in

Les Algériens manifestent pour le deuxième vendredi dans la relance du mouvement 2019 | Actualités des protestations

Les Algériens manifestent pour le deuxième vendredi dans la relance du mouvement 2019 |  Actualités des protestations

Le 2021-03-05 09:00:00, Les Algériens manifestent pour le deuxième vendredi dans la relance du mouvement 2019 | Actualités des protestations

Les manifestants appellent au départ de l’establishment politique et à l’armée de quitter la politique.

Des milliers d’Algériens ont manifesté contre l’élite politique et militaire dans la capitale Alger et dans d’autres villes du pays pour un deuxième vendredi consécutif, alors que l’organisme des droits de l’homme des Nations Unies exprimait son inquiétude face à ce qu’il a appelé une répression des manifestants.

Les manifestations marquent une reprise du mouvement de protestation de rue appelant au départ de l’ancien établissement politique et à l’armée de quitter la politique, qui a suspendu ses marches hebdomadaires il y a un an en raison de la pandémie de COVID-19.

Le mouvement, connu localement sous le nom de Hirak, s’est mobilisé pour la première fois en février 2019 et a contraint en quelques semaines le président de l’époque Abdelaziz Bouteflika à abandonner sa candidature pour un cinquième mandat et à démissionner.

Les manifestations se sont poursuivies chaque semaine jusqu’à ce que la pandémie mondiale de coronavirus atteigne l’Algérie il y a un an.

«Voleurs, vous avez détruit le pays», scandaient les manifestants dans le centre d’Alger.

Khadidja, une manifestante dans la soixantaine, a déclaré qu’elle avait participé à tous les rassemblements depuis le premier en 2019.

«J’espère que mes enfants et petits-enfants pourront vivre dans une Algérie meilleure que celle que j’ai vécue», a-t-elle déclaré.

Des Algériens agitent des drapeaux nationaux lors d’une manifestation antigouvernementale dans la capitale Alger le 5 mars 2021 [Ryad Kramdi/AFP]Le journaliste Khaled Drareni, récemment libéré après près d’un an de détention, a couvert les manifestations de vendredi sur ses comptes sur les réseaux sociaux.

Les manifestants s’en sont pris aux services de renseignement, les accusant d’être des «terroristes». Les détenus ont affirmé avoir été torturés en détention.

Le président Abdelmadjid Tebboune, élu en 2019 lors d’un vote que de nombreux manifestants considéraient comme une mascarade, a salué le mouvement comme apportant un renouveau national, mais les manifestants voient son gouvernement comme la continuation des administrations précédentes.

La police n’a pas arrêté les manifestations mais maintient une forte présence dans la rue. Le porte-parole du Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme a déclaré qu’il y avait des informations fiables selon lesquelles des centaines de personnes avaient été arrêtées.

«Il y a eu de nombreux cas à travers le pays où les forces de sécurité ont utilisé une force inutile ou excessive et des arrestations arbitraires pour réprimer des manifestations pacifiques», a déclaré le porte-parole.

What do you think?

24 points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0
أسعار الذهب في الجزائر اليوم السبت

Prix ​​de l’or en Algérie aujourd’hui, samedi 24 avril

جمال قرشان قاتل الشرطية الفرنسية أصبح حديث الساعة في تونس

Jamal Karshan, la policière française, est devenue la vedette du jour en Tunisie