in

Ils ont tenu un rassemblement devant le ministre de l’Habitat ce matin / Des souscripteurs de l’AADL-1, réclament toujours leur logements !

Ils ont tenu un rassemblement devant le ministre de l’Habitat ce matin / Des souscripteurs de l’AADL-1, réclament toujours leur logements !

Des souscripteurs de la formule AADL-1, des années 2001-2002 ont observé un énième rassemblement devant le siège du ministère de l’Habitat ce lundi 13 janvier pour réclamer leur dû. Pour les tenir à l’écart de l’immeuble, un impressionnant dispositif policier a été déployé. Dans la rue, plusieurs dizaines ont manifesté sur les 150 personnes concernées. Tous sont issus de l’Algérois et tout le monde avait été affecté à Bouinan (dans la wilaya de Blida). Deux ans sont passés depuis la réception de leur pré-affectation. Le cauchemar continue !

Deux ans après avoir reçu leurs pré-affectations au site « 4500 Kuzu », à Bouinan, les derniers souscripteurs de la formule AADL-1 se voient réorientés vers d’autres sites dans la même wilaya. Les raisons avancées pour justifier une telle décision demeurent floues, d’autant plus que les nouveaux sites d’accueil sont très loin d’être achevés.

Face aux discours contradictoires des autorités, les concernés sont plus que jamais désorientés et veulent plus que jamais « en finir avec cette histoire ». Ce qui suscite leur colère depuis plusieurs mois, c’est une déclaration de Kamel Beldjoud, ministre de l’Habitat sous le gouvernement Bedoui (actuellement ministre de l’Intérieur sous le gouvernement Djerad). Au mois de septembre dernier, il avait affirmé que « le dossier de l’AADL-1 est définitivement clos ».

«Comment peut-il l’être alors que nous sommes une centaine à manifester depuis des mois », s’est interrogé l’un de ces souscripteurs, dépité.

Il y a quelques semaines, tout le monde avait été informé qu’il doit être réorienté vers d’autres sites dans la même wilaya. Il s’agissait du site des 5000 logements et celui des 2600 logements. Ce n’était pas une proposition, mais un fait accompli.

Ceux qui se sont résignés se sont vite rendu compte de la supercherie. On leur a livré des appartements où il n’y a  ni eau, ni électricité et encore moins de branchement aux conduits de gaz ! Grosse déception.

Il faut savoir que la majorité d’entre eux sont locataires chez des particuliers. Certains trouvent de plus en plus de difficulté à joindre les deux bouts. Parmi eux, il existe de véritables cas sociaux. Certaines de ces familles ont vécu des drames familiaux. Des histoires très attristantes sont racontées lors des innombrables actions de protestation.

Ce lundi, certains d’entre eux ont même songé à observer un sit-in permanent devant le ministère. « Je vais rester ici. Déjà que je suis un SDF, alors ça ne change rien », a crié l’un d’eux. Des slogans ont été scandés toute la matinée et une partie de l’après-midi. À travers ces slogans, ces personnes n’ont demandé rien de plus que leur droit le plus absolu.

Femmes et hommes se posaient tous la même question : « jusqu’à quand ?! » Ils continuent de se poser d’innombrables questions, sans pour autant avoir des réponses.

« Nous vivons une terrible injustice », s’insurge un autre, qui a fini par nous expliquer que des sites achevés demeurent vides à Alger. Il s’agit selon lui de ceux de « Baba Hassen, Aïn El Malha (Aïn Naadja) et à Ouled Fayet ».

What do you think?

388 points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0

Comments

0 comments

Actu-Maroc

Nominations aux Oscars 2020: la liste complète des nominés

Education : Les titulaires de licence appliquée en éducation et enseignement affectés à partir de la prochaine année scolaire

Education : Les titulaires de licence appliquée en éducation et enseignement affectés à partir de la prochaine année scolaire