in

[Vidéo] “Repentance”, “positions déséquilibrées” : un Français d’Algérie fustige les déclarations d’Emmanuel Macron

[Vidéo] “Repentance”, “positions déséquilibrées” : un Français d’Algérie fustige les déclarations d’Emmanuel Macron

Le mardi 2 mars dernier, Emmanuel Macron reconnaissait l’assassinat par l’armée française d’Ali Boumendjel. Invité sur le plateau de LCI le lendemain, Thierry Rolando, président du Cercle algérianiste, avait fustigé les « positions déséquilibrées » du président.

La repentance, pourquoi pas, mais dans les deux sens. C’est, en substance, ce qu’il faudrait retenir de l’intervention de Thierry Rolando sur LCI, le 3 mars dernier. L’homme est président du Cercle algérianiste, une association fondée en 1973 par des pieds-noirs souhaitant réhabiliter l’histoire de l’Algérie française et défendre la culture des Français d’Algérie. Réagissant à la reconnaissance de l’assassinat d’Ali Boumendjel par l’armée française, Thierry Rolando a donc fustigé un président de la République « faisant de la repentance sans le savoir ». « Tous les gestes d’Emmanuel Macron sont dans le déséquilibre total », poursuit-il. Le responsable associatif regrette en effet que toutes les déclarations du chef de l’Etat concernant la guerre d’Algérie soient au seul avantage des partisans de la décolonisation. Pêle-mêle, Thierry Roland cite la reconnaissance de la disparition du militant communiste Maurice Audin, celle plus récente d’Ali Boumendjel, la restitution d’une vingtaine de crânes algériens du XIXème siècle. Et le président du Cercle algérianiste s’en prend même à la mission de « mémoire de la colonisation » confiée par Emmanuel Macron à Benjamin Stora, qualifié d’ « historien militant ».

Le péché originel macroniste

« Tous les gens que Benjamin Stora a consultés sont très largement en faveur de l’indépendance algérienne », poursuit Thierry Rolando. « Regarder les faits objectifs », rappelle-t-il, c’est regarder « toute l’Histoire ». Y compris, donc, les crimes commis par le FLN contre les Français d’Algérie, après l’indépendance. « On ne reconnaît pas les crimes des uns pour mettre sous silence les crimes des autres » tonne Thierry Rolando, qui cible notamment « une doxa héritée de la révolution algérienne », présentant les Algériens comme un peuple totalement victime, et les Français comme un peuple totalement tortionnaire. Surtout, le président du Cercle a tenu à revenir sur le coup d’envoi donné à cette repentance unilatérale par le candidat Macron en 2017. Ce dernier avait alors comparé la colonisation à « un crime contre l’humanité ». Thierry Rolando, lui, a préféré rappeler au plateau de LCI que 25 000 pieds-noirs étaient morts en Italie, en France et en Allemagne, pour libérer le continent du joug allemand. Assimiler ces valeureux soldats aux méthodes de ceux qu’ils ont combattus est une « insulte suprême », pour Thierry Rolando.


What do you think?

26 points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0
ESN: Benue ne fait pas partie du Biafra - Le gouvernement met en garde Nnamdi Kanu

ESN: Benue ne fait pas partie du Biafra – Le gouvernement met en garde Nnamdi Kanu

nassim bellahcene algerie handball

« Je donnerai tout pour l’équipe d’Algérie »