in

L’histoire du premier président de l’Algérie, d’officier de l’armée française à la présidence

حكاية أول رئيس للجزائر من ضابط في الجيش الفرنسي إلى الرئاسة ثم إلى السجن والمنفى

Rédaction Le 2021-09-05 11:02:00, L’histoire du premier président de l’Algérie, d’officier de l’armée française à la présidence

Algérie – (BBC):

Lorsque le ministre algérien des Affaires étrangères Ramtane Lamamra a récemment annoncé la rupture des relations diplomatiques de son pays avec le Maroc, accusant Rabat d’avoir commis des « actes d’hostilité », il a été officiellement révélé pour la première fois que le nombre de soldats algériens tués dans la guerre du sable entre les deux pays en 1963 dépassait les 800 soldats.

Cette guerre a éclaté en raison de différends frontaliers entre les deux pays, le Maroc exigeant les régions de Tindouf et de Béchar, ce que le défunt président algérien Ahmed Ben Bella a rejeté.

Ainsi, l’évolution récente des relations algéro-marocaines, remontant le dossier des différends historiques et de la guerre des sables, a fait la lumière sur le nom du défunt président algérien Ahmed Ben Bella.

C’est également à cette époque en 1990 qu’Ahmed Ben Bella, le premier président de l’Algérie après l’indépendance, revient de son exil volontaire en France dans son pays.

L’Encyclopedia Britannica dit qu’Ahmed Ben Bella est né le 25 décembre 1916 dans la ville de Maghnia en Algérie, où il a fait ses études.

Ben Bella fut l’un des chefs de file de la guerre d’indépendance algérienne contre la France. Il est l’un des six principaux dirigeants mentionnés dans l’histoire de l’Algérie dans la lutte pour l’indépendance de la France.

Ben Bella a également été le premier Premier ministre du pays, et le premier président élu de la République algérienne entre 1963 et 1965, et il a conduit son pays vers une économie socialiste.

L’origine marocaine et l’armée française

Ben Bella appartient à une famille d’agriculteurs d’origine marocaine. Son père était agriculteur et petit commerçant à Maghnia, dans l’état d’Oran. Il y a terminé avec succès ses premières études à l’école française et a poursuivi ses études dans la ville voisine de Tlemcen. , où il a connu pour la première fois une discrimination raciale et s’est également mêlé aux partis du mouvement national.

Il a été enrôlé dans l’armée française en 1937, a servi pendant la Seconde Guerre mondiale, a reçu la Croix de Guerre « Croix de guerre » en 1940 et la Médaille militaire en 1944, et a été promu au grade d’officier.

Mais après sa participation à la Seconde Guerre mondiale en tant qu’officier dans l’armée française, il a commencé à restreindre la domination coloniale de son pays et à se rebeller contre elle, surtout après les événements du 8 mai 1945, au cours desquels de nombreux Algériens ont été tués dans les villes de Sétif, Guelma et Kherrata à l’est du pays aux mains de l’armée française.

De retour à Maghnia, Ben Bella reprend ses activités nationalistes, refusant de se laisser intimider par la confiscation de sa ferme par les autorités françaises, il est élu chancelier de sa ville de Maghnia en 1947.

Mais après que le gouverneur Marcel Edmond Naiglin eut truqué les élections de 1948, il perdit tout espoir d’accéder à l’indépendance par des moyens démocratiques. Il quitta donc la ville de Maghnia et rejoignit le mouvement clandestin de Messali al-Hajj.

Porter une arme

Ben Bella, avec des partenaires du parti de Messali El Hadj, a fondé l’Organisation Sepcial, une organisation paramilitaire qui vise à prendre les armes le plus rapidement possible.

En avril 1949, il organise une rafle à la poste principale d’Oran pour financer ses activités révolutionnaires, faisant monter ses enchères auprès du peuple algérien.

Il est arrêté en 1950 et emprisonné près de Blida, mais parvient à s’évader deux ans plus tard.

Il s’enfuit dans la capitale égyptienne, Le Caire, en novembre 1954.

Ben Bella et les révolutionnaires algériens en Egypte qui se sont rencontrés secrètement en Suisse avec les dirigeants qui vivaient encore en Algérie ont pris deux décisions principales : la première était de créer le Front de libération nationale, et la seconde était de lancer le soulèvement armé contre les colonialistes français. , qui a duré 8 ans.

Ben Bella a joué un rôle politique important en dirigeant le Front de libération nationale, et en même temps, il a organisé l’expédition d’armes vers l’Algérie.

En 1956, il échappe à deux tentatives d’assassinat, l’une au Caire et l’autre à Tripoli, en Libye.

La même année, il a été arrêté par les autorités militaires françaises au cours du processus de négociation de termes de paix avec le Premier ministre français Guy Molier.

Des avions de l’armée de l’air française ont détourné l’avion marocain qui le transportait de Rabat en Tunisie le 22 octobre 1956, en compagnie de 4 autres escortes, Mohamed Boudiaf, Hussein Ait Ahmed, Rabah Bitat et Mustafa Lachraf.

