in

Les autorités algériennes font face à la montée des manifestations populaires avec une « main tremblante » – Erm News

Les autorités algériennes font face à la montée des manifestations populaires avec une "main tremblante" - Erm News

Actuexpress Le 2021-05-02 05:50:00, Les autorités algériennes font face à la montée des manifestations populaires avec une « main tremblante » – Erm News

Publié le 2 mai 2021 à 15h50 GMT

Date de mise à jour: 02 mai 2021 8:20 GMT

Un rapport publié par le site « Mondafrique », qui s’intéresse aux affaires africaines, estime que les autorités algériennes font face à une « main tremblante » et avec quelques manipulations, l’escalade du mouvement avertissant que le recours excessif à la répression peut accroître l’isolement des régime.

Le rapport affirme que «l’Algérie est désormais une scène de répression sans précédent depuis les débuts du mouvement il y a deux ans, et le choix de l’actuelle autorité algérienne, ou du moins le choix de personnes influentes dans le régime, représente une affaire de répression. manière, ce qui est un choix risqué compte tenu de la non-violence que le mouvement a démontrée pendant deux ans. »Il a souligné que la situation épidémiologique« donne un peu de souffle à l’armée au pouvoir, mais pour combien de temps? Puisqu’il y a un état d’angoisse au niveau des casernes aux échelons inférieurs de la hiérarchie qui inquiète même le renseignement militaire, qui a publié un rapport inquiétant en décembre dernier.

2021-05-43

Le rapport demande: «Une escalade brutale est-elle la seule solution? La menace islamique est-elle vraiment revenue à ce qu’elle était pendant la décennie noire? «Considérant que les autorités algériennes font quelques manipulations et exagérations» en présentant dans les médias un chiffre sorti de nulle part qui représenterait l’ancien «Groupe islamique armé», ces groupes terroristes dans les années 1990 qui ont pris feu. L’incendie est dans le pays, et les autorités algériennes ont raté leur cible », dit-il.

Il rectifie le rapport rédigé par le journaliste français Nicolas Poe en déclarant: «Certes, certains groupes islamiques ont acquis une certaine emprise sur la mobilisation populaire, mais le climat n’a rien à voir avec ce qui prévalait il y a trente ans».

2021-05-44-3

Un ancien ministre explique que «le peuple algérien n’est plus divisé entre les modernistes francophones d’une part et les arabistes islamiques d’autre part. L’islamisation est collective et tout le monde va à la mosquée vendredi et respecte le Ramadan, donc l’islam n’est plus un ligne rouge et il ne faut pas se tromper sur cette période », selon son propos.

Le reportage poursuit que «dans la même logique de manipulation, le représentant du Mouvement pour l’autodétermination dans la région de Kabylie, en attirant l’hostilité de la grande majorité de la population, est apparu à la télévision d’État pour révéler un prétendu complot en préparation de un projet de déstabilisation de la région », en référence à Noureddine Hadar apparu à la télévision d’Etat il y a quelques jours, il a« admis »vendre des armes à ce mouvement séparatiste.

2021-05-10-1

Le rapport prévient que «avec des réserves de change inférieures à vingt milliards de dollars et l’absence de tout confort politique au vu des élections législatives prévues en juin, les autorités algériennes voudraient enfin« dissoudre »le peuple en emprisonnant des opposants, en torturant le la plupart des extrémistes et manipulant les autres, comme il l’a dit.

Le rapport évoque le cas de Karim Tabou, l’une des personnalités les plus importantes de l’opposition, qui a été arrêté il y a quelques jours lors des funérailles du grand militant des droits de l’homme Abdel Nour Ali Yahya, et la présence de Bouzid Al-Azhari, chef du Conseil national des droits de l’homme, qui l’a décrit comme une «coquille vide faite par l’autorité» qui a provoqué une provocation Les participants qui l’ont invité à sortir.

Le rapport précise que «Karim Tabou a contesté le retour de ce vieux cheval de l’époque de Bouteflika, qui a osé déclarer à la télévision nationale qu ‘« il n’y a pas de prisonnier d’opinion en Algérie »et qu’il n’y a plus de torture« pratiquée par la sécurité services », comme il l’a dit.

2021-05-387

Selon le rapport, les militants syndicaux en soutien aux détenus dénoncent l’option répressive que les autorités adoptent en Algérie, appelant l’opinion publique nationale et internationale à considérer l’option répressive du pouvoir comme témoin contre lui, comme des arrestations massives de personnes des militants des droits de l’homme et des militants qui sortent vendredi, ainsi que des étudiants qui ont manifesté mardi, ont lieu.

Le rapport concluait: «Si le bras de l’autorité algérienne tremble, c’est parce que le régime est désormais divisé sur les moyens de rétablir l’ordre public et autour du niveau acceptable de répression», comme il l’a dit.

What do you think?

18 points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0
Wale Oke: Je prie Dieu de retirer Buhari

Wale Oke: Je prie Dieu de retirer Buhari

Pour la 11e année consécutive ... un Tunisien transforme son restaurant en sanctuaire pour les nécessiteux pendant le mois de Ramadan

Pour la 11e année consécutive … un Tunisien transforme son restaurant en sanctuaire pour les nécessiteux pendant le mois de Ramadan