in

Pourquoi les libéraux algériens boycottent-ils les élections législatives et quel est leur impact sur la participation? | Nouvelles

Pourquoi les libéraux algériens boycottent-ils les élections législatives et quel est leur impact sur la participation?  |  Nouvelles

Actuexpress Le 2021-05-26 15:02:01, Pourquoi les libéraux algériens boycottent-ils les élections législatives et quel est leur impact sur la participation? | Nouvelles

A un moment précoce et dans une position remarquable, les partis les plus forts du courant libéral – ou ce que l’on qualifie en Algérie de « laïc » – ont décidé de boycotter les élections pré-parlementaires, prévues le 12 juin prochain, malgré l’amendement de la loi électorale et l’assurance du président Abdel Majid Tebboune et de son gouvernement pour assurer la transparence. L’admissibilité est sous la pleine supervision de l’Autorité indépendante.

Le bloc «démocratique» n’a jamais connu d’absence collective aux dates des élections depuis l’instauration du pluralisme politique en Algérie il y a 32 ans, mais de nombreuses stations ont été témoins d’un cas de concurrence interétatique en entrant dans des formations, en échange du retrait des autres.

Le Front des forces socialistes, «Avafas» – qui est le plus ancien parti d’opposition en Algérie – a annoncé son refus de participer à la course au Parlement après une session extraordinaire de son Conseil national le 3 avril dernier.

L’ancien député Shafaa Bouaish a attribué – dans un communiqué de presse – cette décision à « l’absence du climat approprié stipulé par la direction du parti lors de sa rencontre avec le président de la République et au manque de garanties pour l’intégrité du prochain parlement ».

Auparavant, et le 20 mars, le Conseil national du Rassemblement pour la culture et la démocratie « Al-Arsidi » avait décidé de boycotter les élections au même titre que son rival historique et régional, « Avafas ».

Son président, Mohsen Belabes, a déclaré – selon ce qui a été rapporté par le journal francophone « Liberté » – que « la volonté de reconstruire aujourd’hui l’Etat et la société sur les ruines de l’ancien régime ne peut être soutenue par le citoyen et ne peut être synonyme d’une nouvelle Algérie. « 

Louisa Hanoune: Les élections sont dépourvues de règles de concurrence (Al-Jazeera)

Louisa Hanoune

De son côté, la secrétaire générale du Parti travailliste, Louisa Hanoune, a annoncé un boycott des prochaines élections législatives après une session du Comité central. Cette annonce est la première fois pour le Parti travailliste depuis sa création il y a 3 décennies.

Lors d’une conférence de presse, le secrétaire général a justifié la position selon laquelle «les élections sont dépourvues des règles de la concurrence», estimant que «la législation sera une date pour l’élimination du pluralisme des partis».

Le contrat de «famille libérale» a été complété par la décision du Mouvement social-démocrate, qui est le seul parti communiste du pays depuis l’ère de la lutte secrète. Son président, Fathi Gharras, a confirmé – par une intervention sur le site Internet du parti – que «les élections dans les circonstances actuelles ne permettent que la continuité du système, au lieu de réaliser le changement Le politicien que les Algériens réclament et la révolution populaire depuis février 2019».

Il convient de noter que ces partis étaient représentés à l’Assemblée populaire dissoute avec 31 des 462 sièges parlementaires, et les observateurs estiment que la position des partis «laïques» renforcera l’abstention électorale à la lumière de la poursuite du mouvement dans la rue.

Responsabilité de l’autorité

Concernant les antécédents profonds de la position des libéraux, l’analyste politique Othman Lahyani estime que «le principal responsable de cette décision est l’autorité qui n’a pas présenté le projet électoral clair et garant, et n’a pas fourni un environnement naturel qui encourage la procédure. du processus. « 

Dans une déclaration à Al-Jazeera Net, Lahyani a fait la distinction entre les forces démocratiques qui ont établi leur position après un débat interne et consommé la tentative de contact politique avec l’autorité, pour améliorer les conditions de participation et le climat électoral, c’est-à-dire le Front des forces socialistes. , et entre d’autres forces telles que le Parti des travailleurs et « Al-Arsidi ».

Il estime que les partis récents sont fondés sur un engagement politique envers le mouvement populaire, car ils « sont restés les otages des calculs de la rue et n’ont pas pu surmonter le moment révolutionnaire, non seulement pour des considérations morales, mais en raison de la présence de leur électorat dans la rue également. « 

Et il considérait le boycott comme un sauvetage politique pour elle, car si elle avait participé, elle aurait perdu les deux. L’élection et la rue (le mouvement). Par conséquent, la position de ces partis soulève sous un autre angle une question éthique digne de réponse, à savoir: «Pourquoi ont-ils participé aux élections avant, alors qu’ils n’avaient aucune garantie? d’intégrité par rapport aux élections de juin prochain? « 

Quant à son impact attendu sur l’état d’abstention populaire, Lahyani estime que le boycott électoral est un acte enraciné dans le comportement électoral de l’individu algérien, et il n’a rien à voir nécessairement avec les effets du courant démocratique.

Il l’attribuait à la crise de confiance entre le citoyen et l’autorité en raison de ce qu’il qualifiait de «mauvaise gestion, politiques, fraude et nature des institutions précédemment élues».

Les comptes de profits et pertes avec le mouvement populaire ont incité les partis libéraux à boycotter les élections législatives, selon des observateurs (Al-Jazeera)

Comptes de rue

En revanche, Abdullah Hawadef – professeur de sciences politiques à l’Université d’Al-M’sila – a déclaré qu ‘ »il ne semble pas en principe qu’il y ait une quelconque forme de coordination politique entre ces partis, malgré la tendance des observateurs à les classer dans un seul courant politique. « 

Il a dit que ses positions dans le passé étaient caractérisées par de grandes variations. À l’exception du « mouvement social », il a participé à plusieurs reprises aux élections législatives, sous le règne du même régime maintenant en place, et a obtenu des résultats fluctuants.

Hawadef a considéré – dans une déclaration à Al-Jazeera Net – que le boycott « Ersidi » et « Avavas » semble provenir de la connaissance préalable de leurs blocs électoraux habituels dans la capitale et la région de Kabylie, qui ont totalement boycotté les élections présidentielles et la référendum d’amendement constitutionnel au cours des deux dernières années, et donc la participation à la législation à venir sera comme un suicide politique pour eux.

Quant au Parti travailliste, la condamnation et l’emprisonnement de son chef, Louisa Hanoune, ont eu un impact politique néfaste sur le parti et son image dans l’opinion publique, et sa participation serait une malheureuse aventure politique, selon Hawadef.

Concernant l’impact du boycott de ce groupe sur le taux de participation du public, l’analyste universitaire a expliqué que son pourcentage dans les législations était toujours faible.

Le porte-parole a ajouté que le total du Front des forces socialistes, du Parti des travailleurs et du Rassemblement pour la culture et la démocratie lors des parlements de 2017 n’a pas dépassé 6,3% du total des votes exprimés, ce qui « réduit l’impact de leur boycott sur la participation populaire. le 12 juin prochain. « 

Plus de nouvelles

What do you think?

26 Points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Loading…

0
Après 30 ans de création, Anambra toujours un village glorifié - Nwokafor

Après 30 ans de création, Anambra toujours un village glorifié – Nwokafor

Des professionnels Zamalek sont recherchés au Maroc et en Tunisie

Des professionnels Zamalek sont recherchés au Maroc et en Tunisie