L’avion a atterri à un aéroport d’Alger, et il a été immédiatement arrêté et emprisonné jusqu’à la fin des négociations d’Evian après environ 6 ans.

château français

Ben Bella a passé 6 ans dans un château français pendant la guerre de libération algérienne, et la demande de sa libération faisait partie des revendications lors des négociations d’indépendance, qui ont abouti aux accords d’Évian en 1962 entre le Front de libération nationale algérien et la France.

Son incarcération entre 1956 et 1962 l’a tenu à l’écart des erreurs commises par le Front de libération nationale, et lorsqu’il a été libéré après avoir signé les accords d’Évian avec la France en 1962, sa réputation était pure.

L’Algérie récupère des « crânes »… Tebboune mettra-t-il fin à la « crise de la mémoire » avec la France ?

La situation dans l’Algérie indépendante était chaotique. Les dirigeants de l’Armée de libération nationale ont formé un gouvernement intérimaire conservateur (le gouvernement provisoire de la République algérienne), tandis que la conférence du Front de libération nationale à Tripoli a élu un gouvernement d’orientation socialiste à la fin de la guerre, et il comprenait la « politique bureau » du front, dirigé par Ben Bella, qui devint le premier chef du gouvernement en 1962.

Puis il est élu sans opposition et à une écrasante majorité à la présidence de la République algérienne en 1963, et Ben Bella cumule les postes de chef de l’Etat et de gouvernement après son élection.

Mise en place du système

L’Encyclopedia Britannica affirme que Ben Bella a rétabli l’ordre dans un pays troublé par les affrontements entre groupes armés et le départ massif des colons français.

Il a créé un État à partir de rien et a alloué un quart du budget à l’éducation nationale. Surtout, il a lancé une série de grandes réformes agraires, dont la nationalisation, mais pas le contrôle direct de l’État, des grandes plantations des anciens colons. Selon l’Encyclopédie Britannica.

Ben Bella s’est allié à des pays arabes hostiles à Israël, a développé des relations culturelles et économiques avec la France et a sorti le pays d’un important différend frontalier avec le Maroc.

Le style de gouvernance de Ben Bella a plu au peuple algérien, mais sa popularité n’a pas empêché son renversement lors d’un coup d’État militaire le 19 juin 1965 par son ministre de la Défense, Houari Boumediene, qui l’a remplacé.

La combinaison de Ben Bella entre plusieurs positions figurait parmi les arguments utilisés par son successeur, Boumediene, pour l’isoler, l’accusant de s’écarter du chemin de la révolution, et d’instaurer une dictature en excluant des positions.

Par la suite, Ben Bella a été assigné à résidence jusqu’en 1980, date à laquelle le président algérien de l’époque, Chadli Bendjedid, l’a libéré, puis s’est exilé en France jusqu’à son retour en Algérie en 1990.

Il a fondé un parti après sa libération appelé le Mouvement démocratique en Algérie, et a participé aux élections en Algérie en 1991, dont les résultats ont été annulés, au cours desquels le parti a remporté 2% des voix.

Malgré les piètres résultats de son parti lors de ces élections, Ben Bella s’est opposé à la décision de les annuler, puis s’est opposé à la dissolution du Front islamique du salut en mars 1992, qui avait remporté ces élections.

Ben Bella a également estimé que le Haut Conseil d’Etat, qui a été formé après l’annulation des élections et la destitution de Chadli Bendjedid, est illégitime. Après l’éclatement des violences en Algérie, il fait partie de ceux qui appellent à la réconciliation nationale, et il quitte à nouveau le pays en 1992 pour la Suisse.

Retour et mort

Bien que son parti ait été interdit en 1997, il est retourné définitivement en Algérie en 1999.

Depuis 2007, Ben Bella préside le Groupe des sages de l’Union africaine.

Il était présent lorsque le président algérien Abdelaziz Bouteflika a inauguré son troisième mandat en avril 2009.

L’ancien président a été admis à l’hôpital militaire d’Alger à deux reprises au cours du mois de mars 2012 après avoir souffert de problèmes de santé.

Le 11 avril 2012, Ahmed Ben Bella est décédé à Alger à l’âge de 96 ans.

Ben Bella était très séduisant et considéré comme l’un des symboles du nationalisme arabe et du mouvement anticolonial mondial.

L’ancien président algérien était considéré comme l’un des grands dirigeants qui ont travaillé dans le cadre des pays non alignés, comme le dirigeant cubain Fidel Castro, l’ancien président égyptien Gamal Abdel Nasser, le Premier ministre indien Jawaharlal Nehru et le dirigeant chinois Mao Zedong, et ils s’est opposé à « l’impérialisme ».

What do you think?

26 Points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Loading…

0
Senator Adamu Bulkachuwa

Ohanaeze critique Bulkachuwa pour ses commentaires sur les meurtres dans le sud-est

La Tunisie défend son titre en finale du championnat d'Afrique contre la Côte d'Ivoire

La Tunisie défend son titre en finale du championnat d’Afrique contre la Côte d’Ivoire