in

L’historien algérien d’Euronews: La déclassification des archives françaises est un pas « audacieux », mais ce n’est pas suffisant

L'historien algérien d'Euronews: La déclassification des archives françaises est un pas "audacieux", mais ce n'est pas suffisant

Actuexpress.net Le 2021-03-20 14:02:28, L’historien algérien d’Euronews: La déclassification des archives françaises est un pas « audacieux », mais ce n’est pas suffisant

Le 9 mars dernier, le président français Emmanuel Macron a annoncé qu’il faciliterait l’accès au contenu des archives secrètes de plus de 50 ans, y compris les documents liés à la guerre d’Algérie, selon le nom français, et qui s’étendait de 1954 à 1962.

L’annonce intervient une semaine après que Macron a admis « au nom de la France » que l’armée française avait « torturé et assassiné » le combattant et avocat algérien, Ali Boumendjel, en 1957.

La reconnaissance de l’assassinat de Boumendjel et la décision de déclassifier les archives sont des «initiatives d’apaisement» qui ont été recommandées par l’historien français Benjamin Stora dans son rapport sur la mémoire de la guerre d’Algérie, qu’il a présenté au président français le 20 janvier.

Les autorités algériennes ont salué les récentes décisions de Macron, mais ont estimé qu’elles restent « insuffisantes » pour clore le dossier de la mémoire, car il reste encore d’autres demandes qui n’ont pas été satisfaites, notamment l’appel de Paris à s’excuser pour ce que la France coloniale a fait dans ce pays.

Un geste audacieux mais …

A propos de ce dossier, Euronews s’est entretenu avec l’historien algérien Dr Mohamed Lahcen Zugheidi, qui a vu que ce qu’a fait le président français Emmanuel Macron était un pas « audacieux » qu’aucun président n’avait franchi avant lui, mais qui reste à ses yeux un « flirt politique »envers la communauté algérienne qui compte des millions en France. Surtout à l’approche des élections présidentielles de 2022, au cours desquelles Macron cherche à remporter un second mandat.

L’historien algérien a également vu que cette démarche vise à empêcher la colère de l’extrême droite française, car la décision n’incluait pas la remise des archives de l’Algérie, ni ne fut suivie d’autres décisions plus «audacieuses» qu’avait exigées la autorités de l’autre côté de la Méditerranée.

Le chercheur a mentionné que les chercheurs en Algérie et ceux qui s’intéressent à son histoire révolutionnaire se feront un plaisir de récupérer les archives, pas seulement de les déclassifier, affirmant que les archives et les documents secrets devraient être restitués « à quiconque compte, et dans ce cas au pays qui est tombé sous le colonialisme. « 

Ceci est conforme à ce que stipulent les lois et les normes internationales, de sorte que l’État colonial fournisse tout ce qui concerne l’État qui est tombé sous son contrôle.

Interrogé sur les raisons pour lesquelles les archives des essais nucléaires en Algérie ont été exclues de la levée du secret, l’historien a déclaré que la France « qui se présente comme gardienne des droits de l’homme et prétend avoir contribué au développement de l’humanité à l’étranger ne peut révéler ce qui pourrait fausser son image. « 

Il a ajouté que les essais nucléaires qui ont eu lieu dans le désert algérien constituaient un génocide et, selon lui, des crimes contre l’humanité.

En conséquence, la divulgation par Paris de documents « contenant ces crimes exposera leur visage à leurs enfants, qui verront la grande différence entre la France, les droits de l’homme en Europe et la France qui a exterminé les gens en Afrique », a-t-il dit.

« Je ne pense pas que la France révélera ces faits aux générations présentes pour que leurs enfants ne soient pas jugés par eux … et aussi pour qu’ils ne fassent pas l’objet de poursuites judiciaires devant les tribunaux internationaux pour » crimes contre l’humanité « , dit Lazgidi.

La France avait réalisé 17 essais nucléaires (4 à la surface du sol et 13 autres expériences souterraines, selon le chercheur) entre 1960 et 1966, soit quatre ans après l’indépendance de l’Algérie en 1962.

Les accords d’Evian, signés en mars 1962, stipulaient, dans l’un de leurs articles, que la France exploiterait le Sahara algérien jusqu’en 1967.

L’Algérie réclame depuis des décennies la récupération des documents liés aux explosions nucléaires dont les effets sont encore frais dans la région de Reggane et Icker dans le sud de l’Algérie.

Le Dr Zughaidi a critiqué la restriction de la déclassification des archives aux chercheurs et étudiants français, et « n’incluait pas les chercheurs algériens concernés par ce dossier », et a déclaré que l’annonce était « brillante » et n’incluait pas les personnes concernées.

Reconnaissance et compensation

Il a également mentionné que la France n’autorisera pas l’accès aux documents importants selon une loi qu’elle avait votée en 1979, qui définit les procédures d’examen des documents et archives français, et a appelé l’historien algérien à l’annuler si le gouvernement français voulait présenter des initiatives concrètes. de plier le fichier mémoire selon son avis.

Concernant la nature de ces documents, le chercheur a déclaré qu’ils « concernent la souveraineté de la République française – et contiennent des informations – qui interpellent les personnalités françaises qui ont coopéré avec la révolution algérienne, ainsi qu’affectent certains principes et valeurs français et peuvent mettre Paris dans l’embarras devant l’opinion publique nationale et internationale. « 

Concernant les demandes que l’Algérie attend toujours de mise en œuvre, Lazgidi a déclaré que la France actuelle doit abandonner la France coloniale et « admettre officiellement et publiquement au monde les crimes qu’elle a commis sous forme d’exécutions et de génocides pendant la période coloniale », puis s’excuse juste comme l’ont fait d’autres pays coloniaux comme l’Italie et la Grande-Bretagne.

Le porte-parole a appelé à la nécessité d’indemniser ceux qui ont le droit de le faire, y compris ceux qui sont considérés comme victimes du colonialisme français même s’ils n’ont pas vécu cette période et sont affectés par les radiations nucléaires qui ont causé des déformations physiques et morales. parmi les habitants des zones proches du lieu des essais nucléaires, en plus des victimes Les mines plantées le long des frontières est et ouest de l’Algérie entre le Maroc et la Tunisie, dont le nombre dépasse 13 millions de mines, provoquant des dizaines de blessés par an et la mort de beaucoup d’entre eux.

What do you think?

26 points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0
Plantation totale de 40 000 hectares de forêt en République du Congo |  Rigzone

Plantation totale de 40 000 hectares de forêt en République du Congo | Rigzone

Algérie: un tremblement de terre secoue la côte de Bejaia, sept blessés