in

Résultats des élections algériennes. Sept constats

خالد عمر بن ققه

Actuexpress Le 2021-06-17 00:21:49, Résultats des élections algériennes. Sept constats

Abonnez-vous pour recevoir les nouvelles les plus importantes

Que se passe-t-il actuellement en Algérie ?.. Cette question est posée aujourd’hui – de manière acerbe et provocatrice – depuis que la Commission électorale nationale indépendante a annoncé hier, mardi 15 juin, les résultats des élections législatives (parlementaires), en attendant leur approbation par le Conseil constitutionnel. Des conclusions et des analyses, où les partis du Courant National, calculés sur les « temps » du président Abdelaziz Bouteflika, sont revenus en tête des listes, et pour brouiller les calculs du pouvoir, notamment du président Abdelmadjid Tebboune, au moins à la surface.

De nombreux Algériens, notamment des hommes politiques parmi eux, qu’ils soient du courant religieux ou de gauche, des partis progressistes et régionaux, ont estimé que le mouvement national est en dehors des calculs futurs, car à ses yeux il est populairement rejeté, et s’il le trouve aujourd’hui leader les rangs et les sièges qu’il a obtenus appellent – sans aucun doute à l’émerveillement, à l’étonnement et à la perplexité.

Voici le parti « Front de libération nationale » qui a remporté 105 sièges, soit plus du quart des sièges, suivi de l’Assemblée nationale démocratique avec 57 sièges, puis du Front du futur avec 48 sièges, soit au total (210 sièges sur 407 sièges qui composent l’Assemblée populaire nationale), ce qui signifie que les trois partis, s’ils sont alliés, peuvent former le gouvernement selon la nouvelle constitution, et les petits partis à orientation nationaliste peuvent le rejoindre, comme le Rashid Al -Parti Hakam (3 sièges), le Parti Nouvelle Aube (deux sièges), le Parti Nouvelle Algérie, le Parti Karama, le Parti Nouvelle Génération, et chacun Comprenant un siège.

En revanche, les partis religieux, y compris les forts et les laïcs, ont remporté un total de 108 sièges, le Mouvement de la Société pour la paix « Hamas » remportant 64 sièges, ce qui la place en troisième place dans les résultats (après le Front de libération nationale et listes indépendantes), et le Mouvement Bina avec 40 sièges, qui est sixième au classement de En termes de résultats, en plus du Parti Justice et Développement et du Parti Liberté et Justice, avec deux sièges chacun.

En fait, les partis islamiques – du moins le prétendent-ils – ont prouvé leur échec tactique et stratégique dans leur travail collectif compétitif, parfois jusqu’à l’hostilité, surtout ceux qui cherchent à s’affilier à l’organisation mondiale des Frères musulmans dans son version.

Ces élections législatives étaient leur chance de former un gouvernement, mais – comme je l’ai mentionné plus tôt – elles n’ont pas réussi à s’unir, et ce que les résultats confirment à l’heure actuelle, et il est possible de les attirer des partis nationaux, et ils sont prêts à s’allient même avec ceux qui s’opposent à leurs programmes et projets, et les expériences précédentes ont prouvé que, même certains d’entre eux, même Il était un acteur clé dans le système de corruption, mais ces partis – et je veux dire ici le Hamas et le mouvement Bina – ont gagné individuellement , et s’il y a ceux qui voient qu’ils parient sur les listes d’indépendants, mais c’est une réponse à lui, car ces listes sont un pari pour la plupart des partis participants d’une part, et aussi un pari pour l’autorité. qu’il n’a pu obtenir que 12 sièges sur un total de 78 sièges remportés par les listes indépendantes.

Dans le contexte de tout cela, nous arrivons à un certain nombre d’observations qui peuvent représenter des faits, notamment :

Premièrement : le peuple algérien – comme les autres peuples arabes – est naturellement enclin aux partis nationaux, et il distingue clairement entre la foi en tant qu’identité et affiliation, et son utilisation politique au profit de tel ou tel parti.

Deuxièmement : les résultats des élections confirment ce que l’auteur, le Dr. Mohamed Laqab, que le peuple algérien a voté pour ce que l’on pourrait appeler « l’élection sûre ».

Troisièmement : les grands partis, qui ont une longue histoire, des programmes clairs et une longue expérience en matière de gouvernance, peuvent reculer, surtout lorsque leurs dirigeants s’écartent du chemin, mais ils restent capables de revenir parce qu’ils ont un vaste espace de lutte et une accumulation politique héritage.

Quatrièmement : S’appuyer sur le fait de contrecarrer les élections par des boycotts est une illusion, et le plus grand perdant ici est celui qui prétend qu’il s’agit d’une « alternative démocratique » alors que les années précédentes témoignent qu’il faisait partie du système de corruption.

Cinquièmement : le pari du président Abdelmadjid Tebboune sur les forces de la société civile est prématuré, comme la participation l’a prouvé, ainsi que les résultats des listes indépendantes, même si pour la première fois dans l’histoire des élections algériennes elles ont remporté une victoire de cette ampleur .

Sixièmement : Il est devenu nécessaire de reconsidérer le pari sur les forces de la société civile en termes de changement politique, et il est également nécessaire de renforcer les partis.

Septièmement : Malgré la victoire des partis traditionnels, c’est au président Abdelmadjid Tebboune qui a réussi à faire changer ces partis eux-mêmes, puisqu’il a introduit une grande partie des jeunes, davantage responsabilisé les femmes, contribué à l’implication des éléments d’élite, et a empêché l’argent corrompu et ses hommes d’influencer les élections. .

* Ecrivain et journaliste – Algérie

What do you think?

26 Points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Loading…

0
Mahrez propulse les champions d'Afrique d'Algérie contre le Mali en amical

Mahrez: l’attaquant de Manchester City licencie l’Algérie à 10 contre la Tunisie

الرئيسية

Au Salon du livre tunisien : Livres audio et autres surprises