in

L’Algérie veut réduire sa dépendance à l’égard des importations de blé | 22/01/2021

L'Algérie veut réduire sa dépendance à l'égard des importations de blé |  22/01/2021

Le 2021-01-22 09:00:00, L’Algérie veut réduire sa dépendance à l’égard des importations de blé | 22/01/2021

Le marché du blé algérien a longtemps été dépendant des importations, une tendance que le gouvernement veut inverser grâce à des interventions visant à réduire la facture d’importation de blé et à inciter les investisseurs locaux et étrangers à investir leur argent dans l’immense espace agricole industriel du pays.

Une population nationale croissante, désormais estimée à 44 millions, et une urbanisation croissante qui a vu près de 73% de la population se déplacer vers les zones urbaines et les villes, a entraîné une augmentation de la consommation de pain (commun) et de blé dur, estimée entre 11 millions et 10,7 millions de tonnes, dépassant la production intérieure de blé du pays d’Afrique du Nord d’environ 3,9 millions de tonnes.

Le marché est également façonné par des modifications de politique qui ont un impact sur les prix des produits dérivés du blé et tracent une nouvelle voie pour augmenter la production nationale dans le but de réduire la facture nationale des importations de blé tout en répondant aux besoins de la consommation locale.

La production de blé au cours de la campagne de commercialisation 2019-2020 est estimée à 3,95 millions de tonnes, selon une analyse de juillet 2020 du département américain de l’Agriculture (USDA). Cette production, largement liée aux conditions météorologiques et canalisée pour répondre aux besoins du pays en pain et couscous, ne représentait qu’une augmentation de 0,3% par rapport aux 3,94 millions de tonnes de la campagne de commercialisation précédente.

Au cours du deuxième trimestre de 2020, des rapports citaient le ministère algérien de l’Agriculture indiquant qu’environ 2 millions de tonnes de blé dur et de blé panifiable avaient été récoltées au début de la saison avril / mai 2020.

L’USDA estime que la production de blé diminuera de 5,1% à 3,75 millions de tonnes au cours de la période 2020-2021, alors même que la superficie cultivée en Algérie reste estimée à 2 millions d’hectares. Cependant, d’autres rapports de marché indiquent que le secteur agricole global de l’Algérie a augmenté de 1,9% pendant la même période.

La production actuelle de blé est insuffisante pour répondre à la demande croissante de l’Algérie, en particulier de la part des meuniers et d’autres consommateurs qui ont besoin d’environ 11 millions de tonnes au cours de la campagne de commercialisation en cours, qui pourraient éventuellement tomber à 10,7 millions de tonnes, selon l’USDA.

Cela signifie que l’Algérie n’est en mesure de satisfaire qu’entre 34% et 36% de ses besoins en blé et doit donc importer entre 5 millions de tonnes, avec la possibilité d’augmenter les volumes à près de 8 millions de tonnes, selon les estimations de l’USDA, avec la France, l’Allemagne, La Pologne, le Canada, le Mexique, les États-Unis et le Royaume-Uni sont les principales sources d’importation du blé tendre et dur d’Algérie.

Désireux de changer le récit

Un rapport national de 2019 de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) a déclaré que l’Algérie, même en période de production céréalière abondante, «s’est fortement appuyée sur les importations de céréales, le blé tendre étant le plus important».

«Au cours des cinq dernières années, les besoins d’importation du pays étaient en moyenne d’environ 7,9 millions de tonnes de blé tendre principalement par an, ce qui représente environ 70% de son utilisation intérieure», a déclaré la FAO.

Mais l’Algérie est désireuse de changer ce discours sur le commerce des céréales, notamment en réduisant ses importations de blé grâce à une augmentation de la production nationale soutenue par de nouvelles politiques favorables aux investisseurs destinées à attirer les investisseurs locaux et étrangers.

«Le gouvernement algérien et son ministère de l’Agriculture s’efforcent continuellement de réduire les importations et d’augmenter la production nationale des cultures demandées», a déclaré un rapport de marché du chercheur de marché indien Mordor Intelligence.

Le gouvernement a déjà plafonné les importations annuelles de blé panifiable à 4 millions de tonnes, l’USDA prévoyant un chiffre potentiellement plus élevé de 5 millions de tonnes au cours de la campagne de commercialisation 2020-2021.

