publiquement et explicitement un prétendu droit à l’autodétermination du peuple kabyle ».

Les autorités algériennes ont également accusé le Mouvement pour l’autodétermination de la Kabylie (MAK) d’être impliqué dans le lynchage d’un homme faussement accusé d’incendie criminel lors des récents incendies de forêt, un incident qui a suscité l’indignation.

L’Algérie a accusé la semaine dernière le Maroc de soutenir le groupe, qu’il qualifie d’« organisation terroriste ».

‘Mauvaise Décision’

« Les actes d’hostilité incessants menés par le Maroc contre l’Algérie ont nécessité la révision des relations entre les deux pays », avait déclaré la présidence.

Il a également déclaré qu’il y aurait une « intensification des contrôles de sécurité aux frontières occidentales » avec le Maroc.

La frontière entre l’Algérie et le Maroc est fermée depuis 1994.

Mohamed, un chauffeur de bus marocain, a qualifié la dernière décision algérienne de « mauvaise décision ».

« C’est comme couper les ponts avec son voisin d’à côté », explique-t-il à l’AFP.

Les deux pays d’Afrique du Nord ainsi que la Tunisie étaient unis, a-t-il ajouté, affirmant qu’« il n’y a pas de différences, cela se passe entre les gouvernements ».

Le ministre algérien des Affaires étrangères a également accusé le Maroc de mener « une guerre médiatique… contre l’Algérie, son peuple et ses dirigeants ».

Mais Lamamra a également déclaré que l’assistance consulaire aux citoyens des deux pays ne serait pas affectée.

Les relations entre Alger et Rabat ont été tendues au cours des dernières décennies, en particulier sur la question brûlante du Sahara occidental contesté.

Le Maroc considère l’ancienne colonie espagnole comme faisant partie intégrante de son royaume, mais l’Algérie a soutenu le mouvement Polisario qui y recherche l’indépendance.

Un accord de normalisation entre le Maroc et Israël en décembre a déclenché de nouvelles tensions entre Rabat et Alger parce que les États-Unis ont reconnu la souveraineté marocaine sur le Sahara occidental dans le cadre de l’accord.

Lamamra a accusé mardi le ministre israélien des Affaires étrangères d' »accusations insensées et de menaces voilées » après que Yair Lapid a exprimé « des inquiétudes quant au rôle joué par l’Algérie dans la région ».

Lors de sa première visite au Maroc depuis la normalisation des relations entre les pays, Lapid a déclaré que ses inquiétudes étaient fondées sur les craintes que l’Algérie ne se « rapproche de l’Iran », ainsi que sur « la campagne qu’elle a menée contre l’admission d’Israël en tant que membre observateur de l’Union africaine. ”.

AFP

What do you think?

26 Points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Loading…

0
National Chairman of the Peoples Democratic Party, Prince Uche Secondus, and the Governor of Rivers State, Chief Nyesom Wike

Le PDP se sépare alors que deux présidents émergent, Wike et Secondus divisent la NWC

L'OPEP félicite la Société nationale des pétroles du Congo (SNPC) du Congo pour les progrès réalisés dans le domaine du gaz naturel et de la RSE

L’OPEP félicite la Société nationale des pétroles du Congo (SNPC) du Congo pour les progrès réalisés dans le domaine du gaz naturel et de la RSE