in

Le point de vue du Guardian sur la France et l’Algérie: briser le silence | Colonialisme

Le 2021-02-10 09:00:00, Le point de vue du Guardian sur la France et l’Algérie: briser le silence | Colonialisme

Dans un récent discours sur l’extrémisme islamiste, Emmanuel Macron a décrit la France comme «un pays avec un passé colonial et des traumatismes qu’elle n’a toujours pas résolus, avec des faits qui sous-tendent notre psychisme collectif. La guerre d’Algérie en fait partie. » M. Macron a fait des remarques similaires tout au long de sa présidence. On estime que cinq millions de résidents français ont des liens d’une certaine manière avec l’Algérie, et l’ombre portée par l’expérience coloniale est longue et source de division. Les exilés nostalgiques et les vétérans de l’armée française, dirigés par l’ex-parachutiste Jean Marie Le Pen, ont joué un rôle déterminant dans la formation du Front national d’extrême droite.

La diaspora algérienne en France a une vision assez différente de l’âge de l’empire. Les anciens présidents ont simplement évité une guerre associée à l’humiliation nationale, à la violence sauvage et au racisme impérialiste. Mais dans un pays comptant l’une des plus importantes populations musulmanes d’Europe, M. Macron a conclu que cette amnésie officielle était devenue intenable.

Avant le 60e anniversaire de l’indépendance de l’Algérie l’année prochaine, il a décidé que le processus de «déballage» du passé devait être relancé par le haut. L’Élysée a annoncé la création d’une commission «mémoires et vérité», chargée de faire le point sur l’histoire coloniale de la France en Algérie. Des archives fermées doivent être ouvertes pour établir une «reconnaissance des faits» et une «réconciliation des souvenirs». Les objets et documents doivent être restitués de Paris à Alger. Les épreuves de personnalités nationalistes comme l’avocat Ali Boumendjel, dont le meurtre en 1957 a conduit à des protestations de l’écrivain François Mauriac, seront reconnues tardivement. Une série de journées de commémoration sera consacrée à différents aspects de l’expérience coloniale, dont le rôle des soldats Harki qui ont combattu aux côtés des troupes françaises.

M. Macron doit être félicité d’avoir ouvert les fenêtres et de laisser entrer un peu d’air. La stratégie, orchestrée par le grand historien franco-algérien Benjamin Stora, consiste à examiner toutes les facettes d’une histoire toxique. Mais il risque d’être miné par une omission controversée. En tant que candidat à la présidentielle en 2017, M. Macron a condamné la colonisation française de l’Algérie comme un «crime contre l’humanité». Il a été le premier président à admettre que la France pratiquait des tortures systématiques en Algérie, arguant que les méfaits du passé devaient être affrontés avec «courage et lucidité». Mais malgré les critiques généralisées et les déclarations de colère du gouvernement algérien cette semaine, l’Élysée a insisté sur le fait que les travaux de la commission Mémoire et vérité ne seront pas accompagnés d’excuses formelles de la France pour son rôle impérial en Algérie. La notion de réparation a également été exclue de manière préventive.

M. Macron craint peut-être de susciter une polémique patriotique avant les élections présidentielles de l’année prochaine, alors qu’il fera presque certainement face à un second tour contre Marine Le Pen. Il est également vrai que des actes épouvantables ont été commis des deux côtés dans un conflit vicieux. Mais pour que toutes les parties passent d’un épisode amer et traumatisant, la France doit sûrement reconnaître sa responsabilité première, en tant que puissance coloniale, dans la guerre brutale entre 1954 et 1962. Ne pas le faire sent le genre d’évasion que M. Macron a. pesté contre.

Il y a un quart de siècle, dans un autre acte de mémoire douloureuse, le prédécesseur de M. Macron, Jacques Chirac, a publiquement reconnu la complicité française dans l’arrondissement des Juifs pendant l’occupation nazie. C’était un moment de catharsis nationale. Si l’admirable ambition de M. Macron de panser les blessures du passé colonial doit se réaliser, un acte de contrition similaire est sûrement nécessaire à propos de la guerre d’Algérie.

What do you think?

23 points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0
Je ne contesterai pas le résultat de l'élection bye de samedi - candidat d'APC

Je ne contesterai pas le résultat de l’élection bye de samedi – candidat d’APC

La libération de 7 manifestants du mouvement

La libération de 7 manifestants du mouvement