in

Un judoka algérien a déclaré qu’il quitterait les Jeux olympiques pour ne pas affronter un adversaire israélien

Un judoka algérien a déclaré qu'il quitterait les Jeux olympiques pour ne pas affronter un adversaire israélien

Le 2021-07-22 23:39:00, Un judoka algérien a déclaré qu’il quitterait les Jeux olympiques pour ne pas affronter un adversaire israélien

Un jour avant l’ouverture officielle des Jeux olympiques de Tokyo, le judoka algérien Fethi Nourine se serait retiré des jeux jeudi afin d’éviter la possibilité d’affronter un concurrent israélien.

Selon les médias hébreux, Nourine a pris la décision après avoir été tiré au sort jeudi pour affronter Tohar Butbul au deuxième tour de la compétition masculine de judo des moins de 73 kg, s’il devait passer son premier combat.

« Nous n’avons pas eu de chance avec le tirage au sort. Nous avons un adversaire israélien et c’est pourquoi nous avons dû abandonner. Nous avons pris la bonne décision », a déclaré l’entraîneur de Nourine, Amar Ben Yaklif, aux médias algériens.

En 2019, Nourine s’est retirée des championnats du monde de judo lorsqu’elle a également affronté Butbul.

Butbul affrontera désormais le Soudanais Mohamed Abdalarasool lors de son premier combat.

Recevez l’édition quotidienne du Times of Israel par e-mail et ne manquez jamais nos meilleures histoires

En vous inscrivant, vous acceptez les conditions

Ce n’est pas la première fois que des judokas israéliens sont victimes de discrimination dans ce sport.

Aux Jeux de 2016, le judoka égyptien Islam El Shahaby a abandonné le sport, quelques heures seulement après avoir refusé de serrer la main de son rival israélien victorieux Or Sasson au premier tour de la compétition masculine des plus de 100 kg aux Jeux olympiques de Rio.

L’Egyptien Islam El Shehaby (bleu) refuse de serrer la main après sa défaite face à l’Israélien Or Sasson dans l’épreuve de judo des plus de 100 kg aux Jeux Olympiques de Rio de Janeiro, Brésil, le 12 août 2016. (AFP/Toshifumi Kitamura)

L’Egyptien de 32 ans, médaillé des championnats du monde en 2010, avait subi des pressions sur les réseaux sociaux et des groupes islamistes purs et durs de son pays pour qu’ils se retirent du match et a ensuite été vivement critiqué pour avoir perdu contre un Israélien.

En avril, la Fédération internationale de judo a prononcé une interdiction de quatre ans contre la Fédération iranienne de judo en raison des exigences de Téhéran voulant que ses athlètes refusent d’affronter les opposants israéliens.

L’interdiction a été antidatée pour commencer en septembre 2019, lorsque le judoka Saeid Mollaei a quitté l’équipe iranienne lors du Championnat du monde à Tokyo, révélant qu’il avait reçu l’ordre de perdre des matchs et de se retirer des compétitions pour éviter d’affronter des Israéliens.

Le judoka iranien Saeid Mollaei dans une ville non divulguée du sud de l’Allemagne, le 12 septembre 2019. (AP Photo/Michael Probst)

L’année dernière, le Comité international olympique a approuvé le changement de Mollaei pour concourir pour la Mongolie. Le CIO a déclaré que le changement n’avait pas besoin de l’autorisation des responsables olympiques iraniens car le judoka était techniquement un réfugié.

Plus tôt cette année, Mollaei s’est rendu en Israël pour participer à une compétition de judo du Grand Chelem qui s’est tenue à Tel Aviv.

Alors qu’il se trouvait dans l’État juif, il a déclaré à la télévision israélienne Kan : « Je ne concoure que pour la Mongolie. Je ne concoure plus pour l’Iran. Cette partie est terminée pour moi… J’ai toujours été un sportif. Je ne me suis jamais engagé en politique.

Gagnant la médaille d’argent à la compétition, Mollaei a déclaré qu’Israël avait été « très gentil. C’est quelque chose que je n’oublierai jamais. »

T’es sérieux. Nous apprécions cela !

C’est pourquoi nous venons travailler chaque jour – pour fournir aux lecteurs avertis comme vous une couverture incontournable d’Israël et du monde juif.

Alors maintenant, nous avons une demande. Contrairement à d’autres médias, nous n’avons pas mis en place de paywall. Mais comme le journalisme que nous faisons est coûteux, nous invitons les lecteurs pour qui le Times of Israel est devenu important à aider à soutenir notre travail en rejoignant La communauté du Times of Israel.

Pour aussi peu que 6 $ par mois, vous pouvez aider à soutenir notre journalisme de qualité tout en profitant du Times of Israël SANS PUBLICITÉ, ainsi que l’accès à du contenu exclusif réservé aux membres de la communauté Times of Israel.

Rejoignez notre communauté Rejoignez notre communauté Déjà membre ? Connectez-vous pour ne plus voir cela

What do you think?

26 Points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Loading…

0
un afflux de dons sauve la Tunisie d'une "catastrophe" sanitaire

un afflux de dons sauve la Tunisie d’une « catastrophe » sanitaire

asuu-strike

RUPTURE : l’ASUU menace d’une nouvelle grève contre l’IPPIS, d’autres