in

L’impasse des réformes rétrécit l’horizon de financement du déficit budgétaire en Algérie |

L'impasse des réformes rétrécit l'horizon de financement du déficit budgétaire en Algérie |

Rédaction Le 2021-07-22 17:06:38, L’impasse des réformes rétrécit l’horizon de financement du déficit budgétaire en Algérie |

Algérie – L’Algérie se heurte à de nombreux obstacles à la mise en œuvre de ses plans liés au financement du déficit budgétaire et à la relance des activités économiques après la pandémie en raison de la baisse des recettes des exportations énergétiques, sur lesquelles elle s’appuie fortement pour gérer les affaires du pays, malgré la reprise des prix sur les marchés mondiaux.

Afin d’éviter d’imprimer de l’argent, comme ce fut le cas par le passé sous le règne de l’ancien président Abdelaziz Bouteflika, le gouvernement s’arme d’une nouvelle loi entrée en vigueur au début de ce mois relative à un programme de refinancement de l’économie. d’une valeur d’environ 2,1 billions de dinars (15,5 milliards de dollars).

L’Algérie s’attend à un déficit de 22 milliards de dollars dans le budget 2021, soit l’équivalent de 13,57 % du PIB.

Mohamed Hamidouch : Le programme peut aider à renforcer les capacités des banques à investir

L’économie algérienne est organiquement liée aux revenus pétroliers, et l’Algérie a été fortement touchée par la baisse significative des prix du pétrole sur le marché international depuis 2014, alors que ses revenus ont diminué de moitié et sont désormais de l’ordre de 30 milliards de dollars par an, après avoir été entre 60 et 70 milliards de dollars il y a six ans.

Les revenus du pétrole et du gaz représentent 93 pour cent des recettes en devises du pays. L’année dernière, les exportations non pétrolières se sont élevées à environ 2,26 milliards de dollars, contre 23 milliards de dollars pour les exportations d’hydrocarbures.

Le programme comprend principalement l’offre d’obligations sur le marché local tout en poussant le secteur bancaire à fournir davantage de prêts pour des projets d’investissement grâce à des facilités de crédit et des incitations pour les entreprises, les hommes d’affaires et même les propriétaires de petites et moyennes entreprises.

Cette décision confirme la persistance et le refus de l’Algérie de recourir au Fonds monétaire international, qui a attiré l’attention des analystes ces dernières années malgré l’accélération de la dégradation de sa situation financière et dont l’économie semblait incapable de faire face aux conséquences de la crise sanitaire. et ses conséquences dévastatrices sur les revenus énergétiques.

En mai dernier, le FMI dressait un sombre tableau de l’économie algérienne, les équilibres financiers de l’État ayant besoin d’un prix du pétrole d’environ 160 dollars le baril, ce qui semble impossible, compte tenu des restrictions de l’alliance OPEP+, qui rendent difficile l’atteinte d’un croissance d’environ 3,9 pour cent cette année.

Si certains sont optimistes quant à la faisabilité du nouveau plan adopté par le président Abdelmadjid Tebboune, d’autres estiment que le gouvernement a besoin de mesures audacieuses, comme avec l’effondrement du pétrole et les troubles liés à l’épidémie, l’Algérie, avec une population de 44 millions d’habitants, peut faire face à une tempête économique à tout moment.

Les revenus pétroliers sont les piliers les plus importants de l'économie algérienneLes revenus pétroliers sont les piliers les plus importants de l’économie algérienne

L’économiste Mohamed Hamidouch estime que le programme spécial de refinancement adopté par la Banque centrale d’Algérie est capable d’accélérer le rythme de la reprise économique dans la phase post-pandémique, en renforçant les capacités d’investissement des banques.

Et l’agence de presse officielle algérienne a cité Hamidouch disant que « ce programme très utile contribuera à une augmentation du niveau des prêts d’ici la fin de 2022 d’environ 25 pour cent, ce qui est un pourcentage bien meilleur que celui enregistré au cours de la période 2015-. 2018, mais relativement moins que celui enregistré en 2014. ».

Il a souligné que ce niveau de flux de liquidité bancaire destiné à financer l’économie permettra d’améliorer la croissance économique en 2022 de 10 à 15 points.

Le gouvernement affirme que le programme fournira des liquidités à long terme, achètera des actions sur le marché financier et lancera des programmes d’assouplissement quantitatif, comme la Banque centrale européenne ou la Réserve fédérale américaine (la banque centrale).

On craint que le programme n’entraîne un risque potentiel de pressions inflationnistes, car les prix moyens à la consommation sont actuellement d’environ 3,9%, tandis que le budget prévoit une inflation à 4,6% d’ici la fin de l’année.

Hamidouch estime que le programme ne sera pas une source d’inquiétude. Il a déclaré: « Il n’y a aucune préoccupation associée à ce programme car le pourcentage d’actualisation et d’emprunt à taux fixe par rapport au PIB fixe devrait être inférieur à 20%, et donc les postes de l’état budgétaire ne montrent aucune préoccupation. »

23 milliards de dollars de revenus énergétiques, après c’était avant 2014 entre 60 et 70 milliards de dollars
22 Un milliard de dollars de déficit attendu dans le budget 2021
3.9 Pourcentage de croissance du PIB attendu cette année ● 4.6 Le taux d’inflation attendu d’ici la fin de l’année
47,5 Milliards de dollars de réserves de trésorerie attendus d’ici fin 2022

Mais il semble que le plus grand défi sera lié à la réactivation des entreprises des secteurs public et privé, qui depuis l’année dernière ont accumulé beaucoup de dettes et dont les revenus et le nombre de transactions ont diminué en raison de la stagnation de leur activité.

Les données de l’Union nationale algérienne des entrepreneurs, un conglomérat qui représente les entreprises locales, indiquent que l’activité des entreprises publiques économiques a diminué de 18 à 25 pour cent au cours de 2020 en raison des répercussions de l’épidémie.

Le chef de l’Union des Verts, Rakhrokh, a déclaré dans de précédentes déclarations aux médias locaux qu' »une grande partie du volume des prêts dont bénéficient les entreprises est utilisée pour fournir des services subventionnés par le gouvernement, et donc les entreprises se retrouvent à perte ».

« Il est normal que ses dettes s’accumulent et que le gouvernement soit obligé d’effacer ces dettes car ce sont des institutions économiques à caractère public et l’Etat ne peut pas les abandonner », a-t-il ajouté.

Il a expliqué que le gouvernement ne fait pas de distinction entre les institutions publiques et privées, car elles sont égales dans les prêts accordés par les banques, soulignant que les entreprises privées confrontées à des problèmes économiques peuvent se passer de travailleurs, contrairement aux entreprises publiques dont la nature l’empêche.

Les entreprises du secteur public constituent entre 25 et 30 pour cent du tissu économique en Algérie, sans compter les entreprises actives dans le secteur des hydrocarbures, de la banque et des télécommunications, ce qui est un nombre important et son impact sur l’essor de l’économie locale est très important.

Les réserves de pétrole en devises du pays ont atteint leur pic à la mi-2014 lorsqu’elles ont dépassé les 194 milliards de dollars, mais elles se sont rapidement effondrées en raison de la crise pétrolière. Le gouvernement s’attend à ce qu’il augmente à partir de 2022 pour atteindre 47,5 milliards de dollars, puis à 50 milliards de dollars en 2023.

What do you think?

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0
turaki mustapha

L’allié de Buhari, Mustapha, remplace Saraki en tant que Turaki d’Ilorin

Chikwe Ihekweazu

Les tests COVID-19 s’arrêtent dans 13 États, la variante Delta frappant des Nigérians non vaccinés