in

L’ancien Premier ministre algérien admet avoir vendu des lingots d’or sur le marché noir | Actualités sur la corruption

L'ancien Premier ministre algérien admet avoir vendu des lingots d'or sur le marché noir |  Actualités sur la corruption

Le 2021-01-10 09:00:00, L’ancien Premier ministre algérien admet avoir vendu des lingots d’or sur le marché noir | Actualités sur la corruption

Ahmed Ouyahia a déclaré aux procureurs qu’il avait vendu 60 lingots d’or reçus en cadeau de donateurs du Golfe.

L’ancien Premier ministre algérien Ahmed Ouyahia, jugé pour corruption, a admis avoir reçu des lingots d’or de donateurs du Golfe puis les avoir vendus sur le marché noir, a rapporté l’agence de presse officielle APS.

Ouyahia et son ancien Premier ministre Abdelmalek Sellal sont accusés d’avoir financé secrètement la candidature de 2019 à la réélection du président de l’époque Abdelaziz Bouteflika, qui a démissionné peu de temps après au milieu de manifestations antigouvernementales de masse.

Leur nouveau procès s’est ouvert samedi après que la Cour suprême a annulé en novembre leurs condamnations antérieures à la suite d’un appel, a déclaré APS.

Tous deux avaient servi sous Bouteflika. Plusieurs anciens ministres et autres personnalités connues sont également jugés pour la même affaire.

Ouyahia a été interrogé sur la provenance des actifs de ses comptes bancaires, totalisant plus de 5 millions de dollars.

Il a déclaré que certains provenaient de la vente sur le marché noir « de lingots d’or, qu’il a reçus en cadeau, en sa qualité de Premier ministre, des dirigeants des pays du Golfe », a rapporté l’APS.

Les 60 lingots d’or ont été évalués à environ 2,5 millions de dollars.

Ouyahia a déclaré qu’il avait auparavant gardé le silence sur la question afin de «ne pas saper les relations entre l’Algérie et certains pays amis».

Il a également admis ne pas avoir déclaré les sommes aux inspecteurs des impôts.

Chaîne d’enquêtes

Le procès d’Ouyahia et Sellal en décembre 2019 était le premier d’une série d’affaires de corruption très médiatisées lancées après la démission de Bouteflika au début de l’année.

C’était aussi la première fois depuis l’indépendance de l’Algérie vis-à-vis de la France en 1962 que d’anciens Premiers ministres étaient traduits en justice.

Ouyahia a été Premier ministre quatre fois entre 1995 et 2019 et a été condamné à 15 ans de prison.

Sellal, qui a servi de 2012 à 2017 et a dirigé quatre des campagnes électorales de Bouteflika, a été condamné à 12 ans de prison. Le couple a été condamné à une peine de prison supplémentaire dans des affaires distinctes l’année dernière.

Bouteflika, qui était le président algérien le plus ancien, a été contraint de démissionner en avril 2019 après avoir perdu le soutien de l’armée au milieu d’énormes manifestations de rue contre sa décision de briguer un cinquième mandat.

Les autorités ont ensuite lancé une série d’enquêtes contre d’anciens hauts fonctionnaires et des personnalités du monde des affaires, dont plusieurs ont été condamnés.

Mais l’État a également réprimé les personnalités de l’opposition, et beaucoup considèrent les procès comme un règlement de compte entre des responsables rivaux plutôt qu’un véritable effort de réforme.

What do you think?

23 points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0
Le Nigeria sera en difficulté si nous choisissons mal en 2023 - Dogara

Le Nigeria sera en difficulté si nous choisissons mal en 2023 – Dogara

Le match entre le Burkina Faso et l'Algérie aura lieu au Sénégal - Al Shorouk Online

Le match entre le Burkina Faso et l’Algérie aura lieu au Sénégal – Al Shorouk Online