in

Le Hirak algérien est-il mort? | Printemps arabe: 10 ans d’actualité

Le Hirak algérien est-il mort?  |  Printemps arabe: 10 ans d'actualité

Le 2021-02-22 09:00:00, Le Hirak algérien est-il mort? | Printemps arabe: 10 ans d’actualité

Le Hirak, le soulèvement pacifique qui a conduit à la chute de l’ancien président algérien Abdelaziz Bouteflika, célèbre son deuxième anniversaire. En février 2019, des centaines de milliers d’Algériens sont descendus dans la rue pour protester contre la prochaine élection présidentielle, qui, selon eux, serait truquée.

Bouteflika a été contraint de démissionner, mais pour la plupart des manifestants, ce n’était pas suffisant. Ils ont exigé le départ de toutes les personnalités liées au régime et la fin de l’ingérence militaire dans la politique. Les manifestations hebdomadaires se poursuivent et se heurtent à une répression croissante.

Un nouveau président, Abdelmajid Tebboune, a été élu en décembre 2019 avec le soutien de l’armée. Ancien Premier ministre qui a servi sous Bouteflika, Tebboune a rapidement renié ses promesses d’engager un dialogue avec les manifestants et a plutôt soutenu la répression des militants pro-démocratie.

Ensuite, la pandémie COVID-19 est arrivée et a forcé les Hirakistes à suspendre leurs marches. La répression s’est étendue à Internet. L’appareil de sécurité harcelait ceux qui continuaient de critiquer le gouvernement; des personnes qui géraient des pages Facebook critiques ont été arrêtées, tandis que les sites Web d’information étaient bloqués. Selon le Comité national pour la libération des détenus, des dizaines de personnes sont en détention pour dissidence politique.

Malgré la répression et la pandémie, le mouvement ne s’est pas éteint. Lors de récentes conversations que j’ai eues avec des militants algériens dans le pays et dans la diaspora, il est apparu que le Hirak est confronté à pas mal de défis, mais son esprit est toujours vivant. L’Algérie étant confrontée à une crise politique et économique sans précédent, l’attraction du mouvement ne fera probablement que se renforcer. Cela ressort également des foules rassemblées le 22 février à Alger.

Le Hirak est-il «mort»?

Le 7 février, malgré le froid, environ 200 manifestants algériens se sont rassemblés place de la République dans le centre de Paris pour exprimer leur soutien au Hirak. Presque tous les dimanches depuis le 22 février 2019, ces membres de la diaspora ont manifesté leur solidarité avec leurs concitoyens algériens.

Ce jour-là, leur indignation a été alimentée par les révélations selon lesquelles Walid Nekkiche, un étudiant arrêté à Alger en novembre 2019, avait été torturé et agressé sexuellement par les services de sécurité algériens. Lors de la manifestation, un homme a pris le micro et a proclamé en arabe: «Le Hirak n’est pas mort. Ce qu’ils ont fait à Walid, ils l’ont fait depuis l’indépendance. Nous continuerons donc à lutter pour notre dignité et la dignité de l’Algérie. La notion de dignité (karama) était centrale lors du soulèvement arabe de 2010-11, et elle est également un élément fondamental du Hirak algérien.

Comme d’autres mouvements révolutionnaires de la région, le Hirak algérien est un effort de transformation de longue date qui découle d’un profond sentiment d’injustice. Outre la résistance des élites dirigeantes locales, il est confronté aux efforts des forces contre-révolutionnaires arabes, au cynisme des puissances étrangères et à la courte durée d’attention des médias de masse.

Beaucoup se sont empressés de proclamer sa «mort» prématurément, comme ils l’ont fait avec d’autres soulèvements arabes. Cette approche orientaliste, qui perçoit l’absence de résultats démocratiques rapides comme un signe d’échec et considère les populations locales incapables de s’émanciper sans aide étrangère, est assez imparfaite. D’une part, il manque la vue d’ensemble.

D’Alger à Oran en passant par Paris, tous les militants à qui j’ai parlé ont convenu qu’un retour au statu quo ante est impensable. Ils exigent l’instauration de l’état de droit, le remplacement des élites politiques et la libération immédiate de tous les prisonniers politiques. Telles sont les conditions préalables pour parvenir à une véritable transformation démocratique et libérer l’État de l’ingérence militaire et de la corruption. Tant que ces demandes ne seront pas satisfaites, le Hirak – sous une forme ou une autre – ne disparaîtra probablement pas.

