in

Le roman « La rue à l’italienne »… Le conflit de lieu et de personnages dans un fond algérien marginalisé | Algérie

Le roman "La rue à l'italienne"... Le conflit de lieu et de personnages dans un fond algérien marginalisé |  Algérie

Actuexpress.net Le 2021-07-04 14:00:47, Le roman « La rue à l’italienne »… Le conflit de lieu et de personnages dans un fond algérien marginalisé | Algérie

Le roman « Le coin italien » appartient à ce type de romans réalistes qui dépendent de descriptions précises à la fois du lieu et des personnages, dans la mesure où l’auteur du roman « Le mari de mules » écrit cette description très lentement, ce qui peut rendre une sorte de lecteur a l’impression de voir le lieu et les personnages au cours de la lecture, et peut payer une autre sorte de lecteurs à l’ennui et s’interroger sur la raison de cette abondance dans la description.

La romancière algérienne Boumediene Belkbir prend un vieux quartier de la ville d' »Annaba », appelé « La rue à l’italienne », et éclaire – en plus de 200 pages – la démolition attendue par ce vieux quartier, et l’expulsion qu’attendent ses habitants, sous des conditions étouffantes qui ne donnent pas de poids aux valeurs patrimoniales ou de beauté.Le passé se moque de la souffrance de la classe écrasée par excellence.

Le conflit de lieu et de caractères

Et le roman « La rue à l’italienne » – qui a été récemment publié par les publications de Difaf et les publications de la différence – est apparemment l’histoire d’un petit et vieux quartier fréquenté par les touristes, et le maire utilise divers moyens pour accélérer la démolition de ce quartier et en expulser ses habitants, et ses habitants tentent de s’opposer à la mise en œuvre de cette décision, voire de la retarder jusqu’à ce que le destin rende sa mise en œuvre impossible.

Mais le roman à l’intérieur est l’histoire de personnages qui vivent dans ce lieu misérable, dont beaucoup ne sont pas les habitants d’origine du lieu ; Dalal Saeedi et son fils, le vendeur de légumes, Jalal le journaliste, Najat Al-Rajla, Nuno Larest et Rashid Al-Afrit ne sont pas des résidents de ce quartier, et la plupart du roman tourne autour de ces personnages qui ont échappé à leur passé et vécu dans le présent et le présent de ce quartier misérable.

Dalal Saïdi

Le romancier Boumediene Belkabir divise ce nouveau roman en 3 sections ; Sa première section s’étend sur 130 pages et s’intitule « Dalal Saidi ». Dans cette section, le narrateur est cette fille, Dalal, qui vit dans une pièce très misérable dans l’un des immeubles du quartier italien, et travaille comme « assistante administrative au bureau de documentation », et elle est expulsée de son travail après la mort du directeur qui lui était lié, et des cadeaux et de l’argent lui sont accordés, mais nous découvrons après C’est parce que son nom sur la carte d’identité est « Halima, pas Dalal, et elle est née dans une région appelée Al- Sawareh dans la Wilayat d’El-Tarf, et elle a quarante-trois ans, pas trente, comme elle l’exaltait ! »

Et Dalal Saidi s’est mariée, à l’âge de 17 ans, à un homme d’un peu plus de 40 ans, et a donné naissance à un enfant sans son désir. « Après notre mariage, il s’est transformé en une machine à chenilles qui ne pensait qu’à piétiner ma dignité et à me briser les os jusqu’à ce que je sois complètement détruite », dit-elle. C’est-à-dire qu’elle a souffert dans le domicile conjugal d’injustice, de coups et de haine, et sa vie a été détruite avant qu’elle ne s’échappe pour vivre dans la ruelle italienne, qui est également vouée à la démolition.

Au cours de son exposé brièvement sur son passé et longuement sur son présent, nous faisons connaissance avec de nombreuses parties du quartier italien et les différentes personnalités qui vivent dans cet endroit ou sur son lieu de travail.

Le romancier Boumediene Belkabir, professeur des universités, chercheur et écrivain algérien, a publié le roman « Le mythe de l’homme fort » (sites de réseaux sociaux)

C’est un personnage très solitaire et dans un état d’effondrement psychologique à chaque instant. « Ce n’est qu’une femme célibataire qui vit dans la ruelle italienne, sans enfants qui partagent son appartement et ravissent ses journées, et sans mari pour sympathiser avec elle et partager les fardeaux et les coûts de la vie. »

Elle parle de son passé qui a détruit sa vie, de sa misère actuelle à l’endroit où elle vit et au travail, et de son insatisfaction face à la relation de son manager marié avec elle.

Ainsi que sur sa tentative d’attirer le journaliste marié Jalal dans son amour, et sur son histoire avec son chat, Minouche, et comment elle était terrifiée par le chat, avant de le mettre dans une boîte et de le prendre pour le vendre aux Chinois. travailleurs.

