in

Plus de 15 000 candidats y sont en compétition. Quelle est l’influence de la tribu dans le choix des élections législatives en Algérie ? | Nouvelles

Plus de 15 000 candidats y sont en compétition. Quelle est l'influence de la tribu dans le choix des élections législatives en Algérie ?  |  Nouvelles

Actuexpress Le 2021-06-06 17:59:31, Plus de 15 000 candidats y sont en compétition. Quelle est l’influence de la tribu dans le choix des élections législatives en Algérie ? | Nouvelles

En raison de la concurrence féroce, les candidats ont recouru à renforcer leur fortune en mobilisant des clans, notamment dans les gouvernorats de l’intérieur et du sud, où se concentre l’électorat, alors que ce recours s’amenuise dans les grands quartiers urbains.

Une nervosité tribale émerge pour compenser la baisse de l’influence de « l’argent politique » lors des élections législatives en Algérie, où l’article 200 de la nouvelle loi stipule que « le candidat ne doit pas être connu du public sur son lien avec l’entreprise suspecte et milieux financiers, et son influence, directe ou indirecte, sur le libre choix des électeurs et le bon déroulement du processus électoral.

Les élections prévues le 12 juin connaissent une vive concurrence, avec l’entrée de 1 438 listes représentant les partis et les indépendants, avec plus de 15 000 candidats, se bousculant pour remporter les 407 sièges de la Chambre des représentants.

En raison de la concurrence féroce, les candidats ont eu recours à renforcer leur fortune en mobilisant des clans, notamment dans les gouvernorats de l’intérieur et du sud, où se concentre l’électorat. Alors que cet usage diminue dans les grands quartiers urbains, où les taux de participation populaire sont déjà faibles, ce qui donne un rôle influent au facteur tribal dans les élections dans d’autres régions, selon les analystes.

La campagne comportait des réunions de clan avec les candidats de la tribu, accompagnées de recommandations collectives à leur intention, et sous le slogan « Les plus proches obtiennent les voix ».

Un rapport du ministère français de la Guerre, daté du 23 janvier 1851, documente le nombre de tribus algériennes à l’époque avec 1 145 tribus d’origine berbère, arabe et andalouse, dont la population devrait aujourd’hui constituer des dizaines de millions de la population algérienne d’environ 44 millions, même si leurs liens claniques se sont affaiblis.

Le rôle de la tribu a été présent dans toutes les élections en Algérie (Al-Jazeera Net)

sultan de la tribu

Le candidat de la province d’Oum El Bouaghi dans l’est algérien, Ali Jarman, affirme que l’appartenance tribale dans sa circonscription est « très critique », car l’acceptation de l’investiture dépend des listes des partis, même les libres, de la répartition géographique des candidats au sein de la province d’abord, puis en fonction des clans auxquels ils appartiennent, au sein de chaque région.

Jarman reconnaît l’avoir utilisé personnellement en raison de son appartenance tribale pour faire passer la candidature partisane et en profiter pour rassembler des partisans en soutenant les notables de la tribu.

Il assure à Al Jazeera Net que la chance est définitivement en faveur de toute liste qui comprend plusieurs candidats de tribus fortes, et « tous craignent que deux ou plusieurs membres du même clan soient nommés sur des listes distinctes ».

A ce moment, ajoute Jarman, soit la tribu, par le biais d’une rencontre avec Jameh, adopte le candidat qu’elle soutient aux dépens de ses autres candidats, soit les voix du clan sont partagées entre eux, et la chance de gagner les élections est perdue, ce qui a des répercussions négatives sur sa cohésion sociale.

Saad Sadara, un universitaire originaire de la province de Djelfa dans le centre de l’Algérie, estime que la tribu y a une influence prépondérante sur les résultats du processus électoral, ce qui en fait le premier recours du candidat pour recueillir des voix, que ce soit au sein de son clan. ou avec l’aide d’autres clans.

