in

Parlement d’Algérie | l’égyptien aujourd’hui

Actuexpress Le 2021-06-20 01:23:04, Parlement d’Algérie | l’égyptien aujourd’hui

Abonnez-vous pour recevoir les nouvelles les plus importantes

Le parti Front de libération est arrivé en tête des forces politiques représentées au parlement algérien, puisqu’il a remporté 105 sièges sur 407, et les indépendants sont arrivés à la deuxième place et ont obtenu 78 sièges, puis le Parti de la Société islamique pour la paix et a remporté 64 sièges. , et le reste des sièges étaient répartis entre différents petits partis, Le taux de participation était d’environ 23%, et certains l’ont décrit comme le plus bas de l’histoire de l’Algérie.

En effet, l’avantage de ces élections est qu’elles révèlent l’étape critique que traverse l’Algérie depuis le succès de son mouvement populaire en forçant l’ancien président Abdelaziz Bouteflika à se retirer, et le début d’une nouvelle voie politique qui a commencé avec l’élection d’un président civil réformateur issu de l’ancien système (Abdulmadjid Tebboune) Un grand pas sur la voie de la construction d’un Etat de droit, et il se distingue du cours de la révolution tunisienne (il fait face à des défis plus importants que réforme progressive de l’intérieur du système.

Après son élection, le président algérien a appelé à un référendum pour amender la constitution, qui a eu lieu en novembre de l’année dernière, et a été approuvé par le peuple, avec un faible taux de participation (s’élevant également à environ 23%), puis des élections législatives. ont eu lieu, qui ont amélioré l’ancienne scène sans la réformer radicalement, comme il le demande.Le mouvement populaire, et en même temps, l’approche choisie par le président algérien a protégé le pays de tomber dans le danger du chaos ou de la dictature.

Il est vrai que le pourcentage de participation aux élections législatives est faible, mais ce pourcentage est réel et le pouvoir exécutif ne l’a pas manipulé, comme cela a été le cas lors des élections précédentes.

Ce qui est certain, c’est que la scène politique algérienne dit qu’il y a un pourcentage important de ceux qui croient à la voie politique actuelle, et un autre pourcentage qui n’a pas dépassé la négativité habituelle que connaissent de nombreux pays arabes, et dans laquelle un secteur de la population voit la futilité de participer à un quelconque droit électoral car cela ne changera rien à leur réalité, Enfin, il existe un troisième courant qui appelle au boycott et fonde sa position sur une vision politique qui exige le renversement de l’ancien système et de tous ses des symboles, et la mise en place d’une nouvelle constitution.Transition démocratique et réforme progressive, les chances de « réforme sûre » entre les forces du mouvement et les forces conservatrices restent probables. Le danger de continuer le mouvement comme une simple voix de protestation ne construit pas une alternative politique et partisane, car il ne reflète pas seulement un désaccord entre révolutionnaires et réformateurs (ce qui est naturel), mais affaiblit la force de l’ensemble du processus politique en faveur de le chaos ou le vide que l’Armée populaire algérienne comblera après avoir brisé la fourche des forces de l’extrémisme islamique.

L’Algérie a pris des mesures sur la bonne voie, et il est nécessaire d’intégrer davantage de forces du mouvement civil dans la voie politique actuelle, et de construire des alternatives politiques et partisanes qui doublent les chances de réforme politique et économique.

amr.elshobaki@gmail.com

What do you think?

26 Points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Loading…

0
Les Algériens de plus en plus nerveux face au manque de liquidités de leur pays

Les Algériens de plus en plus nerveux face au manque de liquidités de leur pays

De Tunisie.. Amr Moheb, accompagné de Majdi Qafsha et Salah Mohsen

De Tunisie.. Amr Moheb, accompagné de Majdi Qafsha et Salah Mohsen