in

Un réalisateur brésilien met en scène la magie de l’Algérie au « Festival de Cannes »

Un réalisateur brésilien met en scène la magie de l'Algérie au "Festival de Cannes"

Actuexpress.net Le 2021-07-18 21:41:25, Un réalisateur brésilien met en scène la magie de l’Algérie au « Festival de Cannes »

Inoz a donné au public un billet pour voyager avec lui lors de son premier voyage dans un pays qui pour lui avait été un grand mystère.

Le réalisateur expérimenté a ouvert une fenêtre spéciale sur l’Algérie au Festival de Cannes, avec un film sur la mère, le père et la révolution algérienne, le travail est donc venu comme un mélange unique de documentaire et de long métrage de fiction.

Sur les raisons de son envie de voyager en Algérie pour réaliser ce film, le réalisateur, né en 1966 à Fortaleza au Brésil, d’un père et d’une mère algériens, a déclaré : « L’idée de voyager en Algérie a toujours été dans mon cœur, j’étais sûr que la première rencontre serait forte, et j’ai vu qu’il faut la documenter.

Et d’après ce qu’Ainoz a mentionné à « Sky News Arabia », il a grandi en rêvant de voyager en bateau jusqu’en Algérie, et bien que la distance entre Berlin et l’Algérie ne soit pas loin, il n’a pris la décision de visiter l’Algérie qu’un demi-siècle plus tard. , après que sa mère ait émigré au pays.

En 2019, Ainouz s’est rendu en Algérie avec beaucoup de questions, comme il l’a dit : « Je voulais rechercher les traits d’une révolution que je n’ai pas vécue, il y a des sentiments qui sont motivés par la curiosité et d’autres sont poussés par la nostalgie. .

Au milieu de ces points d’interrogation, le réalisateur se voit comme un homme obsédé par les histoires du passé, et en même temps engagé dans la réalité de l’Algérie d’aujourd’hui, où il explique : « La seule relation que j’ai eue avec l’Algérie était la guerre , je ne connaissais rien à l’Algérie, donc je n’en ai pas vu de photos dans ma vie. » Très peu en ligne.

Il ajoute : « Quand j’étais enfant, j’imaginais l’Algérie, la ville des immeubles blancs, une ville lointaine surplombant la mer. J’étais sûr que j’y voyagerais un jour, et dans mon imagination j’imaginais le quartier de la Kasbah surplombant le bleu. de la Méditerranée. »

Pour cette raison, Ainuz a présenté un film sur la mémoire, similaire aux romans autobiographiques, pour faire plusieurs observations dans le dernier en lisant les traits du personnage algérien qu’il a rencontré lors de son voyage.

Ainouz a indiqué que « l’Algérien a le sens de l’humour, et je pense que les personnes qui ont vécu une étape difficile de leur vie, ont un sens de l’humour distinct, en particulier les habitants des quartiers populaires ».

Il a poursuivi : « La révolution a été pour moi un état émotionnel et elle explique la réalité de l’Algérie d’aujourd’hui. Je cherchais cette révolution et j’ai trouvé la réponse dans ce moment révolutionnaire qui a poussé les Algériens, après 50 ans d’indépendance, à se lancer dans la dans les rues du mouvement du 22 février 2019 contre le régime au pouvoir. »

Détails importants

Au cours de son voyage, Inoz a trouvé un pays magnifique, mais inconnu, qui n’est pas une destination touristique bien connue malgré sa belle nature.

Celui-ci a été présenté au public sous forme de scènes panoramiques, témoignant de l’hospitalité des familles algériennes, notamment en Kabylie.

A ce propos, le réalisateur a déclaré : « Au sommet de la Kabylie, je me sentais chez moi, ils m’ont ouvert les portes de leurs maisons, j’étais un invité pour tout le monde. Ils vous mettent très à l’aise en vous promenant parmi eux, J’espère revenir pour montrer le film dans ce village. »

Tout au long de sa vie entre le Brésil et l’Allemagne, une relation exceptionnelle s’est tissée pour le réalisateur avec l’Algérie, accompagnée d’un sentiment de contrôle sur ses décisions de voyage. Le réalisateur, résidant en Allemagne, a refusé de visiter tout pays africain avant d’entrer en Algérie, et quand il l’a quitté, il s’est senti très triste, et a exprimé ceci en disant :  » L’Algérie est devenue une ville grise à mes yeux, quand j’ai décidé de partir, ce sont des larmes de tristesse, c’était un état émotionnel fort au moment où je suis arrivé en Algérie , et laisser tous ces contes, histoires et souvenirs m’a rendu les adieux difficiles. C’était un état de tristesse, de perte et de nostalgie.

Selon Ainuz, qui a tourné de nombreux documentaires, les meilleurs d’entre eux sont ceux qui sont achevés sans scénario préalable : « Le documentaire, c’est que je tourne puis découvre le film. Le travail cinématographique pour moi est une idée qui s’installe lentement, et j’ai mis deux ans dans le processus de montage. le film ».

Ainsi, Ainoz a quitté l’Algérie, et a ajouté à son crédit cinématographique un film important qui émeut, et il se dirige maintenant vers la réalisation d’un long métrage intitulé « Firebrand », dans lequel l’actrice Michelle Williams jouera le rôle de Catherine Barr, la dernière épouse d’Henri VIII, et l’œuvre sera tournée au Royaume-Uni en 2022. .

What do you think?

26 Points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Loading…

0
Lai Mohammed

Lai Mohammed nie avoir demandé à Obi Cubana de prêter de l’argent au Nigeria

Obiano, Oye et Umeh mènent la campagne de Soludo pour l'élection d'Anambra

Obiano, Oye et Umeh mènent la campagne de Soludo pour l’élection d’Anambra