in

Le palais d’Ahmed Bey documente la vie du dernier souverain d’Orient dans «Eyalet Algérie»

Le palais d'Ahmed Bey documente la vie du dernier souverain d'Orient dans «Eyalet Algérie»

Actuexpress.net Le 2021-04-16 23:05:30, Le palais d’Ahmed Bey documente la vie du dernier souverain d’Orient dans «Eyalet Algérie»

Le gouvernorat de Constantine, à l’est de l’Algérie, est riche en monuments uniques et célèbres, dont les plus importants sont peut-être les ponts suspendus, en plus du palais Ahmed Bey, qui a été transformé en musée documentant la vie des derniers dirigeants de la Orient algérien à l’époque ottomane, et qui a résisté à l’occupation française du pays (1830-1962).

Le palais Ahmed Bey porte actuellement le nom de «Musée national des arts et expressions traditionnels», car la décision de le créer a été prise en octobre 2010.

Ahmed Bey – en 1825 – a ordonné la construction du palais, qui était le siège du gouvernement à «Baylak al-Sharq» (Constantine) pendant l’Ayala d’Algérie (la période de la domination ottomane en Algérie entre 1518 et 1830), et le les travaux ne s’arrêtent là qu’en 1835.

Le musée « Haji Ahmed Bey » est situé au cœur de Constantine (la troisième plus grande ville du pays après la capitale et Oran), qui est appelée la capitale de l’est de l’Algérie et la ville des ponts suspendus, plus précisément entre Didouche Mourad et Jérusalem des rues.

Secrets mineurs

L’Agence Anadolu a visité le palais avec le guide spécial, Haydar Rawaq, et a reçu des explications détaillées sur le site.

Rwaq dit: «Le palais Ahmed Bay a été construit en 1825, et sa construction s’est prolongée jusqu’en 1835, soit 10 ans (de construction). Quant à la plus ancienne porte du palais, qui a près de deux siècles, elle est en noyer arbres et a 400 ans, et il a été apporté de la maison de l’émirat dans la région. Lui-même. « 

Il explique que « Ahmed Bey a vécu dans le palais pendant deux ans. Après la chute de Constantin en 1837, les Français l’ont repris. »

« Le palais a plusieurs ailes, l’aile Haram, qui est un lieu réservé à la famille Bey, et la famille se compose de 4 épouses, sa fille et sa mère. »

Le palais contient également une deuxième aile dédiée aux femmes (filles esclaves) et aux bonnes du palais, et une troisième aile que le Bey vivait avec sa famille en hiver uniquement, car le soleil brille dessus, et la présence d’un salle de bain en dessous contribue à chauffer le lieu.

Selon Riwaq, « en été, la troisième aile se transforme en un lieu où le Bey ne reçoit que ses proches et certains de ses invités, mais pas tous ».

Dans son discours, le guide souligne que « la chose la plus importante dans le palais est l’aile administrative, et il contient deux tribunaux: le premier est civil, dans lequel deux juges supervisent la magistrature du samedi au jeudi. Quant aux grandes questions , le Bey statuera vendredi. L’autre est un tribunal militaire situé à l’étage supérieur. « .

Il souligne que «l’architecture du palais est un mélange entre les styles mauresque et local, comme les Morisques (par rapport aux Maures qui sont restés sous la domination chrétienne après la chute de l’Andalousie en 1492 après JC), ses jardins sont situés à l’intérieur, et le local est dérivé des conceptions de l’architecture au Maghreb et en Afrique du Nord. « 

La superficie du palais est de 5600 mètres carrés et compte 121 chambres et 256 colonnes de marbre de formes variées. La superficie du rez-de-chaussée est de mille mètres carrés, tandis que la superficie de l’écurie atteint 517 mètres carrés, selon Riwaq, qui souligne que « Diwan al-Bey comprend 15 fenêtres, à travers lesquelles le maître de la palais peut observer tout ce qui se passe dans son palais. « 

Quant au « zellij » (panneau de gypse ou de marbre à motifs géométriques) utilisé dans l’architecture des palais, il provenait d’Italie, d’Espagne, des Pays-Bas et de Tunisie. Le palais contient également 4 espaces ouverts: le jardin d’orangers, le jardin de palmiers, le bassin et le centre de la maison. Chaque espace comprend une fontaine d’eau afin de changer l’air et de rafraîchir le palais.

