in

Un film mondial en tournée… L’Algérie recherche le « Prince Abdelkader »

Un film mondial en tournée... L'Algérie recherche le "Prince Abdelkader"

Rédaction Le 2021-09-05 05:02:31, Un film mondial en tournée… L’Algérie recherche le « Prince Abdelkader »

Et cette fois, il semble que l’Algérie ne veuille pas répéter les erreurs du passé, lorsqu’elle a lancé en 2013 un projet similaire qui s’est soldé par un scandale financier et politique, qui a poussé l’ancien président Abdelaziz Bouteflika à prendre la décision de limoger l’ancien ministre. de la Culture Khalida Toumi en 2014.

La décision de Taboun a fait saliver de nombreux acteurs, notamment ceux qui n’avaient pas eu l’occasion auparavant de jouer des rôles héroïques dans des œuvres algériennes, que ce soit à la télévision ou au cinéma.

grand film commercial

Selon l’information spéciale fournie à « Sky News Arabia », l’Algérie souhaite s’acheminer vers la réalisation d’un grand film commercial, avec la signature d’accords de coopération avec les chaînes satellitaires. Elle exclura également le ministère de la Culture afin d’éviter une répétition du scénario 2013, qui s’est soldé par la suspension du projet de film Prince Abdel Qader, et la tendance sera Cette fois, il s’agit de confier à une société privée la prise en charge du processus, sous la tutelle directe de la Présidence de la République .

En effet, le conseiller du président pour le cinéma et l’audiovisuel a été chargé de gérer le projet, le réalisateur Ahmed Rashidi, après que ce dernier s’est engagé à ne pas réaliser le film et à se satisfaire du processus général de supervision, à commencer par la recherche du réalisateur le plus approprié et de l’international sociétés de production qui acceptent d’entrer dans le processus de production cinématographique à des conditions purement commerciales.

Bien que l’idée du projet en soit encore à ses balbutiements, ce qui est remarquable, c’est que les sites de réseaux sociaux se sont transformés en une arène pour que certains acteurs montrent leurs muscles en jouant, car un certain nombre d’entre eux ont publié des photos d’eux en photo privée. séances alors qu’ils étaient habillés en prince, et ils tenaient à libérer la barbe pour apparaître sous une forme ressemblant à une image.

Mais la question qui s’est posée avec force, est-ce que la forme et la barbe sont suffisantes pour que l’acteur mérite de jouer le rôle de l’émir Abdel Qader ? Quelles sont les conditions que l’Algérie veut des représentants ? Et quelle forme cinématographique le pays souhaite-t-il pour le film ?

Le producteur algérien Khalil Brahimi estime que la solution réside dans la réalisation d’un grand « casting » en Algérie afin de rechercher de nouveaux visages.

Brahimi a déclaré à Sky News Arabia : « Jusqu’à présent, il n’y a pas de représentant en Algérie qui parvienne à un consensus pour jouer ce rôle, et la solution est de chercher un nouveau visage. Nous pouvons découvrir un nom en dehors des comptes. Bien que l’opportunité semble très petite. , l’opinion publique algérienne a tendance à choisir un représentant local. « Pas un étranger. »

Or, le critique de cinéma algérien Djamel Hazouli voit le contraire, et de son point de vue il est nécessaire que l’Algérie fasse la différence entre la télévision et le cinéma.

Pour lui, le premier cas, c’est-à-dire l’œuvre télévisuelle, appelle à réfléchir à ce que veut le public local, mais il semble que l’Algérie veuille réfléchir à une œuvre cinématographique majeure pour donner au prince Abdelkader une dimension mondiale, et cela passe par la recherche de un acteur mondial de poids.

Hazouli a déclaré à Sky News Arabia : « Le travail ne peut pas réussir si l’acteur est inconnu, et il est certain que l’Algérie veut faire découvrir au monde le personnage du Prince à travers ce film, et elle ne veut pas produire un film local pour un public local. »

Selon cette proposition, Hazouli ne voit pas la nécessité de produire un film local avec un acteur inconnu, et ajoute : « Nous en Algérie savons qui est l’émir, et son histoire a été enseignée aux générations dans les écoles, et c’est important pour le monde pour le connaître, et cela nécessite un acteur poids lourd de la taille d’Antonio Banderas et d’Al Pacino. Et Leonardo DiCaprio, si l’Algérie veut vraiment faire un grand film commercial. »

Des stars locales, arabes et internationales

Jusqu’à présent, tous les indices confirment que le défi de l’Algérie dans la recherche du représentant est encore sujet à forme et à traits, et c’est ce que l’on constate à travers les nominations présentées sur la table de discussion.

