in

Des menaces de mort après une blague sur Twitter sur le pèlerinage à La Mecque

Des menaces de mort après une blague sur Twitter sur le pèlerinage à La Mecque

Le pèlerinage à La Mecque. / Ph. Flickr/Camera Eye

Le tweet d’un adolescent blaguant sur le pèlerinage de La Mecque a valu à ce dernier des dizaines de messages d’insultes et de menaces de la part d’internautes dénonçant un manque de respect vis-à-vis de la religion musulmane, indique Le Monde.

Samedi 13 avril, un adolescent a twitté une photo du pèlerinage avec en commentaire «Ptdr y’a du monde à InZeBoite». InZeBoite fait référence à un jeu télévisé éponyme diffusé sur la chaîne Gulli, précise Le Parisien. «Deux groupes s’affrontent dans une série de questions. Les vainqueurs se frottent ensuite à la Boîte noire, un labyrinthe où ils doivent progresser dans le noir», explique le quotidien.

Une blague qui n’a pas été du goût de tous. Certains internautes ont dit vouloir s’en prendre physiquement à l’adolescent, à son domicile ou à son lycée. Dimanche matin, celui qui se fait appeler «Hugo» sur Twitter a publié un deuxième message, assurant n’avoir «jamais voulu offenser quelqu’un».

«Pour toutes les personnes qui ont vu mon tweet, excusez-moi. Je ne savais que ça aller prendre autant d’ampleur. Encore désolé. Laissez-moi en vie [sic]», a-t-il écrit. «Arrêtez de vouloir la violence pour rien, il y a bien pire dans ce monde et sur Twitter [sic]», a-t-il ajouté.

Sur Twitter, nombreux ont été les utilisateurs à défendre l’adolescent avec le hashtag #JeSoutiensHugo. Les faits ont également été signalés à plusieurs reprises aux enquêteurs de police sur la plate-forme Pharos.

What do you think?

362 points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0

Comments

0 comments

Ya Biladi

Written by Ya Biladi

Francophonie: Louise Mushikiwabo reçue au Palais de Carthage

Francophonie: Louise Mushikiwabo reçue au Palais de Carthage

snjt

Le parquet appelé à revoir la situation des journalistes