Selon le guide du palais, « le Bey utilisait la fontaine pour parler aux personnes les plus proches de lui, qui était le serveur (son serviteur) afin que les invités et ceux qui l’entouraient ne l’entendent pas. »

Les murs et les plafonds de certaines ailes du palais sont ornés de dessins manuscrits originaux, dont la plupart n’ont pas disparu, tandis que d’autres – qui sont en cours de restauration – reflètent certaines des villes visitées par Ahmed Bey, notamment Médine et La Mecque en Arabie saoudite.

Foyer du palais Bey de Constantine (Wikipedia)

Mémoire de Constantin

Les médias algériens, Sorour Boumzebre, ont déclaré à l’agence Anadolu que le musée Ahmed Bey, c’est la mémoire de Constantine, et c’est l’un des plus anciens palais de la ville. Il a été restauré après avoir été choisi comme «capitale de la culture arabe en 2015».

Elle explique que le palais a subi des opérations de restauration par des experts espagnols en partenariat avec des Algériens, indiquant son emplacement stratégique au cœur de la ville antique, car il est situé sur une colline rocheuse surplombant deux côtés (soit deux rues).

Concernant la symbolique du palais, Bomzebre dit qu’il « représente l’époque ottomane en Algérie (1518-1830), et il faut le visiter pour découvrir une partie de l’histoire de la ville et des personnalités qui l’ont traversée avant la colonisation française. « 

À son tour, Iman bin Warath, étudiante à l’université à la faculté de charia de Constantine, dit qu’elle visite pour la première fois le palais d’Ahmed Bey, accompagnée de son amie.

« Le palais est très beau et j’ai aimé son architecture. C’est un espace patrimonial qui reflète la civilisation et l’histoire de Constantine et de l’Algérie en général », a ajouté Ben Warath dans une interview à l’agence Anadolu.

Elle estime que « le palais exprime l’histoire de notre pays et notre identité arabe et islamique. C’est un lieu qui attire les touristes et réalise un retour économique, il doit donc être préservé et les gens sont encouragés à le visiter ».

Bin Wharth considère qu’il est important d’étudier l’histoire des personnages mentionnés dans les livres, ainsi que de retracer leur impact et leurs réalisations.

Palais des Bey à Constantine (Wikipedia)

Qui est Ahmed Bey?

Ahmed Bey, né à Constantine vers 1784, est Ahmed bin Muhammad al-Sharif bin Ahmed al-Qali, d’origine Kargali (d’un père turc et d’une mère algérienne), il a reçu une éducation traditionnelle et une bonne éducation, selon le National Centre d’études et de recherche du mouvement national (gouvernemental).

Ahmed Bey apprit très jeune l’équitation, ce qui lui permit plus tard d’assumer le poste de commandant de la garde des puissantes tribus «Harakat» (Chaouia Berbères dans l’est de l’Algérie) en 1809.

Ahmed Bey était connu pour sa forte personnalité lorsqu’il dirigeait Bailek Constantine (une province située à l’est de l’Algérie) en 1826.

Dès son entrée en fonction, il entreprit des réformes administratives sérieuses et équitables. Il a également reconstitué une armée organisée et s’est occupé de son entraînement.

Ahmed Bey a pu repousser l’attaque française sur Constantine en 1836, mais après un an, les Français ont rendu le ballon et ont pu l’occuper en 1837.

Après une longue lutte contre le colonialiste français, Ahmed Bey mourut en 1856 à Alger, et fut enterré dans le sol de l’angle du mausolée du cheikh Sidi Abdel Rahman Thaalabi.

Plus de culture

What do you think?

26 points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0

Nous allons faire fonctionner ESN avec Ebube Agu – Iwuanyanwu

Un consultant au «Global Health» met en garde contre l'effondrement du système de santé en Tunisie

Un consultant au «Global Health» met en garde contre l’effondrement du système de santé en Tunisie