L’un des effets durables du Hirak est qu’il a mobilisé toute une génération qui jusqu’à récemment avait évité la politique. Selon Maroua Gendouz, ancienne membre d’un mouvement étudiant à Oran et co-fondatrice de la coalition hirakiste Nida-22, le Hirak est «une révolution qui a éduqué le peuple, en particulier la jeunesse». En plus de l’indignation résultant de la violence arbitraire et de la corruption, cette énergie juvénile fait avancer le mouvement et donne l’espoir qu’elle contribuera à une transformation durable en Algérie.

Dépolarisation idéologique

Malgré l’optimisme dans les rangs du Hirak, il est également de plus en plus reconnu qu’il est confronté à de nombreux défis internes et externes. La guerre civile sanglante des années 1990, déclenchée par un coup d’État militaire contre la victoire électorale du Front islamique du salut (FIS) en 1992, a laissé le pays profondément divisé. Outre la discorde entre laïcs et islamistes, des tensions existent également entre ceux qui sont prêts à travailler avec des acteurs islamistes et ceux qui considèrent que les islamistes représentent une menace plus grande que le régime lui-même.

Certaines des principales forces au sein du Hirak ont ​​tenté de remédier à ces divisions en appelant à l’unité à l’échelle de la société. Aldja, qui a demandé que son vrai nom ne soit pas utilisé dans cet article pour des raisons de sécurité, m’a dit que le mouvement était motivé par un «ensemble universel de valeurs» plutôt que par une idéologie.

Elle est membre du bureau stratégique d’Ibtykar – une organisation qui promeut la liberté individuelle et la justice sociale, qui a joué un rôle clé dans la création de Nida-22, une coalition pluraliste et non partisane qui vise à rassembler des progressistes, des féministes, ainsi que les islamistes. En travaillant ensemble, a déclaré Aldja, ces acteurs peuvent «renforcer le Hirak, en facilitant le dialogue et en lui fournissant des outils logistiques, ainsi qu’une plate-forme commune basée sur un consensus entre les Hirakistes».

D’autres conviennent également que seule une approche non idéologique peut réussir à naviguer dans l’environnement politique chargé de l’Algérie. «Le régime veut que nous soyons divisés; c’est pourquoi je parlerai à ceux qui étaient pour l’éradication des islamistes ainsi qu’aux islamistes », a déclaré Hichem, membre fondateur de For A New Algeria (Pour Une Nouvelle Algérie, PUNA) basé en France, qui a également a demandé que son vrai nom ne soit pas mentionné.

Certains militants affirment que la «dépolarisation idéologique» est le seul moyen de surmonter la fragmentation politique héritée du passé et de préserver la possibilité d’une révolution pacifique. Cette dépolarisation n’est pas synonyme de dépolitisation; il s’articule plutôt à travers l’idée d’unité en opposition au «issaba» (gang au pouvoir).

Bien sûr, il y a aussi ceux qui résistent à l’unité par sentiment anti-islamiste. À gauche, certains considèrent que la négation des conflits idéologiques pourrait faire place à une prise de contrôle islamiste dans le futur. Par exemple, les forces politiques qui ont appelé en décembre 2020 à un «congrès pour la citoyenneté» qui rassemblera partis et syndicats progressistes pour promouvoir un projet de transformation démocratique, rejettent également l’influence de Rachad, qu’ils considèrent comme un cheval de Troie islamiste.

Rachad est un mouvement politique fondé au milieu des années 2000 par d’anciens membres du FIS vivant en exil, un ancien membre des services secrets et des militants des droits humains. Bien qu’il prône une révolution pacifique et ait le potentiel de rejoindre une alliance inter-idéologique avec des forces progressistes, l’influence du mouvement a suscité des craintes d’une prise de contrôle islamiste.

Faisant écho aux arguments du régime, les médias traditionnels algériens ont également de plus en plus présenté Rachad comme un néo-FIS, un nouveau boogeyman islamiste qui manipule le Hirak. Surmonter la méfiance, l’héritage des années 1990 et la propagande du régime seront l’un des plus grands défis auxquels le Hirak sera confronté dans un proche avenir.