Cependant, la décision finale semble prendre du temps. Avant cela, il y a un zigzag dans la recherche du bon réalisateur pour l’œuvre et du scénario le plus approprié, comme le confirme le directeur du centre « Cinémathèque » en Algérie, le critique Salim. Agar, qui a indiqué que « l’étape la plus difficile est de trouver le scénario approprié pour le personnage du prince ».

Aqar a déclaré à Sky News Arabia que le ministère de la Culture avait contacté un grand nombre d’acteurs pour incarner le rôle du prince dans le projet de 2013, qui avait été suspendu.

Parmi les acteurs qui ont été nommés pour jouer le rôle à l’époque, figuraient Muhammad Taher Al-Zawi, Youssef Al-Sahiri, ou encore Zahir Rahim, Khaled Al-Nabawi et feu Antonio Quinn.

Historiquement, un grand nombre de réalisateurs algériens ont demandé à tourner le film Prince Abdelkader, comme Ahmed Rachdi, couronné de la Palme d’or de Lakhdar Hamina, ou encore les regrettés réalisateurs Mostafa Akkad, Oliver Stone, Costa Gavras, Rachid Bouchareb, et d’autres, mais les vents soufflaient d’une manière que les navires ne désiraient pas.

L’idée de produire un film sur l’émir Abdelkader remonte aux années soixante-dix du siècle dernier, lorsque le cinéma algérien était à son apogée, et depuis cette époque 3 textes sur la vie de l’émir ont été présentés au cinéma.

Le premier scénario a été écrit en 1977 par Serge Michel, et l’ancien ministre de la Culture Boualem Belsaih a également écrit un scénario sur le prince après le succès de son film sur Bouamama, et en 2013 le producteur français Philippe Diaz a présenté un troisième scénario.

Plus de 500 acteurs de différentes nationalités faisaient la queue des candidats pour incarner le prince Abdul Qader, dont l’Egyptien Amr Waked, qui s’était entendu en 2013 pour incarner la personnalité du leader Ahmed ben Salem dans la version qui devait être dirigée par Le réalisateur américain Charles Brant, où le ministère de la Culture a décidé de choisir l’acteur palestinien Salah Bakri pour jouer le rôle du prince dans le plus grand secret dans un premier temps, avant que le projet ne soit finalement arrêté.

mission difficile

Le critique Ahmed Bedjaoui a souligné que l’Algérie « est confrontée à une tâche apparemment impossible pour faire un film international. Il ne sert à rien de tourner un film local sur une figure mondiale ».

Bedjaoui a déclaré dans une interview à « Sky News Arabia », « La personnalité du prince Abdelkader ouvre l’appétit de tous les pionniers du cinéma international, pas seulement algérien, car tout acteur et réalisateur d’origine algérienne aspire à filmer et à participer au film ».

Il poursuit : « Il y a une forte concurrence entre les réalisateurs, Rachid Bouchareb, par exemple. Il voulait faire ce film. Il avait une vision globale en faisant participer de grandes stars, et il a suggéré à la star française d’origine algérienne, Taher Rahim, de jouer le rôle du prince.

Loin de la faisabilité de produire le film, le romancier algérien Wassini Laaraj met en lumière les angles les plus controversés du projet du prince, auquel s’arrêtent tous les récits de « casting », et c’est le point qui concerne les messages que le film portera. transporter.

Al-Araj, qui est considéré comme l’un des écrivains les plus éminents sur le personnage du prince Abdul Qadir et l’auteur du narrateur du « Livre du prince » en 2005, a déclaré : « Quel prince voulons-nous ? Un prince comme le décrit l’école. lui après avoir coupé ses ailes et l’avoir transformé en un super guerrier avec son cheval infatigable ? Un prince islamique ? Est-il en train de mener une guerre féroce contre le colonisateur chrétien, ou est-il un prince avec une dimension humaine plus profonde, défendant sa dimension civilisée éclairée et ouvert à une révolution industrielle qui avait envahi le monde et entré dans son immersion, mais la circonstance ne l’aidait pas à aller loin dans la fabrication de ses armes défensives (le prince sauva la vie de plus de 15 mille chrétiens en 1860 donnant ainsi une leçon de religion tolérance).

What do you think?

26 Points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Loading…

0
Le Congo se prépare à assumer la présidence tournante de l'OPEP

Le Congo se prépare à assumer la présidence tournante de l’OPEP

أحداث أفغانستان تعيد حزب التحرير للظهور في الشارع التونسي

Les événements en Afghanistan ressurgissent Hizb ut-Tahrir dans la rue tunisienne