De plus, en juin 2020, le gouvernement a promulgué la loi de financement complémentaire pour 2020, qui vise en partie à attirer les investissements directs étrangers, en particulier dans l’agriculture commerciale telle que la production de blé moderne à grande échelle.

La loi révise la règle de l’actionnariat majoritaire local 51/49, sauf pour les secteurs stratégiques tels que le pétrole et le gaz, le transport ferroviaire, les ports et les aéroports.

L’obligation majoritaire pour les investisseurs étrangers étant désormais supprimée pour les entreprises commerciales non désignées, les investisseurs commerciaux étrangers potentiels en blé bénéficieraient également de la suppression du droit de préemption du gouvernement énoncé dans la loi 16-09 spécifiquement réservée à la promotion de l’investissement, selon l’analyste de marché Ernst & Young.

«Conformément à l’objectif du gouvernement d’attirer les investisseurs étrangers, notamment en modifiant l’exigence d’une obligation d’actionnariat national majoritaire (règle 51/49), la possibilité de financement étranger pour les investissements réalisés par des entreprises algériennes a été rétablie», a déclaré Ernst & Young .

Plus d’incitations publiques ont été accordées aux investisseurs désireux d’investir dans les régions du sud de l’Algérie productrices de blé.

Les incitatifs comprennent le fait de bénéficier «d’une réduction de 50% sur les montants payés de l’impôt sur le revenu des personnes physiques et de l’impôt sur les sociétés pendant une période de cinq ans».

Cependant, les investisseurs désireux d’accepter l’incitation devraient être «enregistrés sur le plan fiscal et établis de façon permanente» dans certaines régions où l’Algérie souhaite augmenter la production agricole, y compris la culture du blé.

Selon le rapport Mordor Intelligence intitulé «Agriculture en Algérie – Croissance, tendances et prévisions (2020-2025)», le gouvernement «offre des incitations fiscales, y compris des concessions agricoles, et des baux à long terme gratuits de terres agricoles aux investisseurs étrangers et homologues locaux. »

«La stratégie de développement favorise les investissements directs étrangers et les partenariats, notamment dans le domaine des productions céréalières, oléagineuses et sucrières», selon une note sur le secteur agricole algérien de l’International Trade Administration.

Investissement dans la transformation agricole

L’Algérie attire non seulement les investisseurs locaux et étrangers dans la production agricole réelle, mais aussi dans les activités de la chaîne de valeur telles que le concassage et la raffinerie pour soutenir la transformation agricole, l’expansion de la capacité de stockage agricole actuelle, la mise en place d’infrastructures de chaîne du froid et le lancement d’installations de conditionnement.

En outre, l’Algérie a mis en service le bureau pour le développement de l’agriculture industrielle relevant du ministère de l’Agriculture en mettant l’accent sur l’augmentation des investissements dans l’agriculture commerciale dans les régions productrices de blé.

La gestion du programme de subventions géré par l’État est une autre modification de la politique qui pourrait soutenir la volonté de l’Algérie de parvenir à l’autosuffisance insaisissable de la production de blé et même de rejoindre la ligue mondiale des importateurs.

Par exemple, le gouvernement avait auparavant interdit les exportations de pâtes et de couscous fabriqués localement pour décourager l’utilisation de blé subventionné pour des produits qui sont finalement vendus sur le marché mondial.

Cependant, l’Algérie a réalisé plus tard que la politique faisait du tort aux meuniers de blé qui ne pouvaient plus accéder aux marchés mondiaux des pâtes et du couscous à cause de l’interdiction.

La politique a été révisée par la suite pour autoriser les exportations de pâtes et de couscous, mais les minotiers sont désormais tenus d’importer leur propre blé au prix du marché complet si les produits de l’utilisateur final étaient destinés au marché d’exportation.

En outre, le gouvernement algérien a annulé les subventions aux produits du blé par le biais de deux décrets exécutifs récents visant la tarification de la farine de blé panifiable et de la semoule de blé dur.

À partir de novembre 2020, les meuniers et autres acheteurs de blé dur doivent l’acheter à l’Office algérien des céréales (OAIC), l’agence nationale des céréales, aux prix du marché.

