in

Une balle dans le cou … une lettre menaçant de tuer un journaliste français d’origine algérienne le monde

Une balle dans le cou ... une lettre menaçant de tuer un journaliste français d'origine algérienne  le monde

Rédaction Le 2021-05-09 21:55:48, Une balle dans le cou … une lettre menaçant de tuer un journaliste français d’origine algérienne le monde

L’islam et le port du foulard réapparaissent dans les gros titres des journaux et des programmes télévisés français après que la lettre de menace de mort – que la journaliste et productrice française d’origine algérienne Nadia Al-Lazouni a reçue chez elle à Paris le 8 avril – a suscité beaucoup de controverse.

Détails du message

« Gardez votre foulard (en référence au voile), personne sans vergogne … taisez-vous et sortez de notre pays, la France sera libérée de tous musulmans et islamistes. » Il s’agit d’une petite partie d’une lettre manuscrite que Nadia a reçue d’un homme anonyme menaçant et menaçant la communauté musulmane de coups de feu et d’expulsion.

« 3 millions de musulmans en 6 mois, mathématiquement raisonnable. Nous vous tirerons une balle dans le cou, vous êtes un groupe de maudits islamistes. »

Ce message est venu une semaine après que Nadia ait partagé – via son compte Twitter – un extrait de son dialogue sur une émission de la chaîne «LCE» diffusée en octobre 2019, dans laquelle elle s’opposait à un projet de loi interdisant le port du foulard pour les mères lors des voyages scolaires.

Dans une interview exclusive avec Al-Jazeera Net, Nadia déclare: « Mes interventions ont toujours été basées sur la loi. Ce message ne s’adressait pas uniquement à moi, mais à tous les musulmans de France. Nous sommes tous visés. »

Al-Lazouni a posté un tweet sur Twitter adressé au président français Emmanuel Macron, au ministre français des Affaires citoyennes Marin Schiappa et au ministre de l’Intérieur Gerald Darmanan, et a commenté: « Allez-vous faire quelque chose contre ces menaces? » Son avocate, May Aryeh Alimi, a alors porté plainte pour «menaces de mort fondées sur la religion».

La demande de protection a été rejetée

Le ministre français Schiappa a répondu au tweet de Nadia en disant: « Ces insultes et racisme ne peuvent être justifiés. Je les condamne fermement. » Il a appelé le 9 avril Frédéric Rose, le club des conseillers à la sécurité intérieure de l’Elysée, et les a informés de sa volonté de mener une enquête pour déterminer la gravité des menaces de mort.

« Je lui ai demandé de supprimer mon adresse personnelle d’Internet, de fournir un autre logement et une protection contre la police », a déclaré Nadia à Al-Jazeera Net, « mais il m’a dit que l’adresse ne pouvait pas être supprimée car la loi ne le permettait pas. . « 

«Ils essayaient juste de calmer les choses, sans rien faire de tangible», ajoute-t-elle – d’une voix excitée et tendue.

En effet, le ministère de l’Intérieur a rejeté la demande de protection de la police le mardi 4 mai et le texte déclarait: «Les services antiterroristes n’ont pas trouvé de menace qui justifierait l’application d’une protection directe. Les policiers sont désormais chargés d’examiner les faits qui ont été rapportés. »

Cependant, selon Nadia, la police n’a pas demandé l’accès à ces lettres à ce jour, et elle dit: «Je leur ai demandé de faire un examen d’écriture afin qu’ils puissent le comparer, peut-être avec d’autres messages reçus par des individus ou des associations islamiques, mais ils n’ont rien fait. « 

Une copie de la lettre de menaces parvenue au journaliste français d’origine algérienne (Al-Jazeera)

À l’autre extrémité

Selon une étude mondiale menée par l’UNESCO, il a indiqué que 3 femmes journalistes sur 4 ont été victimes de violence en ligne, et 20% d’entre elles ont souffert de la persistance de ces menaces.

Ce n’est pas la première fois que des journalistes sont menacés de mort en France, mais force est de constater que le traitement réservé aux autorités varie selon les cas et les personnes.

