in

Les Algériens approuvent la nouvelle constitution après le référendum | Nouvelles de l’Algérie

Les Algériens approuvent la nouvelle constitution après le référendum |  Nouvelles de l'Algérie

Le 2020-11-13 09:00:00, Les Algériens approuvent la nouvelle constitution après le référendum | Nouvelles de l’Algérie

Mouvement vu comme la manœuvre du gouvernement pour neutraliser le mouvement Hirak, qui avait appelé au boycott du plébiscite.

Les Algériens ont approuvé des réformes constitutionnelles lors d’un référendum, bien qu’avec un taux de participation record, a annoncé le Conseil constitutionnel du pays.

Le référendum du 1er novembre a été largement considéré comme la manœuvre du gouvernement pour neutraliser le mouvement de protestation Hirak, qui avait appelé au boycott du plébiscite.

Le texte du référendum a été adopté avec 66,8% des suffrages exprimés, a annoncé jeudi à la télévision publique le président du Conseil constitutionnel Kamel Fenniche, se félicitant d’un vote «transparent» «tenu« dans de bonnes conditions ».

Cependant, le taux de participation de 23,8% était un niveau record pour un vote majeur en Algérie, avec moins de 15% des électeurs éligibles approuvant le document constitutionnel, un projet clé du président Abdelmadjid Tebboune.

Tebboune, 74 ans, est hospitalisé en Allemagne depuis le 28 octobre après avoir contracté le coronavirus. Son état de santé s’améliore, selon le dernier communiqué présidentiel publié dimanche.

Tebboune lui-même a pris ses fonctions en décembre dernier après une élection avec un taux de participation d’un peu moins de 40%, le plus bas d’un scrutin présidentiel depuis l’indépendance de l’Algérie de la France en 1962.

Cela fait suite à des mois de manifestations du Hirak appelant à une refonte complète du système au pouvoir en Algérie.

Un communiqué du bureau de Tebboune a déclaré que les résultats du référendum, initialement annoncés par la commission électorale la semaine dernière, indiquaient la volonté «réelle et intégrale» du peuple et répondaient aux attentes du gouvernement.

Le régime «voulait briser l’élan du Hirak en réduisant ses demandes à une révision minimale de la constitution», a déclaré l’expert algérien Hasni Abidi à l’agence de presse AFP.

L’absence forcée du président a plongé l’un des plus grands pays d’Afrique dans une période d’incertitude, alors que la pandémie COVID-19 se propage, ajoutant aux menaces croissantes de crises financières et socio-économiques.

La réforme de la constitution a été présentée comme la pierre angulaire d’une «nouvelle Algérie».

Les observateurs soulignent que les changements constitutionnels maintiennent les pouvoirs clés et les nominations entre les mains du président.

Massensen Cherbi, chercheur constitutionnel à l’université de Sciences Po à Paris, a déclaré que les changements conduiraient à «la constitution la plus autoritaire de toute la Méditerranée».

What do you think?

21 points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0
En Tunisie, une émission de caméra cachée sur les vaccins ne fait pas du tout rire

En Tunisie, une émission de caméra cachée sur les vaccins ne fait pas du tout rire

Les représentants d'APC ne prévoient pas de faire la fête, dit Doguwa

Les représentants d’APC ne prévoient pas de faire la fête, dit Doguwa