La vie de Dalal s’est effondrée avant la démolition du quartier ; Quand le fils du gérant l’a renvoyée du travail dès qu’il a pris la place de son père décédé, et qu’elle est restée dans le besoin pendant deux semaines, alors elle est descendue à moitié nue dans la rue pour crier sur le maire qui est venu démolir le quartier , et elle a continué à courir dans les rues folle et mendiante.

différents personnages

Dans ce roman, on retrouve le personnage de Nono, le musicien qui a des chansons célèbres en Algérie et en France, et devient un ami du journaliste de Jalal et un peu un ami de Dalal, puis on découvre qu’il est venu dans la ruelle italienne pas pour le passé qu’il désirait, mais pour travailler comme informateur pour la sécurité, et rédiger des rapports pour eux.

On retrouve Jalal, le journaliste, qui est respecté et aimé des gens du quartier, mais il est arrêté à cause de son émission de radio dans laquelle il dénonce le maire, et son attitude contre le patrimoine et contre la beauté. Jalal est en grève de la faim en prison à mort, et il meurt.

Ainsi, on retrouve d’autres personnalités qui ont vécu un passé malheureux dans le fond algérien, puis se sont enfuies – que ce soit par sécurité ou par famille – vers la ruelle italienne pour vivre le sort de ce quartier de démolition et d’enlèvement sans pitié.

description lente

Le roman « Le coin italien » appartient à ce type de roman réaliste qui dépend de descriptions précises à la fois du lieu et des personnages, dans la mesure où l’auteur du roman « Le mari de mules » écrit cette description très lentement, il peut faire sentir à un certain type de lecteurs qu’il voit le lieu et les personnages pendant la lecture, et il peut pousser un autre type de lecteurs à s’ennuyer et à s’interroger sur la raison de cette exagération dans la description.

Cette narration ne se déroule pas sur les lèvres d’un seul narrateur, Dalal Saidi ; Elle est la narratrice des première et troisième sections du roman, tandis qu’il y a 4 narrateurs masculins dans la deuxième section.

obsession du changement

Boumediene a excellé à présenter clairement ces narrateurs, car ce sont des narrateurs différents dans la narration et ses couches, ainsi que dans leurs histoires et le destin de leurs personnalités. Dans la deuxième section, il a créé des personnages différents aussi bien que différents, et a fait le langage de la narration plus rapide et plus diversifié, en utilisant diverses techniques d’écriture pour raconter des histoires sous différents angles.

Quand le romancier Boumediene Belkabir a été interrogé sur les motivations qui l’ont poussé à écrire sur ces personnalités en chasse tout au long de leur vie face à l’oppression et à la corruption, ainsi que sur ce morceau de fond algérien dans la ruelle italienne ; Il a déclaré à Al Jazeera Net que « c’est un projet narratif sur lequel il travaille et qu’il n’essaie pas d’être l’ombre de ceux qui l’ont précédé parmi les écrivains, ou juste une faible imagination ».

Et l’auteur du roman « Le mythe de l’homme fort » a poursuivi en disant que « l’obsession du changement me motive à écrire, mais plus tard, j’ai réalisé à quel point j’avais tort, car je ne peux pas changer le monde au milieu de cette dévastation qui nous entoure de toutes parts. J’essaie seulement d’écrire comme un acte de résistance au néant, car l’écriture est Pour moi c’est un outil de survie et de continuité. Et dès que j’arrive au point où je me rends compte qu’il ne sert à rien par écrit, cela signifie que ce monde aveugle et sourd m’a vaincu. »

Sur sa question sur le sens de l’écriture qui peut changer le monde, il a continué à dire – à Al Jazeera Net – qu' »écrire pour moi, ce n’est pas seulement écrire des livres successifs, autant que c’est un projet achevé, et chaque nouvelle œuvre tombe dans les buts et objectifs de ce projet narratif. Dans ce projet, j’écris sur tout ce qui L’être humain dans la région se préoccupe de ces aspects cachés, négligés ou petits que d’autres ont négligés ou auxquels n’ont pas prêté attention dans la vie surpeuplée et l’accélération exigences de l’époque.

Le roman « La rue italienne » semble être un roman oral, en raison de la sévérité de ses personnages réalistes, et ils suivent toujours leur vie, même dans les livres. C’est un roman sur le cul algérien, qui est plein de détails, de peines et de déceptions.

A l’instar du roman « La disparition de M. Personne » de l’écrivain algérien Ahmed Tibawi – qui a remporté le prix Naguib Mahfouz pour cette année 2021 et portait sur des personnages de ce bas algérien – le roman La rue italienne de l’Algérien Boumediene Belkabir apporte de nouveaux détails sur luttes durables et sans fin, et sur la misère et le besoin humains Et son impuissance au sein d’un système colossal de cruauté.

Plus de culture

What do you think?

26 Points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Loading…

0
sont les règles pour quelles vacances en Tunisie, en Algérie et au Maroc cet été ?  #OnVousRépond

sont les règles pour quelles vacances en Tunisie, en Algérie et au Maroc cet été ? #OnVousRépond

وزارة الداخلية التونسية

La Tunisie est confrontée au dilemme d’adhérer à des mesures de quarantaine avec des sanctions et des infractions