Négocier avec le régime

Outre la place des acteurs islamistes dans le mouvement, une autre question qui divise le Hirak est la nécessité de négocier avec le régime. Les débats opposent ceux qui soutiennent une solution dans le cadre institutionnel préexistant à ceux qui prônent une refonte institutionnelle consensuelle mais radicale, qui, selon eux, est le seul moyen d’établir l’état de droit.

Meriem Belkacemi, l’une des fondatrices d’al-Massar al-Jadid (La Nouvelle Voie), m’a dit qu’elle ne croyait pas que le Hirak puisse entraîner une révolution, c’est-à-dire une refonte complète de l’ordre politique. Elle considère qu’une telle évolution est à la fois irréaliste et dangereuse.

Al-Massar al-Jadid n’a pas été conçu comme un mouvement d’opposition mais plutôt comme un forum qui pourrait rassembler des hirakistes et des acteurs qui ont historiquement travaillé au sein du système. Selon Belkacemi, cette stratégie est la plus efficace pour «promouvoir un discours moderne et progressiste» et aider les personnes compétentes à accéder à des postes de responsabilité aux niveaux local et national.

Les critiques soutiennent qu’une telle stratégie a déjà été adoptée dans le passé et a simplement abouti à l’intégration de nouveaux complices dans la structure du pouvoir. Bouteflika et ses acolytes ont coopté d’innombrables «opposants» qui ont fini par être politiquement discrédités et ternis par des scandales de corruption.

La participation à la politique institutionnelle était un sujet de division bien avant le Hirak, ce qui a entraîné de multiples divisions entre les mouvements d’opposition. Pourtant, après deux ans de mobilisation, même les membres des collectifs qui refusent actuellement tout type de discussion avec le régime conviennent que le dialogue doit avoir lieu à terme. Ils soutiennent, cependant, que les membres du Hirak doivent d’abord se réunir pour créer une plate-forme unifiée. Comme me l’a dit Gendouz: «La négociation sera basée sur ce que nous voulons.»

Le problème inhérent à la question de la négociation avec le régime est qu’elle nécessite une bonne dose de confiance. Pourtant, alors que les responsables du régime ne tarissent pas d’éloges sur les pratiques démocratiques et les demandes du Hirak, ils autorisent également l’ingérence militaire dans la politique et lancent des mesures de répression contre les manifestations pacifiques. Ainsi, une discussion de bonne foi semble difficilement possible tant que les limites actuelles des libertés politiques restent pires qu’elles ne l’étaient sous Bouteflika.

Le dialogue avec le régime semble presque inévitable compte tenu de l’engagement du mouvement en faveur de la non-violence; il reste à voir quelle forme cela prendra. Comme le soutiennent des militants de différents horizons idéologiques, comme Hichem et Belkacemi, le pays est actuellement confronté à une crise profonde et multiforme qui ne peut être résolue par les élites dirigeantes actuelles et leurs réformes superficielles.

Les deux dernières élections – l’élection présidentielle de 2019 et le référendum de 2020 – ont enregistré des taux de participation extrêmement faibles. En effet, les institutions algériennes sont discréditées et le président Tebboune, dont l’élection était loin d’être convaincante, a souffert de problèmes de santé. Pendant ce temps, le déficit budgétaire est à un niveau record et les difficultés auxquelles fait face la population en général sont exacerbées par la pandémie. Dans ce contexte, le geste de conciliation du gouvernement pour libérer 60 prisonniers politiques annoncé mi-février est trop peu, trop tard.

Aujourd’hui, deux ans après la naissance du Hirak, le régime est peut-être toujours en place, mais cela ne veut pas dire que le mouvement est mort. Les révolutions n’échouent pas et ne réussissent pas en deux ans. Les militants algériens savent qu’ils ont un long chemin à parcourir, truffé de défis majeurs. L’Algérie est à la croisée des chemins, avec un régime qui ne peut plus la diriger. Il appartient au Hirak de diriger le pays dans la bonne direction.

Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l’auteur et ne reflètent pas nécessairement la position éditoriale d’Al Jazeera.

What do you think?

26 points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0
L'Algérie accrochée par la Zambie en qualification pour la CAN, la Tunisie bat la Lybie

L’Algérie accrochée par la Zambie en qualification pour la CAN, la Tunisie bat la Lybie

L'Assemblée adopte des votes de confiance sur Zulum et nie son intention de le destituer |  The Guardian Nigeria Nouvelles

L’Assemblée adopte des votes de confiance sur Zulum et nie son intention de le destituer | The Guardian Nigeria Nouvelles