Bien que la tribu ne soit pas la seule déterminante, dit-il, surtout si sa taille électorale est limitée, son pouvoir politique reste fort sur les candidats et l’ensemble des élections, et il est plus important dans le périmètre géographique fermé.

Dans le sud-est, le militant politique Ali Halawji affirme que l’appartenance tribale est favorable et influente dans les élections sans être décisive, ce qui signifie que quiconque possède un parti à un autre titre, comme le parti, son clan y ajoute pour garantir son siège parlementaire.

L’influence tribale est forte lors des élections législatives et n’a pas diminué dans la mesure requise, selon les observateurs (Al Jazeera Net)

relation client

Pour sa part, le professeur de sociologie politique à l’université d’Alger, Noureddine Bakis, estime que le phénomène de clanisme ethnique et régional est toujours présent et se fait sentir même dans les grandes villes algériennes, bien qu’à des niveaux inférieurs, car il affecte fortement le parlementarisme. élections il y a des décennies et n’a pas diminué dans la mesure requise.

Il l’a expliqué avec la fragilité des institutions étatiques et la dépendance des élites dirigeantes à l’égard des relations clientélistes, les rentes étant distribuées aux citoyens selon leurs affiliations régionales et ethniques, et selon leur position au sein du groupe primaire avec lequel l’autorité traite, comme arrivé avec les notables, la supervision et les angles.

Bakis dit à Al Jazeera Net, que l’engagement de fidélité aux structures traditionnelles lors du choix est dû au passage inévitable de leurs organisations lors de la recherche de promotion et de protection sociale. Les citoyens des régions éloignées interagissent également avec le centre à travers ces structures traditionnelles basées sur des affiliations primaires, notamment ethniques et régionales.

En conséquence, l’association ne reflète pas une relation de conviction et d’abandon, selon Bakis, mais plutôt un intérêt réciproque dans lequel le citoyen offre une loyauté politique en échange d’obtenir des formes de promotion et de protection à travers ces structures.

Bagis ne s’attend à aucune régression dans ses rôles professionnels, tant que des institutions fortes qui régulent la vie des individus ne sont pas construites, basées sur le système juridique, et non sur des relations avec les clients.

Idris Attia estime que l’impact du facteur tribal sera faible le 12 juin par rapport aux bénéfices précédents (Al Jazeera Net)

effet faible

En revanche, le professeur de sciences politiques à l’université d’Alger, Driss Attia, s’attend à ce que l’influence du facteur tribal soit cette fois faible par rapport au passé, mais en même temps il estime que « la tribu reste un havre de paix. pour certains candidats qui soutiennent l’ancien style de pratique politique, qui n’ont pas et ne comprendront pas les concepts de démocratie nationale et de société civile responsable.

Attia fait remarquer à Al Jazeera Net que les Algériens en général ont un niveau élevé de conscience d’une culture politique acceptable, qui favorise « l’éloignement des liens tribaux et claniques dans de nombreuses provinces ».

L’Algérie connaît une dynamique sociétale qui consolide les loyautés supérieures liées au projet d’État-nation, selon Attia, plutôt que de s’appuyer sur des loyautés subordonnées, confinées à la tribu ou au clan.

Il a ajouté que la loi électorale amendée a dessiné une nouvelle architecture en exigeant le vote sur la liste ouverte au lieu de la liste fermée, ce qui a supprimé le monopole et le tribalisme des listes de partis et indépendantes.

Dans son pari sur la maturité de l’électeur algérien et son alignement avec son intérêt national et non tribal, il mentionne que 75% des candidats sont de la catégorie des jeunes, et les étudiants universitaires constituent 80% d’entre eux. , selon Attia, que la variable tribu et clan sera faible lors des prochaines élections.

Plus de nouvelles

What do you think?

17 points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0
Akeredolu 2

Nous sommes résolus à défendre notre peuple —gouvernements du Sud-Ouest

El-Rufai1

Les Nigérians se moquent d’el-Rufai pour avoir tweeté malgré l’ordonnance de poursuite de Malami