in

Les essais nucléaires français en Algérie: leurs effets polluent les relations entre les deux pays

Les essais nucléaires français en Algérie: leurs effets polluent les relations entre les deux pays

Actuexpress Le 2021-04-28 05:13:36, Les essais nucléaires français en Algérie: leurs effets polluent les relations entre les deux pays

Une heure avant

Les Français ont utilisé des poupées sur le site d'essais nucléaires, qui sont présentées sur cette photo de décembre 1960

Photo publiée, Getty Images

Commentez l’image,

Les Français ont utilisé des poupées sur le site d’essais nucléaires, qui sont présentées sur cette photo de décembre 1960

Les essais nucléaires menés par la France dans le désert de son ancienne colonie, l’Algérie, polluent toujours le dossier des relations entre les deux pays, plus de 60 ans après ces expériences. Comme l’explique Maher Muzahi dans ce rapport.

Dans la matinée du 13 février 1960, à peine 45 minutes après que l’armée française a fait exploser une bombe nucléaire lors d’une expérience dans le désert algérien, le président français Charles de Gaulle a adressé une lettre à son ministre de la Défense dans laquelle il disait:

« Salutations de Hora à la France. Ce matin, elle est forte et fière. Je vous remercie du fond du cœur, vous et ceux qui avez obtenu ce grand succès. »

L’expérience de faire exploser une bombe remplie de plutonium était connue sous le nom de «jerboa bleue». Les 16 explosions d’armes nucléaires qui ont suivi dans le Sahara algérien ont été considérées comme une démonstration de la force et du développement technologique de la France.

A cette époque, l’Algérie était une colonie française. Jusqu’à présent, la situation sur le terrain, avec 6 500 ingénieurs, soldats et chercheurs français travaillant sur le projet, ainsi que 3 500 ouvriers algériens, est restée impopulaire.

J’ai placé la bombe avant qu’elle n’explose au sommet d’une tour de 100 mètres de haut. Des témoins oculaires ont raconté comment ils ont ressenti la vibration du sol sous leurs pieds et que lorsqu’ils ont été autorisés à regarder l’explosion, ils ont vu un énorme nuage de poussière sous la forme d’un champignon.

Photo publiée, AFP

Commentez l’image,

La France a effectué quatre essais d’armes nucléaires dans un désert près de Reggane entre 1960-1961

Les températures élevées près du site de l’explosion ont fait cristalliser le sable et se sont transformés en un jet de verre noir.

La force de détonation de la « jerboa bleue » était trois fois supérieure à la bombe que les États-Unis ont larguée sur Nagasaki, au Japon en 1945, qui a tout détruit dans une zone de 1,6 kilomètres autour du site de l’explosion.

Le général Charles Ayogeh, qui était en charge de l’opération, a justifié la détonation d’une arme aussi puissante dans le sud-ouest de l’Algérie, en disant: « L’absence totale de tout aspect de la vie était essentielle dans le choix du site. »

Cependant, les habitants de la ville de Regan, à des dizaines de kilomètres du site de l’explosion, ont une opinion différente.

La famille d’Abdel Rahman Toumi a déménagé dans l’oasis après l’expérience de 1965, mais plus tard, il a été affecté par les souffrances qu’il a vues de la population locale, jusqu’à ce qu’en 2010, il fonde une association pour défendre les droits de ceux qui souffrent des effets de radiation nucléaire.

Tommy, 57 ans, a déclaré à la BBC: « En 1960, lorsque la bombe a explosé, il y avait plus de 6 000 personnes vivant dans la région. Reggan n’était pas au milieu d’un vide complet. »

Commentez la vidéo,

Les victimes oubliées des essais nucléaires de la France en Algérie

Il a ajouté: « Selon ce que les chercheurs nous ont expliqué, les effets à long terme ont commencé il y a environ 20 ans après l’explosion de la première bombe et se poursuivront au moins pendant des décennies ».

« Beaucoup de ceux exposés à la contamination nucléaire sont morts pour des raisons médicales inconnues. On leur a dit qu’ils avaient une maladie rare, mais ils ne savaient pas la nature exacte de la maladie qui les affligeait », a déclaré Tommy.

Immédiatement après le bombardement de la «jerboa bleue», des manifestations ont eu lieu dans toute la région alors que des chutes de poussière contaminées par les radiations nucléaires laissées par l’explosion pouvaient être détectées sur de grandes distances atteignant le Sénégal, la Côte d’Ivoire, le Burkina Faso et le Soudan.

Des manifestations ont également eu lieu à Leipzig, dans ce qu’on appelait l’Allemagne de l’Est, menées par des étudiants maliens dénonçant la conduite de l’essai nucléaire à quelques centaines de kilomètres de leur pays.

Photo publiée, AFP

Commentez l’image,

Le président français Charles de Gaulle a honoré le général Charles Ayogeh d’un honneur militaire après le premier essai nucléaire

Après que la France a signé le Traité d’interdiction complète des essais nucléaires, un rapport du Sénat français en 1998 disait: « Les explosions aériennes françaises ont fait l’objet de critiques croissantes de la part des pays africains riverains du Sahara. »

« Ils ne comprennent pas pourquoi nous continuerons à utiliser une technologie clairement contaminée, malgré toutes les précautions prises pour réduire les poussières nucléaires qui en résultent », indique le rapport. Cependant, le rapport ne précise pas quelles sont ces précautions.

Après quatre expériences menées en surface dans la région de Reggan, les autorités françaises ont décidé en 1961 de mener des expériences souterraines dans la région d’Ein Eker, située à environ 700 kilomètres à l’intérieur des montagnes du Hoggar, connues pour leurs vues pittoresques.

