in

Une partie du « Polisario » rejette la prison algérienne – Erm News

Une partie du "Polisario" rejette la prison algérienne - Erm News

Actuexpress Le 2021-04-23 00:37:00, Une partie du « Polisario » rejette la prison algérienne – Erm News

Date de publication: 22 avril 2021 à 22h37 GMT

Date de mise à jour: 23 avril 2021 4:35 GMT

Ces dernières semaines, des signes ont commencé à apparaître dans la prise de conscience des Sahraouis du danger du front «Polisario» pour eux, leurs enfants et leur avenir. Cela se passe alors que le «Polisario» continue de jouer le rôle d’outil en Algérie d’une part, et que ses dirigeants refusent d’admettre que le monde dans lequel le front est né a complètement changé d’autre part. Le monde a changé, surtout après la fin de la guerre froide et la chute des idées qui prévalaient dans les années 70 et 80.

En fait, cette prise de conscience a été prise, de l’intérieur du «Polisario» et non de l’extérieur, se cristallisant progressivement depuis avril-avril 2020 quand il a été annoncé la mise en place d’un nouveau cadre politique né de l’utérus de ce front qui était initialement justifié pour son existence lorsque le Sahara était encore sous le colonialisme. Une prise de conscience a émergé sous le nom de mouvement «Sahraouis pour la paix».

A cette époque, en avril-avril 2020, environ 170 dirigeants du «Polisario» se sont réunis et ont décidé de prendre un chemin différent de celui emprunté par ce front, qui n’est devenu un otage algérien qu’après avoir été dans le passé l’otage de Mouammar Kadhafi, qui a voulu à un certain moment faire le commerce de ce qu’on a appelé la question du Sahara, qui est la terre marocaine que le peuple marocain a récupérée des colonialistes espagnols par des moyens pacifiques grâce à la «Marche verte» en novembre-novembre 1975, un mars créé par feu le roi Hassan II.

On ne peut sous-estimer une telle démarche, qui confirme le refus des sahraouis de marcher au même endroit depuis le départ du colonialisme espagnol du Sahara stratégiquement situé, que l’on appelait le «Sahara espagnol». Tôt ou tard, cette étape aura des répercussions sur l’ensemble du statu quo en Afrique du Nord, où il n’y a qu’une seule oasis de paix et de sécurité appelée le Royaume du Maroc. Le royaume a rejeté à tout moment les slogans vides et est resté attaché aux principes sur lesquels il a été fondé, à savoir être un royaume réconcilié avec lui-même et avec son peuple. Il ne fait aucun doute que le groupe qui a fondé le mouvement «Sahraouis pour la paix» s’en rend compte et en même temps se rend compte que le «Polisario» doit sortir de la boucle fermée dans laquelle il est entré et travailler pour se développer et se réconcilier avec la réalité et avec le monde de l’après-guerre froide et ce qu’il a produit sur le terrain.
La chose la plus importante que le Polisario ignore peut-être est que la guerre froide a pris fin en 1989 lorsque le mur de Berlin s’est effondré. Avec la guerre froide, beaucoup de choses se sont effondrées, y compris les régimes qui ont soutenu et promu le « Polisario », en particulier en Amérique latine, où il y avait la nostalgie des principes révolutionnaires lancés par Fidel Castro à Cuba, Omar Torrijos au Panama, puis Hugo Chavez en Venezuela. La dévastation du Venezuela n’est rien d’autre que la preuve de la stérilité de ces idées et principes qui n’ont pas fourni de pain aux peuples qui les ont lancés. Le Venezuela reste la meilleure preuve de l’échec et du gaspillage des richesses dont son peuple était censé bénéficier. Ce qui s’applique au Venezuela, dans une certaine mesure, s’applique à l’Algérie elle-même, qui abrite le «Polisario» et offre à ses partisans sahraouis une prison en plein air à Tindouf. C’est de cette prison que tente de sortir le mouvement «Sahraouis pour la paix», en utilisant avant tout la rationalité et la logique, loin des idées dépassées depuis plusieurs décennies.

