in

Rétrogradation du grade d’ancien directeur du renseignement interne de général à soldat

Rétrogradation du grade d'ancien directeur du renseignement interne de général à soldat

Actuexpress.net Le 2021-05-24 02:32:00, Rétrogradation du grade d’ancien directeur du renseignement interne de général à soldat

Le Conseil de discipline militaire en Algérie a décidé de dépouiller l’ancien chef du service de renseignement interne, le général Wasseni Bouazza, de son grade et de la rabaisser au rang le plus bas, un soldat.

Boazza est détenu à la prison militaire de Blida (à 50 kilomètres à l’ouest de la capitale) depuis des mois, et il a été condamné dans deux affaires, la première avec une peine de huit ans pour corruption, profit illégal et fraude, et la seconde avec 16 ans d’emprisonnement dans des affaires de fraude et de tentative d’influencer les résultats des élections présidentielles que le président Abdel Majid a remportées à Tebboune, où Bouazza était accusé d’avoir soutenu l’ancien ministre de la Culture Ezzedine Mihoubi pour accéder au poste de président.

Les médias algériens ont confirmé en avril 2020 que le général Wasseni Bouazza avait été arrêté et placé en garde à vue militaire immédiatement après avoir été démis de ses fonctions de directeur de la sécurité intérieure (renseignement interne) sur ordre du président de la République, Abdelmadjid Tebboune, expliquant que Bouazza suit dans plusieurs cas, et que son éloignement met fin aux conflits.La colère au sein de l’autorité a duré plus de quatre mois.

À l’époque, le journal « Al-Watan » (notamment publié en français) déclarait que Bouazza avait été placé dans une prison militaire immédiatement après son arrestation par des agents de sécurité de l’armée, par décision du président Abdel-Majid Tebboune, considérant que sa position ( en tant que directeur de la sécurité intérieure) suit le président, et la nomination du général de brigade Abdel-Ghani Rashdi au poste de directeur du bureau par intérim de la sécurité intérieure, soulignant que Bouazza, décrit par ses opposants comme le «bras armé» de l’ancien chef de l’armée de l’état-major, le lieutenant-général Ahmed Qaid Saleh, et que la nomination du général de brigade Rashid pour la première fois au poste de vice-président de Ouassini Bouazza avec «de larges pouvoirs» et lors d’une cérémonie d’inauguration a été soulignée par lui de manière inédite et supervisée par le chef d’état-major par intérim de l’armée, le général de division Said Chengriha, c’était le début de la fin du pouvoir de Bouazza, qui a été empêché d’assister à l’inauguration et a demandé à rester à l’écart et à attendre d’autres décisions.

Al-Watan a déclaré que ses relations avec le nouveau président n’étaient pas bonnes, et que cela était attesté par la publication de «décisions» et de «contre-décisions», ainsi que de «résistance» et d ‘«opposition parallèle», qui ont soulevé de profondes questions parmi l’opinion publique, et que le général Bouazza observait Plusieurs chefs d’accusation liés à son traitement de plusieurs dossiers liés à la sécurité de l’État, expliquant que des enquêtes avaient été ouvertes il y a quelque temps au niveau de la direction de la sécurité de l’armée à son encontre en raison de la manière dont il gérait plusieurs dossiers, ainsi que son «influence» dans les sphères politique et médiatique, et que sa destitution était le résultat logique de plusieurs changements apportés par le président Tebboune au niveau des postes sensibles au sein de l’armée.

What do you think?

26 points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0
Comment des hommes armés inconnus ont attaqué le secrétariat de l'INEC, la division de police d'Anambra

Comment des hommes armés inconnus ont attaqué le secrétariat de l’INEC, la division de police d’Anambra

Il a été publié par Middle East Eye. Un document secret divulgué par la présidence tunisienne parle d'un plan pour une "dictature constitutionnelle" |  Actualités de la Tunisie

Il a été publié par Middle East Eye. Un document secret divulgué par la présidence tunisienne parle d’un plan pour une « dictature constitutionnelle » | Actualités de la Tunisie