Mais même ces expériences souterraines ont provoqué une contamination.

Lors du bombardement du tube connu sous le nom de Beryl, par exemple, une substance radioactive a été projetée dans l’atmosphère de la région en raison de la présence d’un trou souterrain qui ne s’est pas fermé correctement.

L’explosion a secoué toute la zone autour de la montagne et les observateurs ont exhorté les travailleurs à s’éloigner de la zone environnante car l’explosion de la bombe a ouvert une fissure dans la montagne d’où les déchets nucléaires se sont répandus dans l’air.

Neuf soldats ont été gravement endommagés par la contamination radioactive causée par l’expérience, tandis qu’un grand nombre de responsables gouvernementaux ont été invités à assister à l’explosion de l’expérience.

Après plus de dix expériences souterraines dans la région d’Ain Ecker, l’armée française a transféré ses expériences dans les îles de Polynésie française dans l’océan Pacifique.

Aujourd’hui encore, la poussière nucléaire résultant des essais nucléaires français au Sahara continue de contaminer les relations franco-algériennes.

Les chercheurs locaux estiment que des milliers d’Algériens ont souffert des effets des radiations nucléaires dans tout le désert algérien, et de nombreux sites font encore partie des lieux qui seront décontaminés jusqu’à présent.

La question a gagné en importance à la veille de la décision des deux pays de former un comité visant à proposer des mesures pour surmonter les obstacles qui entourent ces relations, qui sont encore grevées par l’héritage de 123 ans de colonialisme.

Dans un rapport préparé pour le président français Emmanuel Macron, l’historien Benjamin Stora a abordé la question nucléaire, affirmant que la France et l’Algérie devraient travailler ensemble pour nettoyer les sites d’essais.

Cependant, il n’a pas beaucoup parlé de compensation. Ses propositions étaient trop vagues pour les Algériens qui disent qu’ils continueront à souffrir des effets des expériences françaises.

Muhammad al-Mahmoudi, 49 ans, un militant qui aurait été exposé aux radiations au début des années 90 alors qu’il effectuait son service militaire près de Reggan, rit en disant: « Stora est comme un tailleur. Il coud exactement ce que la France veut. » Il a souligné que personne ne lui avait parlé à l’époque des dangers de se trouver dans cette zone.

Photo publiée, AFP

Commentez l’image,

L’année dernière, la France a rendu les restes de 24 Algériens qui s’étaient battus contre les Français, qui étaient conservés au musée de Paris

Le ministère français des Affaires étrangères a déclaré dans un courrier électronique à la BBC: « La détection et le diagnostic radiologiques ont été réalisés dans diverses zones expérimentales de ces sites, et j’ai rejoint les autorités algériennes pour en revoir les résultats ».

En 2010, le Parlement français a adopté la loi Morin, qui prévoit en théorie une indemnisation des victimes des rayonnements nucléaires en Algérie.

Cependant, la loi exige que les demandeurs d’indemnisation soient des résidents de la zone pendant que les expériences ont lieu, et elle ne reconnaît que certaines maladies. En raison de cette exigence, des victimes comme Mahmoudi ne pourraient pas prétendre à une indemnisation.

Malgré cela, Mahmoudi affirme avoir aidé à documenter plus de 800 cas qui remplissent les conditions d’indemnisation.

Selon la Commission d’indemnisation des victimes d’essais nucléaires, créée sur la base de la loi Moran, un seul des 545 cas à qui une indemnité a été versée provenait de l’Algérie et le reste de la Polynésie française.

Dans sa réponse, le ministère français des Affaires étrangères a indiqué que la France « continuera à examiner les dossiers soumis ».

La France en Algérie – Dates clés

1830: La France occupe l’Algérie

1848: Dans le sillage du soulèvement mené par Abdelkader Al-Jazaery, Paris déclare l’annexion de l’Algérie comme partie de la France

[1945: Des milliers d’Algériens ont été tués lors de manifestations appelant à l’indépendance dans la ville de Sétif

1954-62: Guerre d’indépendance algérienne.

1962: L’Algérie devient un pays indépendant

1960 1966: Les essais nucléaires ont été autorisés à se poursuivre après l’indépendance

Commentez la vidéo,

Guerre d’Algérie: pourquoi est-il si difficile pour la France de faire face à son passé colonial?

Début février, le général algérien, le général de brigade Bouzid Boufréoua, a lancé une violente attaque contre ses collègues français dans le magazine des forces armées algériennes, « Armée », en disant: « La France doit assumer ses responsabilités historiques. » Il a évoqué le traité d’interdiction de 2017. armes nucléaires, qu’elle n’a ni signées ni ratifiées.

Il a ajouté: « C’est la première fois que la communauté internationale demande aux puissances nucléaires de corriger les erreurs du passé ».

Pour Tommy et les victimes dont il parle quotidiennement, la correction des erreurs du passé commence par le processus de documentation des sites contaminés.

« Il y a des déchets nucléaires sous terre, et on ne sait même pas où ils se trouvent », dit-il, faisant référence au fait que le gouvernement algérien n’a pas encore reçu toutes les cartes des essais français à Reggane et Ain Ecker.

«Les patients veulent simplement vivre dans leur ville natale sans déchets nucléaires. Et c’est tout», ajoute-t-il.

What do you think?

23 points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0
L'Egypte dessine l'Algérie en Coupe Arabe

L’Egypte dessine l’Algérie en Coupe Arabe

Culture et politique. La visite du président de la Tunisie est un modèle