Auparavant, en septembre, le gouvernement avait publié un décret sur les prix de détail à la consommation pour un kilogramme de farine ordinaire, le fixant à 27,50DZD (0,21 $ US) tandis qu’un quintal (cwt) de farine de blé ordinaire pour les boulangeries était recommandé à 2000DZD (15,56 $ US). .

Pour la semoule ordinaire et extra fine, le gouvernement a recommandé de maintenir le prix de détail pour chaque kilogramme à 38,5DZD (0,30 $ US) et 42,5DZD (0,33 $ US), respectivement.

Les prix du blé et des produits à base de blé devraient en outre être affectés par l’assouplissement par l’Algérie des spécifications d’importation de blé, en particulier celles qui affectent les appels d’offres d’État à l’importation.

Les changements, qui n’étaient pas encore mis en œuvre d’ici octobre 2020, comprennent l’augmentation de la limite de dommages causés par les insectes dans les spécifications d’importation de blé panifiable (tendre) de 0,1% à 0,5% pour certaines origines de blé.

Cet assouplissement des spécifications devrait profiter aux exportateurs de blé de la région de la mer Noire, comme la Russie, qui devrait produire environ 83 millions de tonnes de blé au cours de la campagne de commercialisation 2020-2021.

L’assouplissement des restrictions à l’importation de blé est non seulement susceptible d’autoriser davantage de blé de la région de la mer Noire, mais de réduire encore la part des exportateurs de blé de l’Union européenne, en particulier lorsque la France enregistrerait une baisse de 25% de sa production à 31 millions de tonnes, en raison de des conditions météorologiques défavorables. Les faibles volumes de production verraient la France réduire ses volumes d’exportation de 2019 de 23 millions de tonnes à entre 13 millions et 15 millions de tonnes, selon les estimations de l’USDA. La France devait auparavant exporter entre 1,5 et 2,5 millions de tonnes au cours de la saison 2020-2021.

Autosuffisance nécessaire en cas de pandémie

Pendant ce temps, l’Algérie aurait besoin à court terme de plus de blé et de produits à base de blé pour atténuer les effets de la pandémie de COVID-19 qui, au 8 décembre, avait infecté 88 252 personnes dans le pays et tué 2 516 autres.

Le Centre international d’études agronomiques méditerranéennes avancées (CIHEAM) a déclaré que l’Algérie fait partie des pays qui ont modifié leurs plans de production en réponse indirecte à la pandémie et cite la création de l’Office national de l’agriculture saharienne «pour le développement de millions d’hectares en le Sahara algérien.

La pandémie, a déclaré le centre, « renforce l’urgence pour le pays de réduire rapidement sa dépendance à l’égard des importations. »

Comme d’autres pays de la région méditerranéenne, l’Algérie a connu une «augmentation rapide de la demande» de produits finis tels que les pâtes et la semoule, créant des défis dans la chaîne d’approvisionnement.

«En Algérie, les meuniers ont dû faire face à une demande urgente et accélérer la transformation des céréales pour approvisionner les détaillants», a déclaré le CIHEAM.

L’OAIC a déclaré qu’il était contraint de «faire des avances sur les quantités allouées aux transformateurs pour répondre à une forte demande».

Bien que l’Algérie, comme de nombreux autres marchés mondiaux de production et de consommation de blé, s’attende à ce que l’avenir de son approvisionnement en blé soit influencé par des facteurs clés tels que la hausse des revenus disponibles, la croissance démographique, l’urbanisation croissante, la demande accrue d’aliments à base d’amidon, un milieu en expansion et la performance générale du secteur alimentaire du pays, il ne fait aucun doute que la pandémie de COVID-19 façonnera grandement le marché mondial du blé et, partant, la disponibilité et la consommation de toutes les formes du produit dans un avenir proche et moyen.

Shem Oirere est une journaliste indépendante basée à Nairobi, au Kenya, spécialisée dans la couverture des marchés céréaliers africains. On peut le joindre à soirere@gmail.com.

What do you think?

26 points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0
Buhari, les responsables de la sécurité se réunissent mardi

Buhari, les responsables de la sécurité se réunissent mardi

Saudi News, parmi eux le querelleur Chaouchi ... les 4 chômeurs les plus en vue du championnat algérien

Saudi News, parmi eux le querelleur Chaouchi … les 4 chômeurs les plus en vue du championnat algérien