in

MASSACRE DE FIDÈLES MUSULMANS EN NOUVELLE ZÉLANDE

Actu-Maroc

Le paisible et discret pays de Nouvelle Zélande proche de l’Australie vient de vivre la plus grande attaque terroriste de son histoire. Elle a ciblé deux mosquées de la ville Christchurch et a été menée ce vendredi par un militant d’extrême droite qui a fait 49 morts ce vendredi et des dizaines de blessés en pleine prière, dans ces mosquées fréquentés généralement par des réfugiés et des migrants asiatiques.

Ce massacre a été si violent au point que le gouvernement néo zélandais a demandé aux badauds de ne pas diffuser les images d’horreur des corps ensanglantés des victimes dont se trouvaient des enfants parmi eux alors qu’une confusion totale régnait dans cette ville vite quadrillée où l’ordre de ne pas sortir a été donnée aux habitants. Deux versions ont circulé au départ sur l’auteur de cette tuerie sauvage, la première parlant d’un homme agissant seul et la seconde évoquant l’implication de quatre personnes pour revenir au final à la première version.

L’auteur du carnage est connu des services de police pour son affiliation à un groupe d’extrême droite et s’est servi d’une arme sophistiquée pour faire un maximum de morts. Les deux mosquées n’étaient pas éloignées l’une de l’autre et n’étaient pas sous surveillance policière puisque les services de sécurité n’avaient pas reçu d’alerte sur l’imminence d’une attaque, la Nouvelle Zélande étant connue comme un exemple de coexistence et de tolérance. Le choc est tel qu’un deuil national pourrait être décrété dans les prochains jours.

Par Jalil Nouri

Actu-maroc.com

Commentaires

What do you think?

189 points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0

Comments

0 comments

Affaire des nouveau-nés à Rabta : le dernier bilan fait état de 15 victimes

le dernier bilan fait état de 15 victimes

Inquiétudes sur le décrochage après la hausse des frais universitaires

Inquiétudes sur le décrochage après la hausse des frais universitaires