in

Un universitaire algérien condamné à trois ans de prison pour avoir «offensé l’islam» | Nouvelles du Moyen-Orient

Un universitaire algérien condamné à trois ans de prison pour avoir «offensé l'islam» |  Nouvelles du Moyen-Orient

Le 2021-04-22 21:28:50, Un universitaire algérien condamné à trois ans de prison pour avoir «offensé l’islam» | Nouvelles du Moyen-Orient

Dit Djabelkhir, qui a été libéré sous caution, dit qu’il fera appel de la peine et continuera à se battre pour la «liberté de conscience».

Un spécialiste algérien renommé de l’islam, Said Djabelkhir, a été condamné jeudi à trois ans de prison pour avoir «offensé l’islam» dans trois publications sur Facebook, mais s’est engagé à faire appel et à continuer de lutter pour la «liberté» de pensée.

Djabelkhir, 53 ans, qui a appelé à une «réflexion» sur les textes fondateurs de l’islam, a été traduit en justice après que sept avocats et un collègue universitaire ont porté plainte contre lui.

S’adressant à l’agence de presse AFP après le verdict, Djabelkhir, qui a été libéré sous caution, s’est dit surpris par la sévérité de la peine et qu’il ferait appel devant la Cour de cassation si nécessaire.

«Nous avons le malheur de faire des recherches en Algérie», a déclaré l’universitaire, spécialiste de l’islam soufi.

« [But] le combat pour la liberté de conscience n’est pas négociable. C’est un combat qui doit se poursuivre.

Un peu plus tôt, l’avocat de Djabelkhir, Moumen Chadi, qui s’est également dit choqué de la décision, a déclaré que son client avait «été condamné à trois ans de prison … [for] offenser les préceptes de l’Islam ».

«Il n’y a aucune preuve», a déclaré l’avocat, décrivant l’affaire comme sans fondement.

L’infraction dont il a été condamné peut être punie de cinq ans d’emprisonnement au maximum.

L’infraction

Le chercheur, auteur de deux ouvrages bien connus, a été critiqué pour avoir écrit que le sacrifice des moutons était antérieur à l’islam et pour avoir critiqué les pratiques telles que le mariage des filles pré-pubères dans certaines sociétés musulmanes.

Selon le groupe mondial de défense des droits Amnesty International, dans trois publications sur Facebook en janvier 2020, Said Djabelkheir a fait des comparaisons entre l’Aïd al-Adha et les célébrations du Nouvel An berbère, a qualifié certaines histoires du Coran de «mythes», et a déclaré qu’il considérait certains hadiths «apocryphes».

La loi algérienne prévoit une peine de trois à cinq ans de prison et / ou une amende pour «quiconque offense le Prophète ou dénigre les préceptes dogmatiques de l’islam, que ce soit par des écrits, des dessins, une déclaration ou tout autre moyen».

Les accusations ont été portées après qu’un enseignant de l’Université de Sidi Bel Abbs, qui pensait que les publications Facebook de Djabelkheir avaient violé les préceptes religieux et avait porté plainte contre lui.

Lors de son procès au début du mois, Djabelkhir s’est défendu contre des accusations selon lesquelles il avait «nui à l’islam», la religion de l’État algérien, arguant qu’il n’avait fourni que des «réflexions académiques».

Il a déclaré avoir été visé par des accusateurs qui «n’ont aucune expertise en matière religieuse».

‘Criminalisation des idées’

Réagissant au verdict, la Ligue algérienne des droits de l’homme a dénoncé «la criminalisation des idées, du débat et de la recherche universitaire… [rights] garanti par la constitution ».

Le groupe de défense des droits a déclaré qu’il «réfute le fait que les salles d’audience… remplacent les salles de conférence universitaires et que les tribunaux se transforment en tribunaux d’inquisition».

Appelant à «l’annulation immédiate de la condamnation», Amna Guellali, directrice régionale adjointe d’Amnesty International, a qualifié la peine de trois ans de «scandaleuse».

«Punir quelqu’un pour son analyse des doctrines religieuses est une violation flagrante des droits à la liberté d’expression et à la liberté de croyance – même si les commentaires sont jugés offensants par d’autres», a déclaré Guellali.

Les avocats de Djabelkhir ont soutenu devant le tribunal que la plainte contre lui était irrecevable car elle émanait d’individus et non du parquet.

Ils ont également mis en garde contre le fait que le procès devienne une rampe de lancement pour les tribunaux, devenant une arène de «débats religieux».

Djabelkhir a reçu le soutien de nombreux collègues universitaires et politiciens algériens depuis que les accusations portées contre lui ont fait surface.

Les opposants, cependant, l’accusent de ne pas respecter le Coran et les cinq piliers de l’islam, y compris le pèlerinage annuel du Hajj à La Mecque.

What do you think?

25 points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0
La présidence de zone au sud-est de l'UBNi exhorte les partis politiques

2023: SAN demande une loi pour réduire les partis politiques à 6

Une partie du "Polisario" rejette la prison algérienne - Erm News

Une partie du « Polisario » rejette la prison algérienne – Erm News