in

Le rapport de Stora sur la réconciliation de la mémoire est une « affaire française »

إيلاف

Rédaction Le 2021-03-24 06:18:19, Le rapport de Stora sur la réconciliation de la mémoire est une « affaire française »


Nos lecteurs sont des utilisateurs de Telegram
Vous pouvez désormais suivre gratuitement les dernières actualités via l’application Telegram
Cliquez ici pour vous abonner

Algérie: Le directeur général des Archives nationales algériennes et le conseiller présidentiel chargé de la mémoire, Abdelmadjid Cheikhi, ont estimé dans une interview télévisée que le reportage préparé par l’historien français Benjamin Stora sur la réconciliation de la mémoire entre la France et l’Algérie est un « franco-français relation bilatérale »parce que l’Algérie n’en a pas été officiellement informée.

Et mon cheikh, qui est considéré comme l’homologue algérien de Stora, a déclaré lors d’un épisode intitulé « Algérie et France: la mémoire du colonialisme » diffusé lundi par la chaîne qatarie Al-Jazeera. Souvenir calme. « 

« Il s’agit donc d’une relation bilatérale franco-française », a-t-il ajouté.

Il a poursuivi: « Ce rapport ne nous a pas été communiqué officiellement pour que nous soyons au moins obligés, même moralement, de répondre à ce qui y est énoncé, et donc c’est pour nous officiellement comme s’il n’existait pas. »

En effet, aucune position officielle algérienne n’a été émise sur ce rapport à ce jour.

En juillet, le président algérien Abdelmadjid Tebboune a chargé mon cheikh de travailler avec Stora sur la mémoire du colonialisme (1830-1962) et de la guerre d’Algérie (1954-1962) dans le but de parvenir à une réconciliation mémorielle entre les deux pays dans un dossier qui est toujours considéré comme un épisode très douloureux dans l’esprit de millions de Français et d’Algériens.

Au cours de l’épisode télévisé de 50 minutes, Sheikhi a renouvelé sa demande pour les archives «entières» de l’époque coloniale.

Il a dit: « Ce qui est arrivé à l’Algérie en ce qui concerne son patrimoine historique, son patrimoine intellectuel et son patrimoine artistique, je pense que peu de pays ont été soumis à cela, et par conséquent, je dis presque que nous sommes incapables de communiquer l’histoire à nos citoyens. pour qu’ils soient conscients de leur problème et sachent ce qui s’est passé dans leur pays pour en tirer les leçons. «Et les leçons pour construire la nouvelle Algérie».

« Ce qui nous a été enlevé doit être rendu », a-t-il ajouté.

Et tandis que mon cheikh a rappelé que «le Président de la République a dit à maintes reprises que nous voulons que notre peuple soit informé de toute l’histoire sans exception et sans flatterie ni affliction. Nous voulons atteindre la vérité historique. Mais comment arriver à l’histoire et l’essentiel de notre histoire est dans d’autres magasins français et étrangers? »».

Ce n’est pas la première fois que Sheikhi, un ancien combattant de la guerre d’indépendance, critique durement la France et la manière dont elle a façonné l’histoire de l’Algérie.

Lors d’un forum qui s’est tenu vendredi à Hamel (250 km au sud-est de la capitale Alger), Sheikhi a appelé «les chercheurs et historiens à sortir de l’école française de recherche historique en adoptant une véritable analyse qui conduit à la divulgation des faits car cette école fonctionnait. sur la modification et l’effacement de tout ce qui concerne l’Algérie. »D’après ce qui a été cité par l’agence de presse officielle.

Le rapport que Stora a soumis à Macron le 20 janvier continue de susciter beaucoup de controverses et de critiques dans les médias et parmi les historiens en France et en Algérie.

La plus grande critique en Algérie est que Stora n’a pas recommandé dans son rapport que la France présente des « excuses » à l’Algérie pour ce qui a affligé son peuple pendant la période coloniale.

What do you think?

25 points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0

Craintes pour le lauréat du prix Nobel congolais après le «retrait» de la protection de l’ONU | République Démocratique du Congo

La Tunisie affirme son aspiration à continuer de renforcer la coordination avec le Congo sur les questions africaines les plus importantes

La Tunisie affirme son aspiration à continuer de renforcer la coordination avec le Congo sur les questions africaines les plus importantes