in

« Non à la dictature ! » : les Algériens se mobilisent le jour de l’indépendance | Algérie Actualités

« Non à la dictature ! » : les Algériens se mobilisent le jour de l'indépendance |  Algérie Actualités

Le 2019-07-05 09:00:00, « Non à la dictature ! » : les Algériens se mobilisent le jour de l’indépendance | Algérie Actualités

Les manifestants descendent dans les rues à travers l’Algérie alors que le mouvement pro-démocratie maintient la pression sur les autorités au pouvoir.

Des dizaines de milliers d’Algériens sont descendus dans la rue pour célébrer l’indépendance de leur pays vis-à-vis de la France et continuent d’appeler à un nouveau leadership démocratique à la suite de la démission de l’ancien président Abdelaziz Bouteflika en avril.

Au milieu d’une sécurité extra-haute et d’une colère renaissante contre les autorités, des foules portant des drapeaux algériens sur les épaules, la tête et la taille ont envahi les rues de la capitale Alger pour la manifestation pro-démocratie de vendredi à l’occasion de la fête nationale du pays pour marquer la libération de l’Algérie de la domination française en 1962.

Des manifestations ont également eu lieu dans au moins une douzaine d’autres villes.

Les manifestants ont également exprimé leur indignation face aux arrestations la semaine dernière de plusieurs militants brandissant des emblèmes berbères et de Lakhdar Bouregaa, un vétéran de la guerre d’indépendance de l’Algérie.

Les autorités ont accusé les militants de menacer l’unité de l’Algérie en célébrant l’identité berbère. Ils disent également que le vétéran de 82 ans nuit au moral de l’armée en critiquant le puissant chef militaire, Ahmed Gaid Salah.

« Quelle honte qu’un homme qui a libéré le pays passe le 57e anniversaire de l’indépendance en prison », lit-on sur une banderole. Des appels à la libération de Bouregaa ont retenti lors de marches de protestation dans d’autres villes où des citoyens ont défilé.

À Alger, les autorités ont déployé un nombre inhabituellement élevé de policiers, qui ont confisqué des drapeaux berbères aux manifestants entrant dans la ville. La police a encerclé la place du bureau de poste central qui a été le noyau de la révolte.

« Non à la dictature militaire !

Bouteflika a démissionné le 2 avril après des semaines de manifestations à l’échelle nationale et sous la pression de la puissante armée du pays suite à sa candidature à un cinquième mandat.

Depuis lors, les manifestations se sont poursuivies en Algérie tous les vendredis pour faire pression sur les principaux responsables de l’ère Bouteflika et les alliés de l’ancien dirigeant pour qu’ils démissionnent et pour demander des comptes sur la corruption généralisée au sein des échelons supérieurs du gouvernement.

Vendredi, les manifestants ont également scandé des slogans contre toute élection organisée par un « gang mafieux ».

Une élection présidentielle déjà retardée a de nouveau été reportée au début du mois dernier à partir d’une date prévue du 4 juillet, après que seuls deux candidats potentiels – tous deux peu connus – ont soumis leurs candidatures.

« Oui à un État civil ! Non à une dictature militaire », disait un panneau.

Un autre a lu « Pas de dialogue avec les traîtres », en référence à un appel lancé cette semaine par le président par intérim Abdelkader Bensalah pour un dialogue avant les élections présidentielles.

Bensalah a proposé de créer une nouvelle « entité » pour organiser les élections, et a promis que le gouvernement et l’armée n’y participeraient pas.

Samedi, les partis politiques, les représentants de la société civile et les personnalités nationales doivent tenir une réunion baptisée « Forum national pour le dialogue », qui se tient en dehors de l’orbite des pourparlers prévus par Bensalah.

L’initiative « vise à mettre en place des mécanismes pour sortir de la crise et avancer, dans un délai raisonnable, vers l’organisation » d’une élection présidentielle, selon Abdelaziz Rahabi, un ancien ministre qui a soutenu les manifestations.

« Répression contre les manifestants pacifiques »

Parallèlement à la création d’institutions indépendantes, les manifestants exigent que la police cesse d’arrêter les manifestants.

Vendredi, Amnesty International a déclaré que 41 personnes avaient été arrêtées ces derniers jours pour avoir arboré le drapeau berbère lors de manifestations dans ce qu’elle a qualifié d' »escalade… de la répression contre les manifestants pacifiques » et de geste « totalement absurde ».

Dans un communiqué, le groupe de défense des droits de l’homme a appelé « les autorités algériennes à libérer immédiatement et sans condition les 34 manifestants qui restent en détention et à respecter et protéger » les droits à la liberté d’expression et de réunion pacifique.

Djamel-Eddine Taleb, un journaliste algérien, a déclaré à Al Jazeera que le gouvernement tentait de saper le mouvement de protestation en brisant les divisions entre les manifestants, mais a ajouté qu’une telle mesure ne fonctionnerait pas.

« Le régime algérien essaie de diviser pour régner en jouant la carte de l’identité… mais la plupart des Algériens sont prêts à sacrifier leur temps et leurs efforts pour l’avenir de leur pays », a déclaré Taleb.

What do you think?

26 Points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Loading…

0
« Décriminaliser Bitcoin » : la Tunisie franchit un pas supplémentaire décisif

« Décriminaliser Bitcoin » : la Tunisie franchit un pas supplémentaire décisif

a1

Un vendeur de terres arrêté pour viol et meurtre d’une femme à Rivers