Le 1er mai, la journaliste belge Julie Dinayer a été placée sous protection policière pendant plusieurs semaines après avoir reçu des menaces de mort sur Facebook en raison de son émission diffusant des histoires de criminels sur une chaîne française.

Quant à Zainab El-Ghazoui – Française d’origine marocaine et ancienne journaliste pour le magazine « Charlie Hebdo » célèbre pour ses critiques acerbes de l’islam politique et des islamistes – elle est aujourd’hui considérée comme « la femme la plus protégée de France » car elle a vécu sous protection policière depuis les attentats de janvier 2015..

Les médias « diabolisent l’islam »

«Les discours politiques et médiatiques ont diabolisé l’islam et produit l’islamophobie et le racisme, et dépeint la femme voilée comme ne parlant pas français et ne voulant pas s’adapter», dit Al-Lazouni, «mais les modèles de femmes voilées travaillant dans des domaines pionniers ont détruit ce que ces discours essayons de se propager. Moi et les autres sommes un problème. « 

En octobre 2019, Yves Terard, rédacteur en chef adjoint du Figaro, a fait une déclaration anti-musulmane lors d’une interview télévisée, déclarant: «Si je trouve une femme portant un foulard dans le bus ou le bateau, je descendrai. Je ne sais pas quand nous finirons cela. Problèmes, je déteste l’islam. « 

Le vendredi 11 septembre 2020, la journaliste Judith Weintraub a publié une vidéo diffusée par BFMTV de l’étudiant voilé Iman donnant des conseils culinaires, commentant la phrase «11 septembre» comme une allusion aux attentats en Amérique.

En revanche, la ministre française d’origine marocaine, Nadia Hai, a été agressée lorsqu’elle a salué la vidéo de l’étudiante et critiqué l’allusion de Judith, ce qui l’a incitée à publier un autre tweet: «Je condamne ces menaces de mort, elles n’ont pas leur place dans notre république . « 

Souffrance constante

La communauté musulmane de France est confrontée à une série d’incidents racistes, y compris l’incident au couteau de deux femmes voilées près de la tour Eiffel.

Le chef du Conseil international pour la justice et l’égalité, Ali Ghadikoglu, d’origine turque, a déclaré à Al-Jazeera Net qu’il avait reçu un message contenant des menaces contre lui et les musulmans le premier jour du ramadan, ce qui est un signe « inquiétant ». Il n’a pas encore reçu de réponse de la police.

Il convient de noter que le Conseil international pour la justice et l’égalité – une organisation accréditée par les Nations Unies basée à Strasbourg – mène des activités intéressant les immigrés en France, notamment le droit à l’égalité et à la représentation.

Et en novembre 2019, l’Institut français de l’Ifop a publié une enquête concluant qu’un musulman sur deux en France souffre de discrimination ou d’agression raciale.

Selon cette étude, la Fondation Jean Jaurès a publié un rapport indiquant que 42% des musulmans vivant en France ont été soumis à au moins une forme de discrimination liée à la religion dans divers domaines; Discrimination lors des contrôles de police (13%), lors de la recherche d’emploi (17%) et lors de la recherche d’un logement (14%).

La même étude indique que 60% des femmes voilées sont victimes de discrimination au moins une fois dans leur vie, notamment lorsqu’elles cherchent du travail.

Enfin, dit Al-Lazouni: «Toutes les minorités ciblées demandent une protection. Cette fameuse laïcité est devenue aujourd’hui un outil efficace pour exclure les musulmans en France, mais sur le terrain, les valeurs de la république n’existent pas; liberté, égalité et fraternité, qui ont été votés et adoptés pour garantir la liberté de croyance, de religion et la sécurité de tous. « .

Plus de libertés

What do you think?

26 Points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Loading…

0
Total souligne les interventions au Nigéria et exhorte les autres à imiter -

Le Nigeria ne peut pas survivre à une autre guerre civile, prévient le chef de l’APC –

Pauvre Hadiza Bala Usman, obligée de grandir trop vite

Pauvre Hadiza Bala Usman, obligée de grandir trop vite