Cette position réaliste et logique est exprimée par les propos de Haji Ahmad Bar Allah, le premier secrétaire du mouvement, qui était le représentant du «Polisario» dans plusieurs pays d’Amérique latine. Hajj Ahmed dit: «Aujourd’hui, les Sahraouis se rendent compte qu’ils ne peuvent pas continuer à vie, confinés à jouer des rôles secondaires sans efficacité, au milieu d’un affrontement éternel entre des puissances régionales concurrentes, comme cela est arrivé aux Moudjahidin-e-Khalq entre l’Iran et l’Irak. , ou les factions kurdes entre la Syrie et la Turquie.

Face à cette réalité, Sahraouis pour la paix a suggéré de faire un pas en avant et d’utiliser une approche différente, modérée et rationnelle, et de rechercher des domaines inexplorés pour trouver un compromis et un accord dans lesquels il n’y a ni perdants ni gagnants. Par conséquent, la priorité est de sauver notre peuple, de mettre fin à son interminable voyage dans l’inconnu.

Forts du bon sens et loin des slogans populistes et des projets utopiques, les dirigeants et militants du nouveau mouvement ont décidé de se replonger dans la réalité et de se lancer dans ce voyage à la recherche de formules de compréhension et de coexistence avec le Royaume du Maroc en se fondant sur leur conviction que il n’y a pas d’autre alternative, sans que cela signifie abandonner les droits et revendiquer Basic pour les Sahraouis. Nous considérons que la proposition marocaine d’autonomie, avec les garanties qui s’imposent, peut constituer un point de départ, et non la dernière étape, pour avancer vers le modèle nécessaire et urgent de coexistence entre Sahraouis et Marocains. Dans «  Sahraouis pour la paix  », nous avons également le droit de rêver et d’annoncer «  Oui, nous pouvons  » pour trouver une issue honorable qui met fin à la détresse de notre peuple et lui offre un avenir de paix, de dignité et de prospérité au lieu de guerre et exil.

Ce que dit Haji Ahmad, que Dieu le bénisse, est valable s’il indique quoi que ce soit, car cela indique de l’audace, du courage et un désir de se débarrasser de la dernière décennie et des erreurs et des enjeux qu’elle portait qui n’étaient en aucun cas appropriés.

Ce n’est plus un secret pour personne que, depuis la «Marche verte», le Maroc a fait de grands pas en avant, conduisant à la reconnaissance américaine de la marocanité du Sahara. En outre, plusieurs pays africains et arabes ont ouvert des consulats à Laâyoune et à Dakhla. D’autre part, le «Polisario» travaille à faire ce qui lui est demandé en Algérie, c’est-à-dire à harceler le Maroc de temps en temps. En fin de compte, rien ne fonctionne comme le succès. C’est ce qu’a reconnu le mouvement «Sahraouis pour la paix», qui refuse de rester dans le cycle de transition d’un échec à un autre, cycle dans lequel tourne le «Polisario».

Tout cela, c’est qu’il y a des dirigeants et des responsables du «Polisario» qui refusent de plonger dans l’échec. Ces dirigeants recherchent la réussite alors qu’ils savent en même temps que traiter de bonne foi avec le Maroc est une réussite en soi, d’autant plus que les régions sahariennes vivent dans le cadre d’un royaume caractérisé par l’État de droit, le respect du citoyen, et une décentralisation élargie, ce qui signifie la première chose qui consiste à sortir de la prison dans laquelle l’Algérie voulait placer les sahraouis.

Arabes

Cet article exprime l’opinion de l’auteur et ne reflète pas nécessairement les vues d’Erm News

What do you think?

26 points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0
Un universitaire algérien condamné à trois ans de prison pour avoir «offensé l'islam» |  Nouvelles du Moyen-Orient

Un universitaire algérien condamné à trois ans de prison pour avoir «offensé l’islam» | Nouvelles du Moyen-Orient

تونس.. صدور بطاقة جلب بحق النائب راشد الخياري بتهمة التآمر على أمن الدولة

Tunisie. Délivrance d’un habeas corpus contre le député Rashid El-Khayari pour complot contre la sécurité de l’Etat